Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Nouvelles de la Station spatiale internationale

Nouvelle étude pour mieux comprendre les impacts de l'inactivité sur Terre et les changements subis par le corps des astronautes dans l'espace

Vidéo YouTube - Comprendre les effets de l'inactivité sur la santé. (Source : Instituts de recherche en santé du Canada.)

L'espace est éprouvant pour le corps. En fait, la microgravité a un tel impact sur le corps humain qu'il est possible d'établir un parallèle entre les astronautes dans l'espace et les personnes qui mènent un style de vie sédentaire sur Terre. C'est pourquoi l'Agence spatiale canadienne (ASC) collabore avec les Instituts de recherche en santé du Canada et le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées à une nouvelle étude sur les conséquences de l'inactivité sur la santé.

L'étude portera sur des mesures préventives qui pourraient aider à diminuer les risques que présentent les missions spatiales pour la santé des astronautes et à prévenir les problèmes de santé liés à l'âge sur Terre. Les participants, de 55 à 65 ans, seront alités pendant 14 jours à un angle de six degrés, la tête vers le bas. La moitié d'entre eux feront chaque jour 60 minutes d'entrainement par intervalles à haute intensité (HIIT), avec des exercices aérobiques et contre résistance à faible intensité. L'autre moitié recevra des traitements quotidiens de physiothérapie. En comparant les deux groupes, les chercheurs comprendront mieux comment le HIIT pourrait atténuer les effets négatifs de l'inactivité pour les ainés et de l'espace pour les astronautes, et comment il pourrait mener plus vite à une mobilité fonctionnelle. La collecte des données débutera au à l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, à Montréal, avec huit équipes de chercheurs.

Cette étude est des plus pertinentes puisqu'on se prépare à envoyer des astronautes sur la Lune et sur Mars, où ils seront grandement exposés aux effets néfastes de l'espace. Les données sur le corps humain obtenues dans l'espace pendant six mois prennent des années à recueillir sur Terre. Les résultats de ce genre d'étude dans l'espace servent aussi à améliorer notre qualité de vie sur Terre. En étudiant comment les astronautes s'adaptent à la microgravité, les scientifiques peuvent faire progresser les connaissances sur le vieillissement, les problèmes cardiovasculaires, l'ostéoporose et même sur les effets psychologiques de l'isolement.

Une étude réalisée en partenariat

L'ASC est chargée de passer les contrats liés aux activités dans le laboratoire de recherche, notamment pour le recrutement et la supervision médicale des participants ainsi que pour la prise des mesures standards dans ce type d'étude. Les huit équipes scientifiques sont financées par les Instituts de recherche en santé du Canada et le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées. Elles effectueront une analyse approfondie des effets de la contre-mesure.

Date de modification :