Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Nouvelles de la Station spatiale internationale

SSI

SpaceX s'apprête à lancer une mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale

Lancement d'un vaisseau-cargo Dragon de SpaceX

Lancement d'un vaisseau-cargo Dragon de SpaceX sur une fusée Falcon 9 depuis le cap Canaveral, en Floride. (Source : NASA/Tony Gray/Tim Powers/Tim Terry.)

Le , le vaisseau-cargo Dragon de SpaceX sera lancé à destination de la Station spatiale internationale avec une fusée Falcon 9 depuis le centre spatial Kennedy de la NASA. Ce sera la 25e mission commerciale d'approvisionnement du vaisseau Dragon.

Les robots canadiens Canadarm2 et Dextre serviront à décharger les éléments de la soute non pressurisée à l'extérieur de la Station. Le spectromètre-imageur EMIT qui sera transbordé dans le laboratoire orbital vise à cartographier la composition minérale de la poussière à la surface de la Terre dans les régions arides depuis le point de vue unique de la Station.

Après cinq semaines environ, Dragon retournera sur Terre avec divers matériel, dont des échantillons pour l'étude canadienne Vascular Aging sur la santé cardiovasculaire. Cette étude porte sur la perte d'élasticité des artères des astronautes et le développement chez certains d'entre eux d'une résistance à l'insuline, précurseur du diabète de type 2.

Le lancement sera retransmis sur la chaine NASA TV (en anglais seulement) le dès 20 h 15 (HE). Le lancement est prévu pour 20 h 44 (HE).

Le rendez-vous et l'amarrage autonome de Dragon seront retransmis sur cette même chaine le 16 juillet dès 10 h 00 (HE). L'amarrage est prévu pour 11 h 20 (HE).

Des scientifiques canadiens vont mener depuis le sol de nouvelles études bénéfiques pour les astronautes dans l'espace et les populations sur Terre

Vue de l'océan Pacifique depuis un hublot de la coupole ISS

Vue de l'océan Pacifique depuis un hublot de la coupole de la Station spatiale internationale. (Source : NASA.)

L'Agence spatiale canadienne soutient la recherche canadienne visant à mieux comprendre les effets de l'espace sur le corps humain. Neuf subventions ont été accordées à des chercheurs d'universités canadiennes pour des travaux scientifiques réalisés depuis le sol.

La première série d'études vise l'exploration de données, qui consiste à analyser des données collectées antérieurement pour en tirer de nouvelles connaissances. Quand les astronautes vivent et travaillent à la Station spatiale internationale, de nombreuses données sont recueillies sur leur santé. L'objectif de ces études est d'analyser ces données dans l'espoir de faire la lumière sur de nouvelles questions de recherche.

Trois subventions pour l'exploration de données sont accordées aux chercheurs suivants.

Détails des trois subventions pour l'exploration de données
Chercheur et établissement Sujet d'étude Montant de la subvention (en dollars canadiens)
Richard Hughson,
Université de Waterloo
L'équipe examinera la capacité des vaisseaux sanguins du cerveau à atténuer les pulsations du cœur. Elle vérifiera également si les séances d'exercice des astronautes protègent leur cerveau. En comprenant mieux le lien entre l'état des vaisseaux sanguins et les processus de la pensée chez les personnes âgées sur Terre, on peut aider à protéger les astronautes lors de futures missions de longue durée dans l'espace lointain. 70 000 $
Steven Boyd,
Université de Calgary
À l'aide des données recueillies dans le cadre de l'étude canadienne TBone menée à la Station spatiale internationale, l'équipe se penchera sur la perte osseuse des astronautes dans l'espace et la reconstitution de leur structure osseuse après leur retour. Bien qu'une partie de la masse osseuse soit récupérée après le retour sur Terre, la structure osseuse peut changer de façon permanente. 70 000 $
Simon Duchesne,
Université Laval
Les sensations, les mouvements, la coordination et le raisonnement des astronautes changent au cours des missions spatiales, ce qui peut les affecter dans leur travail. L'équipe analysera des images du cerveau des astronautes pour déterminer l'effet des vols spatiaux sur la santé du cerveau avec des méthodes semblables à celles utilisées pour suivre le vieillissement des populations sur Terre. Les résultats de cette étude pourraient aider les patients touchés par une dégénérescence du cerveau, comme la maladie d'Alzheimer. 70 000 $

Grâce à des modèles de recherche, six autres scientifiques peuvent tester leurs idées sur des organismes modèles, comme des levures, des rongeurs et des échantillons de tissus exposés à divers aspects de l'environnement spatial, ici sur Terre. Ce type de recherche peut aider à préparer les missions dans l'espace lointain et pourrait améliorer la qualité de vie sur Terre.

Six subventions pour des travaux basés sur des modèles de recherche sont accordées aux chercheurs et chercheuses suivants.

Détails des six subventions pour des travaux basés sur des modèles de recherche
Chercheur et établissement Sujet d'étude Montant de la subvention (en dollars canadiens)
David Alexander MacLean,
École de médecine du Nord de l'Ontario
L'équipe utilisera un modèle de simulation des vols spatiaux pour comprendre les effets combinés des rayonnements et de la microgravité sur divers tissus corporels, comme ceux des muscles, des os, des yeux et du cerveau. Ils vérifieront en outre si des compléments alimentaires peuvent servir à contrer les effets des dommages causés aux tissus sains. 150 000 $
Rachel Holden,
Université Queen's
L'équipe étudiera le rôle du phosphate alimentaire dans la perte osseuse chez les rongeurs et examinera s'il y a une différence à cet égard entre les mâles et les femelles. Cette étude pourrait aider à comprendre comment optimiser le régime alimentaire des astronautes. Elle pourrait aussi être utile dans le cas des personnes sur Terre qui présentent le risque de perte osseuse. 149 975 $
Bernard Jasmin,
Université d'Ottawa
Les muscles affaiblis se fatiguent plus vite et sont plus fragiles. L'équipe verra à comprendre comment les muscles s'atrophient et s'affaiblissent dans l'espace en étudiant en particulier le rôle de la protéine Staufen1. Elle testera des innovations thérapeutiques comme contremesures possibles à l'atrophie musculaire. 150 000 $
Val Fajardo,
Université Brock
L'équipe déterminera si l'inhibition d'une enzyme (glycogène synthase kinase 3) amoindrit l'affaiblissement des muscles, de la force des os et de la conscience cognitive. 150 000 $
Matthew D. Regan,
Université de Montréal
L'équipe examinera si la résistance à l'atrophie musculaire observée chez les mammifères en hibernation pourrait nous éclairer sur la façon les protéines musculaires sont conservées et développées dans le corps humain pendant les vols spatiaux. 149 040 $
Bettina M. Willie,
Université McGill
L'équipe vise à utiliser des souris comme modèles pour comprendre la relation entre le cycle jour-nuit, l'utilisation des muscles et la perte osseuse. 150 000 $

Il est essentiel de réduire les risques pour la santé des astronautes des missions spatiales de longue durée. Avec ces études, on espère mieux comprendre les effets de l'espace sur le corps humain et développer des mesures d'atténuation de ces risques pour voir au bien-être des astronautes dans l'espace, mais aussi des populations sur Terre.

Ravitaillement de la Station spatiale internationale avec un vaisseau-cargo Cygnus

Un vaisseau-cargo Cygnus attrapé par le Canadarm2

Un vaisseau-cargo Cygnus attrapé par le Canadarm2 lors d'une mission de ravitaillement précédente. (Source : NASA.)

Le , le vaisseau-cargo Cygnus de Northrop Grumman sera lancé à bord d'une fusée Antares depuis le centre spatial Wallops de la NASA en Virginie. Ce sera la 17e mission commerciale de ravitaillement de la Station spatiale internationale avec Cygnus. À bord du vaisseau : expériences scientifiques, matériel pour soutenir les activités orbitales, nourriture et fournitures pour les astronautes.

S'y trouveront aussi des composants du biomoniteur canadien. Ils permettront de calibrer le système de maillot intelligent conçu pour surveiller l'état de santé des astronautes. Il y aura aussi une caméra avec projecteur pour le Canadarm2 et Dextre, les robots canadiens de la Station.

Deux jours après le lancement, les astronautes de la NASA Raja Chari et Kayla Barron attraperont le véhicule sans pilote avec le Canadarm2.

Le lancement sera retransmis le sur la chaine NASA TV à partir de 12 h 15 (HE). Heure prévue du lancement : 12 h 40 (HE).

Le 21 février, les manœuvres des astronautes pour attraper Cygnus seront aussi retransmises sur la chaine NASA TV, à partir de 3 h (HE). Heure prévue des manœuvres : vers 4 h 35 (HE).

Des scientifiques canadiens cherchent à mieux comprendre les effets de l'espace sur le corps des astronautes

Études d'inactivité

Un volontaire participe à une étude sur l'inactivité en restant couché dans un lit incliné. Le fait de rester alité pendant une période prolongée reproduit certaines des conditions de l'environnement spatial. (Source : DLR.)

L'Agence spatiale canadienne soutient la participation de chercheurs canadiens à des expériences ayant pour objet de faire la lumière sur les effets des longs vols spatiaux sur la santé des astronautes. La nouveauté? Ces expériences simulent l'espace ici, sur Terre.

Les subventions visent une série d'expériences d'alitement et d'immersion sèche réalisées en collaboration avec l'Agence spatiale européenne. Les deux types d'expériences créent des conditions simulant l'apesanteur, notamment un déplacement des fluides vers la tête.

Dans le cadre des études d'alitement, des volontaires restent alités pendant plusieurs semaines, sans faire de pause, la tête six degrés plus bas que le reste du corps. Ils mangent, dorment, font de l'exercice, se lavent et mènent toutes les autres activités quotidiennes dans cette position. Ce protocole simule l'environnement de microgravité de l'espace et entraîne bon nombre des mêmes changements dans le corps.

Les six subventions accordées sont les suivantes.

Détails des six subventions accordées dans le cadre des études d'alitement
Chercheur et établissement Lieu Sujet de l'étude

Dr Andrew Blaber (cochercheur),
Université Simon Fraser, Colombie-Britannique

Planica, Slovénie

L'équipe examinera la physiologie de la coagulation sanguine de volontaires dans le cadre d'une étude d'alitement de 60 jours simulant l'apesanteur d'un vol spatial. L'information nous aidera à mieux comprendre la formation de caillots sanguins veineux chez les astronautes et les patients alités.

Dr Guy Trudel (chercheur principal),
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, Ontario

Planica, Slovénie

L'étude fournira de nouvelles données pertinentes sur l'anémie, l'hémolyse, les populations de globules rouges jeunes, matures et sénescents ainsi que sur les changements dans la rate de 24 participants avant, pendant et après un alitement en position inclinée, la tête plus basse que les pieds, avec gravité artificielle et contremesures physiques pour l'hypoxie.

Dr Guy Trudel (cochercheur),
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, Ontario

Planica, Slovénie

L'équipe testera l'efficacité de l'exercice sur bicyclette ergométrique en situation de gravité artificielle (GA) sur plusieurs extrémités musculosquelettiques par rapport à des contrôles et des contremesures antérieures (GA et non-GA). Les constatations permettront de mieux comprendre les changements musculosquelettiques causés par la microgravité.

Dr Guy Trudel (cochercheur),
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, Ontario

MEDES, France

L'équipe testera l'efficacité de l'exercice sur un appareil d'exercice contre résistance et vibrations en situation de gravité artificielle (GA) par rapport à des contrôles et des contremesures antérieures (GA et non-GA). Les constatations permettront de mieux comprendre les changements musculosquelettiques causés par la microgravité.

Dr Richard Hughson (cochercheur),
Université de Waterloo

MEDES, France

Dans le cadre de cette étude de 60 jours, l'équipe testera l'efficacité de l'exercice en situation de gravité artificielle produite par une grande centrifuge en tant que contremesure de la détérioration de la santé cardiovasculaire constatée chez les astronautes en vol spatial. Les changements dans le volume sanguin et les hormones régulatrices seront surveillés afin de déterminer leur rôle dans la détérioration de la santé cardiovasculaire.

Dr Richard Hughson (cochercheur),
Université de Waterloo

MEDES, France

Dans le cadre de cette étude de 60 jours, les changements simultanés dans le cœur, les vaisseaux sanguins et le squelette d'hommes et de femmes seront observés afin d'aider à trouver de nouvelles pistes de recherche importantes sur les vols spatiaux et les études liées à la santé. Sera aussi évalué tout effet bénéfique de l'exercice physique et de la gravité artificielle pendant l'alitement qui pourrait limiter les effets néfastes de l'inactivité sur le corps humain.

Dans le cadre des études d'immersion sèche, des volontaires passent environ cinq jours à flotter dans une grande baignoire remplie d'eau. La température de l'eau reste constante et agréable, et l'eau est recouverte d'une toile imperméable élastique pour garder les volontaires au sec. Seule leur tête reste hors de la baignoire.

Les deux subventions accordées sont les suivantes.

Détails des deux subventions accordées dans le cadre des études d'immersion sèche
Chercheur et établissement Lieu Sujet de l'étude

Dr Andrew Blaber (cochercheur),
Université Simon Fraser, Colombie-Britannique

MEDES, France

L'équipe examinera la physiologie de la coagulation sanguine chez des participants en immersion sèche. L'information permettra de mieux comprendre la formation de caillots sanguins veineux chez les astronautes et les patients hospitalisés et alités.

Dre Carolyn McGregor (chercheuse principale),
Institut universitaire de technologie de l'Ontario, Ontario

MEDES, France

L'équipe testera une méthode informatisée novatrice de surveillance autonome de la santé par l'analyse de mégadonnées sur une équipe composée uniquement de femmes.

Ces démarches de recherche uniques en science spatiale aideront les chercheurs canadiens à mieux comprendre comment le corps s'adapte à l'apesanteur et à trouver des contremesures pour les missions spatiales de longue durée. Toutes les études devraient être terminées d'ici .

Date de modification :