Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Mercure

Caractéristiques de Mercure

Type Planète tellurique
Taille (diamètre) 4 880 km, soit environ 38 % de la taille de la Terre
Masse 3,301 × 1023 kg, soit 1/20 de la masse de la Terre
Longueur de l'année (période orbitale) 88 jours
Nombre de lunes 0
Distance moyenne du Soleil 57,9 millions de kilomètres
Température Entre -173 et 427 °C

Formation

Mercure s'est probablement formée comme les autres planètes. L'ancien Système solaire était constitué d'un grand nuage de gaz, de poussière et de glace. Celui-ci s'est aplati en un disque en rotation. Le Soleil est né en son centre et les planètes ont été créées il y a environ 4,5 milliards d'années à partir de particules qui se sont réunies le long d'anneaux dans le disque.

Mercure est la planète la plus proche du Soleil, ce qui a possiblement influencé sa composition et sa formation. La planète possède un noyau de fer étonnamment gros qui a pu se former lorsque le jeune Soleil a chauffé et vaporisé la roche de la surface mercurienne.

Orbite

Nommé d'après le messager des dieux romains réputé pour sa grande vitesse, Mercure fait le tour du Soleil en seulement 88 jours. De toutes les planètes, c'est celle dont l'année est la plus courte.

Tout comme la Terre, Mercure tourne aussi autour de son axe, mais beaucoup plus lentement. Une rotation complète de Mercure – un jour et une nuit – prend 176 jours terrestres, soit deux années mercuriennes complètes. Par comparaison, la période de rotation sidérale, c'est-à-dire la durée qu'il lui faut pour retrouver la même orientation par rapport aux étoiles environnantes, est de 59 jours terrestres.

De toutes les planètes, Mercure a l'orbite qui ressemble le moins à un cercle : elle a la forme d'un œuf. Pour cette raison, à partir de certains endroits sur cette planète, le Soleil du matin semble se lever brièvement, puis se coucher et recommencer à se lever. Le contraire se produit au coucher du Soleil : il se couche, puis remonte un peu avant de se coucher complètement.

Surface

Au premier coup d'œil, Mercure ressemble beaucoup à la Lune. On retrouve des cratères un peu partout sur sa surface. Ils sont demeurés inchangés pendant des milliards d'années puisque l'activité géologique et l'atmosphère de la planète sont presque inexistantes.

Toutefois, puisqu'aucun engin ne s'est jamais posé sur Mercure pour l'explorer, la surface mercurienne demeure la plus mystérieuse de toutes les planètes telluriques. Des parties de certains des cratères sont constamment dans l'ombre, car elles ne sont jamais exposées au Soleil. Des scientifiques pensent que de la glace pourrait exister dans ces cratères.

Exosphère

L'atmosphère de Mercure est si délicate qu'on la considère plutôt comme une exosphère. Le mince volume de matière qui entoure la planète n'est pas assez dense pour se comporter comme une atmosphère. C'est une toute petite couche composée de particules provenant des vents solaires. S'y trouve aussi des éléments de la croûte de Mercure (hydrogène, hélium, oxygène et sodium) vaporisés par la chaleur intense du Soleil.

L'exosphère de Mercure ne reste jamais la même. Le vent solaire souffle constamment et la fait disparaitre. Mais les fortes éruptions du Soleil surchauffent la croûte de la planète, ce qui reconstitue l'exosphère.

Cette image de Mercure en fausses couleurs prise par la sonde MESSENGER montre les différents types de roches de la surface. (Source : NASA.)

Exploration de Mercure

De toutes les planètes telluriques du Système solaire, Mercure demeure la moins explorée. Il est difficile d'envoyer des sondes vers la petite planète à cause de sa proximité du Soleil : elles sont attirées par la force gravitationnelle beaucoup plus forte du Soleil.

La NASA a lancé deux sondes pour étudier Mercure : Mariner 10 dans les années  et MESSENGER dans les années . Il a fallu de nombreuses années et plusieurs manœuvres complexes autour d'autres astres comme la Terre, Vénus et le Soleil pour survoler Mercure d'assez près pour l'observer. Ces deux missions ont dévoilé certaines propriétés de la planète, comme sa composition, son champ magnétique, son exosphère et la géologie de sa surface.

En , l'Agence spatiale européenne et l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale ont lancé la mission BepiColombo. Elle atteindra Mercure en . Cette mission est composée de deux satellites : un orbiteur planétaire (MPO) et un orbiteur magnétosphérique (MMO, aussi appelé « Mio »). Le MPO prendra des clichés de la surface et de l'exosphère de Mercure dans différents types de lumière. Quant à Mio, il étudiera le champ magnétique de la planète chaude.

Mercure en chiffres - infographie

Version textuelle - Mercure en chiffres - infographie

Source : Agence spatiale canadienne.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :