Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Vénus

Caractéristiques de Vénus

Type Planète tellurique
Taille (diamètre) 12 104 km, soit 95 % la taille de la Terre
Masse 4,868 × 1024 kg, 82 % de la masse de la Terre
Longueur de l'année (période orbitale) 224,7 jours
Nombre de lunes 0
Distance moyenne du Soleil 108 208 000 kilomètres
Température Environ 460 °C

La surface de Vénus est cachée par son épaisse atmosphère nuageuse. (Source : NASA.)

Formation

Vénus s'est probablement formée comme les autres planètes. L'ancien Système solaire était constitué d'un grand nuage de gaz, de poussière et de glace. Celui-ci s'est aplati en un disque en rotation. Le Soleil est né en son centre et les planètes ont été créées il y a environ 4,5 milliards d'années à partir de particules qui se sont agglomérées le long d'anneaux dans le disque.

Vénus est la deuxième planète la plus proche du Soleil. On l'appelle souvent la « planète jumelle » de la Terre. Leur taille, leur masse et leur composition sont très similaires, mais elles sont par ailleurs très différentes l'une de l'autre. Les scientifiques pensent qu'au commencement du Système solaire, Vénus était peut-être semblable à la Terre actuelle et même qu'il y avait de l'eau liquide à sa surface.

Rotation

Vénus est la seule planète du Système solaire qui tourne dans le sens des sens des aiguilles d'une montre. Toutes les autres tournent dans le sens inverse. On dit de la rotation de Vénus qu'elle est rétrograde.

Un jour vénusien – le temps nécessaire pour que la planète fasse une rotation complète – est égal à 243 jours terrestres. En fait, il lui faut moins de temps – 225 jours terrestres – pour faire le tour du Soleil.

Tout comme sur Mercure, l'année sur Vénus est plus courte que la journée!

Perspective produite par ordinateur de la surface de Vénus. On voit le volcan Sapa Mons à l'avant-plan. (Source : NASA/JPL.)

Surface

Vénus montre des signes d'une très forte activité volcanique et possède probablement plus de volcans que notre planète. Les scientifiques n'ont jamais observé de coulées de lave actives sur Vénus. Ils estiment toutefois que 80 % de la surface de la planète est recouverte de plaines volcaniques lisses, vestiges de coulées de lave anciennes.

Elle est entièrement recouverte de nuages épais qui cachent sa surface. Pour l'étudier, les scientifiques doivent utiliser des engins spatiaux qui atterrissent sur la planète ou des radars à bord de satellites ou de sondes.

Les nuages de Vénus contiennent de l'acide sulfurique (comme l'acide présent dans les batteries des automobiles). Cette substance corrosive se condense dans la haute atmosphère, puis tombe sous forme de pluie d'acide. Toutefois, la surface de Vénus est si chaude que l'acide s'évapore avant d'atteindre la surface.

Température et atmosphère

Bien que Vénus soit la deuxième planète à partir du Soleil, c'est elle et non Mercure qui est la planète la plus chaude du Système solaire.

La température élevée de Vénus est causée par son atmosphère très épaisse, au moins 90 fois plus épaisse que celle de la Terre! Cette couche extérieure est presque entièrement composée de dioxyde de carbone, un gaz dont le fort effet de serre est bien connu. L'énergie solaire piégée par l'atmosphère vénusienne chauffe la planète à une température constante de plus de 450 degrés Celsius.

Exploration de Vénus

La première exploration de Vénus a été réalisée par la sonde spatiale soviétique Venera 1. Lancée en , elle devait survoler Vénus pour l'observer de plus près. Malheureusement, la sonde a mal fonctionné avant de s'en approcher au plus près.

De nombreux autres engins spatiaux ont été lancés pour étudier Vénus, dont plusieurs ont atterri sur sa surface. Le programme soviétique Venera et les campagnes américaines Mariner et Pioneer des années  et ont permis aux scientifiques de mieux comprendre la planète brûlante, notamment son atmosphère, son champ magnétique et sa géologie. En raison des conditions extrêmes sur Vénus et du poids écrasant de l'épaisse atmosphère, aucun atterrisseur n'a pu résister plus de 127 minutes.

Vénus sert souvent d'assistance gravitationnelle pour aider les engins spatiaux à atteindre d'autres destinations. Par exemple, en passant près de Vénus, la sonde Galileo a été redirigée vers Jupiter, cible principale de la mission. Pendant ses brèves observations de Vénus, Galileo a collecté des données qui indiqueraient l'existence d'éclairs sur la planète. Des observations récentes montrent que la foudre est encore plus fréquente sur Vénus que sur Terre.

Vénus en chiffres - infographie

Version textuelle - Vénus en chiffres - infographie

Source : Agence spatiale canadienne.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :