Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Foire aux questions sur la Station spatiale internationale

La Station

Qu'est-ce que la Station spatiale internationale?

La Station spatiale internationale est un laboratoire de recherche en orbite autour de la Terre. Le Canada est l'un des partenaires du programme de la Station, avec la NASA (États-Unis), l'Agence spatiale européenne (qui compte 22 États membres), l'Agence japonaise d'exploration spatiale et Roscosmos (Russie).

Pour en savoir plus, regardez cette vidéo avec David Saint-Jacques.

Quand le premier module Station a-t-il été lancé?

Le premier module de la Station, Zarya, a été lancé le . De nombreux modules ont ensuite été ajoutés à la Station en orbite. Le bras robotisé de la Station, le Canadarm2, a été essentiel à l'assemblage du laboratoire orbital.

Quand le premier équipage est-il arrivé à la Station?

Le premier équipage est arrivé à la Station le . Depuis ce moment, le laboratoire orbital est habité en permanence par de petits groupes d'astronautes du monde entier.

Où se trouve la Station?

La Station est en orbite autour de la Terre à une altitude d'environ 400 km. Il est possible d'observer le déplacement de la Station en direct sur une carte (en anglais seulement), d'essayer de repérer la Station dans le ciel nocturne et même de regarder des vidéos en direct produites par des caméras à bord du laboratoire orbital.

À quelle vitesse la Station se déplace-t-elle?

La Station file dans l'espace à 28 000 km/h. Il lui faut 15 minutes pour traverser le Canada et 90 minutes pour faire le tour du monde. Elle fait chaque jour 16 fois le tour de la Terre, soit une distance à peu près égale à un aller-retour vers la Lune.

Peut-on voir la Station depuis la Terre?

Oui. La Station est le deuxième objet le plus lumineux dans le ciel nocturne après la Lune. Elle traverse le ciel comme une étoile brillante et peut facilement être confondue avec un avion, mais elle n'a pas de clignotants. Consultez la page « Comment voir la Station spatiale internationale de chez soi » pour savoir comment repérer la Station quand elle survole votre région.

Quelles sont les dimensions de la Station?

La Station mesure 109 m sur 73 m, soit environ cinq patinoires de la Ligue nationale de hockey en largeur et une en longueur. Il a un volume pressurisé de 932 m3 et pèse près de 410 000 kg. Sa surface habitable est à peu près celle d'une maison de cinq chambres.

Quelle est la durée habituelle d'une mission à bord de la Station?

Les missions des astronautes et cosmonautes à bord de la Station durent environ six mois habituellement. Cependant, en , l'astronaute de la NASA Scott Kelly et le cosmonaute de Roscosmos Mikhaïl Kornienko sont demeurés à bord de la Station pendant toute une année pour mieux connaitre les effets à long terme sur le corps humain de la vie dans l'espace.

Quelle est la contribution du Canada à la Station?

En s'appuyant sur son savoir-faire en robotique spatiale de pointe, le Canada a fourni les robots Canadarm2 et Dextre à la Station ainsi que la base mobile, une plateforme de travail mobile et un poste de stockage. Cette série de robots sophistiqués a été développée pour l'Agence spatiale canadienne par MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. de Brampton, en Ontario. Consultez la section sur la robotique spatiale canadienne pour en savoir plus.

Cette contribution a permis au Canada d'avoir accès au laboratoire orbital pour y :

Combien de personnes sur Terre travaillent dans le programme de la Station?

Le programme de la Station occupe plus de 100 000 personnes dans 16 pays. On compte plus de 500 organisations canadiennes – des ateliers d'usinage aux développeurs de logiciels – dans la chaine d'approvisionnement nécessaire à la construction et à l'utilisation du Canadarm2, de Dextre et de la base mobile à la Station.

Combien y a-t-il d'astronautes habituellement à bord de la Station?

Il y a un équipage de trois à six personnes en permanence à la Station.

Comment est-ce qu'on se rend à la Station?

Jusqu'en , on pouvait se rendre à la Station à bord d'un vaisseau spatial Soyouz lancé depuis le Kazakhstan ou d'une navette spatiale lancée depuis les États-Unis. À la fin du programme de la navette spatiale en , seul le vaisseau Soyouz permettait de s'y rendre. En , le premier vaisseau spatial commercial – Crew Dragon – a transporté des astronautes jusqu'à la Station.

Combien de personnes sont allées à la Station?

Plus de 240 personnes de 19 pays sont montées à bord de la Station.

Astronautes de l'Agence spatiale canadienne à la Station

Combien d'astronautes de l'Agence spatiale canadienne sont allés à la Station?

Sept astronautes de l'Agence spatiale canadienne sont allés à la Station :

Qui a été le premier Canadien à monter à bord de la Station?

Julie Payette a été la première Canadienne à monter à bord de la Station spatiale lors de la mission d'assemblage STS-96 réalisée du au .

Qui a été le premier commandant canadien de la Station?

Le , Chris Hadfield a été commandant de la Station pendant la seconde partie de sa mission, devenant ainsi le premier Canadien à la tête d'un vaisseau spatial.

Qui a été le premier Canadien à sortir dans l'espace?

Chris Hadfield a été le premier Canadien à sortir d'un vaisseau spatial et à flotter dans le vide spatial. Il est sorti deux fois dans l'espace en pendant la mission STS-100 pour aider à fixer le Canadarm2 à la Station.

Combien d'astronautes de l'Agence spatiale canadienne sont sortis dans l'espace?

Quatre astronautes de l'Agence spatiale canadienne sont sortis dans l'espace.

  • En avril 2001, Chris Hadfield est sorti deux fois dans l'espace au cours de la mission STS-100. Il a été le premier Canadien à faire une sortie extravéhiculaire. Au total, il a passé 14 heures et 54 minutes dans le vide spatial.
  • En , Steve MacLean est devenu le deuxième Canadien à sortir dans l'espace lors de la mission STS-115. Il a passé 7 heures et 11 minutes dans le vide spatial.
  • En , Dave Williams est sorti trois fois dans l'espace au cours de la mission STS-118, pour un total de 17 heures et 47 minutes dans le vide spatial – un record pour un astronaute de l'Agence spatiale canadienne.
  • En , David Saint-Jacques est sorti dans l'espace au cours de la mission Expedition 59. Il a travaillé à l'extérieur de la Station pendant 6 heures et 29 minutes.

Robots canadiens à la Station

Qu'est-ce que le Canadarm2?

Le Canadarm2 est un bras robotisé de 17 mètres de long. Il a commencé à être utilisé en à la Station spatiale internationale, où il se trouve en permanence depuis.

Le Canadarm2 a été essentiel à l'assemblage de la Station. Il sert maintenant à déplacer de l'équipement et des fournitures, à installer des expériences scientifiques et même à transporter Dextre et des astronautes.

Vu la conception unique du Canadarm2, on peut le télécommander pour le déplacer autour de la Station là où on en a besoin. Chacune de ses extrémités peut servir de point d'ancrage pendant que l'autre accomplit diverses tâches.

On utilise le Canadarm2 pour assurer la maintenance de la Station, mais aussi pour attraper des vaisseaux spatiaux sans pilote – qui apportent de tout, comme des instruments scientifiques et des produits de première nécessité pour l'équipage – et les larguer dans l'espace à la fin de la mission.

Consultez la section sur le Canadarm2 pour en savoir plus.

Qu'est-ce que Dextre?

Dextre est un robot polyvalent qui permet d'assurer la maintenance de la Station. C'est le robot spatial le plus sophistiqué jamais construit.

Il a été lancé à bord de la navette spatiale Endeavour et installé à la Station en .

Dextre a été conçu pour s'attaquer aux tâches difficiles ou routinières qu'il faut effectuer dans l'environnement hostile de l'espace. Ce robot à tout faire de la Station évite aux astronautes de se risquer à sortir dans l'espace et leur permet de se concentrer plutôt sur des expériences scientifiques.

Consultez la section Dextre pour en savoir plus.

Qu'est-ce que la base mobile?

La base mobile est une plateforme de travail mobile et un poste de stockage qui glisse sur des rails le long de la poutrelle principale de la Station. Elle peut transporter d'un endroit à un autre le Canadarm2, Dextre, du matériel ou même des astronautes en sortie extravéhiculaire.

Consultez la page de la base mobile pour en savoir plus.

Quels sont les avantages sur Terre de la robotique spatiale canadienne?

Les robots spatiaux canadiens à la Station ont inspiré des technologies qui améliorent notre qualité de vie sur Terre : le neuroArm, le premier robot au monde qui permet de réaliser des interventions chirurgicales à l'intérieur d'appareils à résonance magnétique; IGAR, un robot automatisé qui pratique des opérations selon les instructions programmées par le personnel médical; Modus V, un microscope numérique robotisé qui se positionne avec un minimum d'effort de la part du chirurgien.

Consultez la section « Retombées sur Terre de la robotique spatiale canadienne » pour en savoir plus.

Expériences scientifiques et démonstrations technologiques à la Station

Combien d'expériences ont été menées à la Station?

Véritable initiative mondiale, ce laboratoire en microgravité unique en son genre a permis la réalisation de près de 3 000 expériences par plus de 4 200 chercheurs de plus de 100 pays.

Plus de 20 études canadiennes ont été menées à bord de la Station, dont certaines sont toujours en cours. Ces expériences visent à :

  • étudier les effets des vols spatiaux sur le corps des astronautes avant que de longs voyages soient entrepris encore plus loin dans le Système solaire;
  • procurer des bienfaits aux Canadiens et à l'humanité tout entière.
Pourquoi le Canada mène-t-il des expériences scientifiques dans l'espace?

La participation du Canada au programme de la Station permet à nos scientifiques d'avoir accès à ce laboratoire orbital et de mener des expériences de pointe dans l'environnement unique de l'espace pour :

  • préparer les missions d'exploration dans l'espace lointain;
  • améliorer notre qualité de vie sur Terre avec les connaissances acquises.

Des agences spatiales du monde entier envisagent des missions habitées de plus en plus loin dans l'espace : il importe que les vols spatiaux soient sûrs pour les astronautes. La communauté scientifique canadienne contribue de façon importante aux travaux qui visent à bien comprendre tout ce qui touche à la santé et au bien-être des astronautes.

Des scientifiques canadiens étudient les os, le cœur, les vaisseaux sanguins et le cerveau dans l'espace. Leurs recherches ont mené à des découvertes qui ont aidé à :

  • développer de nouveaux programmes de remise en forme pour améliorer la santé de personnes susceptibles d'avoir une maladie cardiovasculaire;
  • mieux comprendre les premiers stades du diabète de type 2 et d'autres problèmes qui peuvent découler de la sédentarité et du vieillissement.

Consultez la page « Pourquoi le Canada mène des expériences scientifiques à bord de la Station spatiale internationale » pour en savoir plus.

Depuis combien de temps le Canada réalise-t-il des expériences scientifiques à la Station?

Le Canada mène des activités scientifiques à bord de la Station depuis . H-Reflex a été la première expérience canadienne dans le laboratoire orbital.

Combien d'expériences scientifiques les astronautes font-ils à bord de la Station?

Environ 200 expériences scientifiques du monde entier sont réalisées à la Station à tout moment. Des universités et des entreprises canadiennes ayant des activités dans le domaine spatial contribuent à l'approfondissement des connaissances dans les sciences de la santé et de la vie.

Quels ont été les avantages concrets jusqu'à présent des expériences à la Station?

Pour en savoir plus, consultez la page intitulée « Retombées sur Terre de la recherche scientifique canadienne déjà réalisée à la Station spatiale internationale »

Pourquoi le Canada se concentre-t-il sur les expériences en sciences de la santé?

Pour que des missions d'exploration habitées loin dans le Système solaire soient possibles, il faut à tout prix savoir comment réduire les effets défavorables de l'espace sur le corps humain.

Avant de pouvoir envoyer des humains sur Mars, par exemple, il faut atténuer de nombreux risques pour la santé des astronautes, comme la perte d'élasticité des artères et les conséquences d'une longue exposition au rayonnement.

Même si les travaux de recherche sont menés dans l'espace, les résultats trouvent aussi des applications sur Terre. Les symptômes physiques observés chez les astronautes en mission s'apparentent à un vieillissement accéléré et aux problèmes de santé touchant les gens sédentaires. Les résultats des études sur la santé réalisées en orbite sont donc pertinents dans ces domaines de recherche également.

Regardez la vidéo « Pourquoi faisons-nous des expériences scientifiques dans l'espace? » pour en savoir plus.

Le Canada teste-t-il des technologies à la Station?

Deux technologies canadiennes sont actuellement mises à l'essai à la Station.

  • Le biomoniteur, un système comprenant un maillot intelligent, qui permet de mesurer les signes vitaux des astronautes.
  • Le bioanalyseur, un nouvel outil permettant d'analyser facilement divers fluides corporels.

Microflow a déjà été testé aussi. Cette technologie canadienne portative a servi à analyser les cellules et les hormones dans le sang ou d'autres échantillons biologiques. Les astronautes vont bientôt mettre à l'essai MicroPREP, une technologie canadienne automatisée qui vise à faciliter et à accélérer l'analyse des échantillons de sang sur Terre et dans l'espace. Cette nouvelle méthode d'analyse pourrait permettre de pratiquer une médecine de précision personnalisée dans les milieux cliniques et éloignés en réduisant considérablement le temps de préparation et la taille des échantillons ainsi que l'intervention humaine requise pendant les examens médicaux.

Pour en savoir plus, consultez la section intitulée « Tester des technologies ».

Date de modification :