Biographie de Chris Hadfield

Astronaute canadien Chris Hadfield

Profil personnel : Né le 29 août 1959 à Sarnia et élevé à Milton, en Ontario. Le colonel Chris Hadfield est marié à Helene Hadfield (née Walter) et il est père de trois enfants. Il aime le ski, l'équitation, le jogging, le volleyball et le squash. Il aime également jouer de la guitare, chanter et écrire. Ses parents, Roger et Eleanor Hadfield, habitent près de Milton. La mère d'Helene, Gwendoline Walter, réside à Victoria, en Colombie-Britannique. Son père, Erhard Walter, est décédé.

Études : En 1977, il reçoit un diplôme de la Milton District High School et il est lauréat du Mérite scolaire de l'Ontario. Il obtient en 1982 un baccalauréat spécialisé en génie mécanique (avec distinction) du Collège militaire royal de Kingston, en Ontario. En 1982, il poursuit des études supérieures à l'Université de Waterloo, en Ontario. Il termine sa maîtrise en systèmes aéronautiques de l'Université du Tennessee en 1992.

Affiliations : Membre du Club du Collège militaire royal, de la Society of Experimental Test Pilots et de l'Institut aéronautique et spatial du Canada. Parrain d'honneur du Collège Lambton et membre du conseil d'administration de la Lakefield College School. Membre du conseil de l'International Space School Foundation. Membre du conseil de la fondation Les ailes d'époque du Canada. Président de l'Association des explorateurs de l'espace.

Distinctions honorifiques : Il reçoit le prix Liethen-Tittle en sa qualité de pilote par excellence de la USAF Test Pilot School (1988), le United States Navy Test Pilot of the Year (1991) et un doctorat honorifique en génie du Collège militaire royal (1996). Il est membre de l'Ordre de l'Ontario (1996) et il obtient un doctorat honorifique en droit de l'Université Trent (1999). On lui remet également le prix Vanier (2001), la Croix du service méritoire (2001), la Médaille pour service exceptionnel de la NASA (2002) et la Médaille du jubilé d'or de la Reine (2003). Il est ensuite intronisé au Panthéon de l'aviation du Canada (2005). La Monnaie royale canadienne produit des pièces de monnaie en argent et en or afin de commémorer son historique sortie dans l'espace lors de l'installation du Canadarm2 sur la Station spatiale internationale (2006). Officier de l'ordre du Canada (2014).

Expérience : Élevé sur une ferme consacrée à la culture du maïs dans le sud de l'Ontario, Chris Hadfield s'intéresse très jeune au pilotage et devient cadet de l'air. Il décroche une bourse de pilote de planeur à l'âge de 15 ans et une autre bourse de pilote d'avion propulsé à 16 ans. Il enseigne également le ski et le ski de compétition à plein temps et à temps partiel pendant 10 ans.

Chris Hadfield entre dans les Forces armées canadiennes en mai 1978. Il passe deux ans au Collège militaire Royal Roads à Victoria, en Colombie-Britannique, et deux autres années au Collège militaire royal de Kingston, en Ontario, où il complète, en 1982, son baccalauréat en génie mécanique. En 1980, on lui décerne le titre de meilleur pilote lors de son entraînement élémentaire à Portage La Prairie, au Manitoba. En 1983, il récolte la meilleure note globale à la fin de son entraînement de pilote d'avion à réaction de niveau élémentaire à Moose Jaw en Saskatchewan et, en 1984-1985, il se soumet à un entraînement sur CF-5 et CF-18 à Cold Lake, en Alberta.

Pendant les trois années suivantes, Chris Hadfield fait partie de l'escadron 425 où il pilote des CF-18 pour le compte du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). Au cours de cette période, il participe, aux commandes d'un CF-18, à la première interception d'un avion soviétique « Bear ». Il fréquente la United States Air Force (USAF) Test Pilot School à la base aérienne Edwards, en Californie, puis est nommé officier d'échange des forces navales des États-Unis à la Strike Test Directorate de la base aéronavale de Patuxent River. De 1989 à 1992, il compte plusieurs réalisations dont des essais sur des avions F/A-18 et A-7, des travaux de recherche avec la NASA portant sur les marges de commande en tangage en simulation et en vol, le premier vol militaire d'un F/A-18 à moteurs à performance accrue, le premier vol d'essai du National Aerospace Plane à système de propulsion à combustion extérieure d'hydrogène, le développement d'une nouvelle échelle de cotation de qualités de vol pour des essais à angle d'attaque élevé et la participation au programme de formation à la reprise des commandes d'un F/A-18 hors de contrôle. Chris Hadfield pilote ainsi plus de 70 types d'avions différents.

En juin 1992, Chris Hadfield figure parmi les quatre nouveaux astronautes canadiens sélectionnés dans un bassin de 5 330 candidats. En août de la même année, il est retenu par l'Agence spatiale canadienne pour suivre un entraînement au Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston, au Texas. Il travaille alors à la résolution de problèmes techniques et de sécurité pour le groupe chargé de la préparation des activités de la navette, à la mise au point d'un poste de pilotage à écrans cathodiques pour la navette et au service responsable de fournir l'appui nécessaire au lancement des navettes au Centre spatial Kennedy, en Floride. En outre, Chris Hadfield se voit confier par la NASA le rôle de capcom principal, c'est-à-dire la voix du centre de contrôle de mission qui communique avec les astronautes en orbite, et ce, dans le cadre de 25 missions de la navette spatiale. De 1996 à 2000, il représente les astronautes de l'ASC et coordonne leurs activités à titre d'astronaute en chef.

De 2001 à 2003, Chris Hadfield est affecté à la Cité des étoiles, en Russie, où il oeuvre comme directeur des opérations pour le compte de la NASA au Centre Youri Gagarine pour la formation des cosmonautes. Son travail consiste à coordonner et à diriger toutes les activités des équipages de la station spatiale en Russie, à superviser le personnel chargé de l'entraînement et du soutien offerts aux équipages et à négocier diverses politiques avec le Programme spatial russe et d'autres partenaires internationaux. Après un entraînement particulier, il acquiert les compétences faisant de lui un ingénieur de bord pleinement qualifié pour prendre place à bord du vaisseau spatial Soyouz TMA et pour réaliser des activités extravéhiculaires vêtu du scaphandre spatial russe Orlan.

Chris Hadfield est maintenant un astronaute civil de l'ASC puisqu'il a pris sa retraite de l'Aviation canadienne en 2003, après 25 années de service militaire. De 2003 à 2006, il a agi comme chef du Département de robotique du bureau des astronautes de la NASA au Centre spatial Johnson de Houston, au Texas, et il a occupé le poste de chef de l'exploitation de la Station spatiale internationale au même endroit de 2006 à 2008.

Vols spatiaux : En novembre 1995, Chris Hadfield s'envole en tant que premier spécialiste de mission dans le cadre de la mission STS-74, la deuxième mission de rendez-vous et d'amarrage de la navette américaine avec la station spatiale russe Mir. Pendant le vol, l'équipage à bord de la navette Atlantis fixe un module d'amarrage pesant cinq tonnes sur la station Mir et transfère plus de 1000 kilogrammes de nourriture, d'eau et d'instruments scientifiques à l'intention des cosmonautes. Chris Hadfield devient le premier spécialiste de mission canadien, le premier Canadien à manoeuvrer le Canadarm en orbite et le seul Canadien à visiter la station Mir.

En avril 2001, Chris Hadfield assume la fonction de premier spécialiste de mission pour la mission STS-100 ou vol 6A d'assemblage de la Station spatiale internationale. Ce vol de 11 jours à bord de la navette Endeavour vise essentiellement à livrer et à installer le nouveau bras robotique canadien Canadarm2 ainsi que le module logistique polyvalent Raffaello de conception italienne. Durant cette mission, Chris Hadfield effectue deux sorties extravéhiculaires. Il devient ainsi le premier Canadien à quitter un engin spatial et à évoluer librement dans l'espace. Chris Hadfield passe un total de 14 heures et 54 minutes dans le vide spatial et effectue dix fois le tour de la Terre.

De 2008 à 2009, Chris Hadfield est affecté comme relève de Bob Thirsk pour le vol de longue durée Expedition 20/21. Il s'entraîne alors en vue de vivre et de travailler pendant une période pouvant atteindre 6 mois à bord de la Station spatiale internationale. Au terme de cette affectation, il appuie la Direction de l'exploitation de l'ISS et élabore des procédures d'urgence pour la station.

Du 10 au 23 mai 2010, Chris Hadfield assume le rôle de commandant de la mission sous-marine NEEMO 14 de la NASA visant à tester des concepts d'exploration dans un habitat immergé situé au large des côtes de la Floride. La mission NEEMO 14 utilise le plancher océanique pour simuler des missions d'exploration de la surface d'astéroïdes, de lunes et de la planète Mars. On cherche ainsi à mieux comprendre comment un équipage d'astronautes interagit avec divers équipements, comme des combinaisons spatiales perfectionnées, un atterrisseur, un rover ou des bras robotiques.

En juin 2010, Chris Hadfield participe au Projet de recherche du lac Pavilion, situé à 420 kilomètres au Nord-Ouest de Vancouver. Le lac Pavilion est l'un des rares endroits sur Terre où l'on retrouve des microbialites. L'équipe de recherche fait appel à une combinaison de véhicules télécommandés, de véhicules submersibles autonomes, de plongeurs et de submersibles DeepWorker afin d'étudier la formation des microbialites et de faciliter la recherche de possibles formes de vie extraterrestres lors des prochaines missions vers Mars.

En septembre 2010, Chris Hadfield est affecté à la mission Expedition 34/35. Le 19 décembre 2012, il s'est envolé à bord d'un véhicule russe Soyouz et est devenu le deuxième Canadien à prendre part à un vol de longue durée à bord de l'ISS. Le 13 mars 2013, il est devenu le premier Canadien à prendre le commandement d'un engin spatial et assume les fonctions de commandant de l'ISS pendant la seconde partie de son séjour de cinq mois dans l'espace. Le 13 mai, Hadfield, Tom Marshburn et Roman Romanenko ont atterri au Kazakhstan après avoir voyagé près de 99,8 millions de kilomètres, complétant 2 336 orbites de la Terre. Le trio a passé 146 jours dans l'espace dont 144 à bord de la station.

En juin 2013, Chris Hadfield a annoncé qu'il prendrait sa retraite de l'ASC à compter du 3 juillet 2013 pour relever de nouveaux défis.

Suivez Chris sur Twitter (@Cmdr_HadfieldAnglais seulement)!

Juin 2013