Équipes de l'Initiative canadienne CubeSats

L'Initiative canadienne CubeSats de l'Agence spatiale canadienne offre à des équipes d'étudiants d'établissements postsecondaires de chaque province et territoire l'occasion de participer à une véritable mission spatiale, de la conception et de la fabrication au lancement et à l'exploitation de leur propre satellite miniature nommé « CubeSat ».

Les équipes d'un bout à l'autre du Canada travaillent déjà à la conception de leur CubeSat, après quoi ils le construiront. Une fois mis à l'épreuve et homologués, les CubeSats seront lancés vers la Station spatiale internationale, d'où ils seront mis en orbite en . À partir de ce moment, les équipes exploiteront leur satellite et effectueront les expériences scientifiques liées aux objectifs de leur mission (qui pourrait durer jusqu'à 12 mois).

Découvrez les 15 équipes retenues et leur projet respectif en parcourant la carte ci-dessous. Cliquez sur un point pour faire apparaître la fiche de chacun des établissements participants.

Établissement Province/ville Projet Thèmes Description de projet Collaborateurs
Université de l'Alberta Alberta (Edmonton) Ex-Alta 2 Météo spatiale, observation de la Terre et environnement
  • Élargir notre plateforme ouverte pour donner libre accès aux conceptions des logiciels, des composants électroniques et du système mécanique du nanosatellite afin de faciliter les missions satellitaires, du Canada ou de pays étrangers.
  • Mettre à l'essai un instrument d'imagerie pour recueillir des données qui permettront de prévenir, de suivre et de surveiller les répercussions des feux de forêt sur la végétation et les terres.
  • Mettre en orbite une sonde magnétométrique, instrument conçu pour surveiller et mieux comprendre les effets de la météo spatiale sur nos systèmes de communication.
  • Collège Aurora (Territoires du Nord-Ouest)
  • Université du Yukon (Yukon)
  • Université de Calgary (Alberta)
  • Université de la Saskatchewan (Saskatchewan)
  • Université York (Ontario)
  • Université d'Oslo (Norvège)
  • Institut von Karman de dynamique des fluides (Belgique)
  • Université de l'Iowa (É.-U.)
Université de Victoria Colombie-Britannique (Victoria) ORCA2Sat : Étalonnage optique et radio d'un CubeSat d'atténuation atmosphérique Science et technologie spatiales
  • Élaborer et mettre à l'essai de nouvelles percées technologiques afin de mieux comprendre l'« énergie sombre », forme d'énergie mystérieuse qui représente 75 % de l'Univers et qu'on pense être à l'origine d'une expansion de l'Univers à une vitesse accélérée. Exploité avec deux charges utiles, l'ORCA2Sat étalonnera un certain nombre d'observatoires optiques et radio afin de réduire l'incertitude liée aux mesures de la vitesse d'expansion de l'Univers. Ces mesures étalonnées pourraient offrir de nouvelles indications sur la nature de l'énergie sombre et la vitesse d'expansion de l'Univers.
  • Université Simon-Fraser (C.-B.)
  • Université de Colombie-Britannique (C.-B.)
  • Université technique de Lisbonne (Portugal)
  • Université Harvard (É.-U.)
  • Space Systems Loral (É.-U.)
  • Conseil national de recherches (Ontario)
Université du Manitoba Manitoba (Winnipeg) Manitoba SAT-1 Astronomie, géologie
  • Étudier l'influence des conditions spatiales sur la composition des astéroïdes et de la Lune afin que les chercheurs sur Terre puissent mieux comprendre cette influence quand ils étudient les météorites, corps célestes cousins. Cette mission aidera également à mieux comprendre les origines des astéroïdes quand les données de la mission seront combinées à celles collectées lors de missions d'échantillonnage d'astéroïde, comme la mission OSIRIS-REx.
  • Université de Winnipeg (Manitoba)
  • Université York (Ontario)
  • Division scolaire d'Interlake (Manitoba)
  • Magellan Aerospace (Manitoba)
Université du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick (Fredericton) VIOLET : Positionnement et imagerie satellite de grande précision Météo spatiale, météorologie
  • Mieux comprendre le comportement de la haute atmosphère de la Terre, notamment l'ionosphère. Le CubeSat NB recevra des signaux transmis par les systèmes mondiaux de navigation par satellite, comme le GPS, qui se déplacent dans l'ionosphère et en subissent les effets. Les chercheurs pourront utiliser les données pour étudier plus à fond la façon dont l'ionosphère change d'un endroit à l'autre au fil du temps ainsi que la façon dont elle réagit à la météo spatiale. Les perturbations météorologiques spatiales importantes peuvent nuire aux systèmes de communication et aux réseaux électriques.
  • Le CubeSat NB sera également doté de trois caméras. Deux d'entre elles permettront à l'équipe d'étudier la répartition de l'oxygène dans la haute atmosphère. Elles capteront des images des atomes d'oxygène légers rouges et verts libérés pendant les aurores ou les épisodes de lumière du ciel. Les images serviront à examiner la composition variable de l'ionosphère et sa réaction aux tempêtes solaires. La troisième caméra servira à prendre des images de la surface de la Terre qui serviront en sciences terrestres et en météorologie. Il est essentiel de bien connaitre les océans du globe pour comprendre les changements climatiques.
  • Université de Moncton (N.-B.)
  • New Brunswick Community College, campus de Saint John (N.-B.)
Université Memorial Terre-Neuve-et-Labrador (St. John's) Killick-1 : CubeSat de réflectométrie piloté par le Système mondial de navigation par satellite pour mesurer l'épaisseur et l'étendue des glaces de mer Observation de la Terre, changements climatiques, environnement
  • Mettre à l'essai une technologie existante conçue pour surveiller les océans (détection des glaces de mer et estimation de la concentration des glaces de mer) et l'adapter à la petite taille de la structure d'un CubeSat, ce qui pourrait mener à des solutions moins coûteuses pour la surveillance de nos océans et la collecte de données à leur sujet.
  • Université de l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.)
  • C-CORE (T.-N.-L.)
Institut de recherche Aurora du Collège Aurora Territoires du Nord-Ouest (Inuvik) AuroraSat Approche communautaire, culture autochtone
  • Promouvoir et faire connaitre la culture autochtone dans l'ensemble du Canada grâce à des images du Nord, projet qui prévoit l'envoi d'œuvres d'art nordique dans l'espace où des photos de diverses œuvres seront prises avec la Terre comme arrière-plan.
  • Promouvoir et faire connaitre la culture autochtone dans l'ensemble du Canada grâce à la voix des populations nordiques; retenir les services de radioamateurs partout au pays pour transmettre des histoires et des messages dans les langues autochtones.
  • Promouvoir et faire connaitre la culture autochtone dans l'ensemble du Canada grâce à des jeux; créer un jeu interactif à l'échelle mondiale destiné aux radioamateurs. Des enregistrements spéciaux seront diffusés uniquement dans certaines régions géographiques. Il faudra une coopération mondiale afin de décoder l'ensemble du message. Des messages et du contenu portant sur l'histoire et la langue des peuples autochtones nordiques seront créés.
  • Université de l'Alberta (Alberta)
  • Université du Yukon (Yukon)
  • Collège de l'Arctique du Nunavut (Nunavut)
  • Université de l'Alberta Nord (Alberta)
  • Infrastructure canadienne de données géospatiales (RNCan)
Université Dalhousie Nouvelle-Écosse (Halifax) CubeSat de l'Université Dalhousie (DUCS) Technologie spatiale
  • Tester une nouvelle structure de CubeSat faite d'alliages métalliques légers afin d'améliorer la navigation des futurs CubeSats dans l'espace.
  • Valider l'utilisation de l'énergie solaire embarquée et de la technologie de stockage dans des batteries pour alimenter une roue de stabilisation qui permettra de mieux positionner les instruments du satellite.
  • IMP Aerospace (N.-É.)
  • Xeos Technologies (N.-É.)
Université Western en partenariat avec le Collège de l'Arctique du Nunavut Ontario (London) et Nunavut (Iqaluit) Le projet de CubeSat de l'Université Western et du Collège de l'Arctique du Nunavut Exploration spatiale, observation de la Terre, changements climatiques, environnement, activités éducatives
  • Effectuer un vol d'essai pour faire une démonstration technologique d'un nouveau système d'imagerie qui pourrait fournir des images compatibles avec la réalité virtuelle. Ce système d'imagerie aurait des applications dans les domaines de l'observation de la Terre et de l'exploration spatiale. Les tests montreront les modes d'imagerie de diverses fonctions en orbite.
  • Renforcer les activités de sensibilisation aux STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) du Centre for Planetary Science and Exploration (CPSX) de l'Université Western en réalisant des activités de CubeSat en classe. Ce projet vise les élèves des écoles du sud-ouest de l'Ontario et les étudiants du Collège de l'Arctique du Nunavut. L'accès à distance au CubeSat permettra de montrer en direct comment envoyer des commandes au satellite et comment interpréter les données reçues. Ces activités s'ajouteront à celles qui se font déjà en classe et s'appuieront sur les travaux antérieurs effectués à l'Université Western pour permettre l'accès à distance à de l'équipement de laboratoire.
  • Canadensys Aerospace (Ontario)
  • MDA (Ontario)
Université McMaster Ontario (Hamilton) NEUDOSE : mission de CubeSat pour la dosimétrie de particules chargées et de particules neutres Exploration spatiale, exposition au rayonnement dans l'espace
  • Tester un instrument qui pourrait offrir de nouvelles façons de mesurer la quantité de rayonnement auquel les astronautes pourraient être exposés pendant les sorties dans l'espace, car cette exposition pose des risques graves pour leur santé. Cet instrument pourrait remplacer l'équipement de dosimétrie actuel à bord de la Station spatiale internationale. Les mesures prises par l'instrument serviront à déterminer les zones à haut niveau de rayonnement, à détecter le rayonnement causé par les tempêtes solaires et à améliorer les outils de modélisation du rayonnement en prévision de futures missions dans l'espace lointain.
  • Collège Mohawk (Ontario)
  • Bubble Technology Industries (Ontario)
  • NASA/Goddard Space Flight Center (États-Unis)
Université York Ontario (Toronto) CubeSat expérimental à des fins pédagogiques du Département de l'ingénierie et des sciences spatiales (ESSENCE) Observation de la Terre, changements climatiques, environnement, rayonnement
  • Tester un appareil photographique grand-angle développé au Canada pour observer la couverture de neige et de glace dans le nord du Canada. L'information fournie par ses images pourrait aider à cartographier la fonte de la glace et du pergélisol de l'Arctique, et à tracer un portrait plus précis des conséquences des changements climatiques dans la région.
  • Tester un détecteur de l'énergie protonique émise par le Soleil, fourni par l'Université de Sydney, pour recueillir des données qui permettront de mieux comprendre l'effet des pics de flux protonique du Soleil. Au cours de ces pics, les protons radioactifs émis par l'activité solaire dégagent beaucoup plus d'énergie que d'habitude. La forte radioactivité pendant ces pics peut traverser la structure des engins spatiaux qui se trouvent sur la trajectoire du flux de protons et endommager la structure ainsi que les composants électroniques à bord. Comprendre ces pics et leurs effets pourrait mener à la conception d'un CubeSat résistant mieux aux rayonnements.
  • ICT Seneca College of Applied Arts and Technology (Ontario)
  • Université de Sydney (Australie)
  • Canadensys Aerospace (Ontario)
Université de l'Île-du-Prince-Édouard Île-du-Prince-Édouard (Charlottetown) SpudNik-1 : système d'imagerie à haute résolution embarqué sur CubeSat pour l'agriculture de précision Observation de la Terre, agriculture intelligente, environnement
  • Développer et tester un système d'imagerie pour l'agriculture de précision. Le système pourra saisir des données précises sur les sols et les cultures (p. ex. texture, topographie, taux d'humidité, infestations par les mauvaises herbes et les maladies, dommages aux cultures) et vérifier l'efficacité des herbicides et fongicides épandus, surveiller les dommages physiques causés par les insectes, les inondations, le vent et la grêle, et établir un calendrier d'irrigation. L'objectif est d'établir de meilleurs systèmes de surveillance pour favoriser une plus grande durabilité.
  • Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador (T.-N.-L.)
  • Skolkovo Institute of Science and Technology (Russie)
  • C-CORE (T.-N.-L.)
Université Concordia Québec (Montréal) Space Concordia's Orbital Dust Imaging Nanosatellite (SC-ODIN) Observation de la Terre, changements climatiques, technologie spatiale
  • Tester un imageur pour mesurer les poussières atmosphériques et étudier l'effet des changements climatiques dans la région du lac Kluane.
  • Évaluer la viabilité d'un nouveau composant électronique qui montre une meilleure résistance aux conditions difficiles de l'espace et qui pourrait améliorer la rentabilité et la performance des futurs ordinateurs de CubeSats.
  • Université de Montréal (Québec)
  • L'Institut polytechnique de Grenoble (France)
  • ABB Group (Québec)
  • MDA (Québec)
  • Mission Control Space Services (Ontario)
  • Kalray S.A. (France)
  • Spectrum Aerospace Group (Allemagne)
  • Parlons sciences (Québec et Ontario)
Université de Sherbrooke Québec (Sherbrooke) QMSat : magnétomètre quantique à diamant pour nanosatellites Météo spatiale, système de communication
  • Effectuer l'une des premières démonstrations d'un capteur quantique dans l'espace. Les capteurs quantiques utilisent le comportement unique et souvent étrange de la matière à très faible distance pour effectuer des mesures ultrasensibles et fiables. Ce capteur quantique utilise les défauts azote-lacune dans un minuscule morceau de diamant pour mesurer l'intensité et l'orientation du champ magnétique dans l'espace. De telles mesures facilitent l'étude de l'incidence des tempêtes solaires sur les communications radio, les GPS ou les réseaux électriques, ou encore celle du flux de magma sous la croûte terrestre, par exemple. Les technologies quantiques, telles que ce magnétomètre, mèneront à des capteurs moins gros, plus sensibles et moins énergivores pour les applications spatiales.
  • École nationale d'aéronautique (Québec)
  • MDA (Québec)
Université de la Saskatchewan Saskatchewan (Saskatoon) RadSat-SK Technologie spatiale
  • Tester un dosimètre doté de transistors à effet de champ et une méthode de protection contre le rayonnement à base de mélanine, les deux étant mis au point à l'Université de la Saskatchewan. Le dosimètre est prometteur puisqu'il est plus abordable, plus petit, plus léger et plus facile à fabriquer que les dosimètres actuels. La protection contre le rayonnement à base de mélanine est susceptible d'influer sensiblement sur les méthodes actuelles de protection contre le rayonnement spatial puisqu'elle est beaucoup plus légère, ce qui réduirait les coûts de transport, et facile d'utilisation. L'efficacité de ces deux nouvelles technologies sera testée et comparée à celle des technologies actuelles.
  • École polytechnique de la Saskatchewan (Saskatchewan)
  • Université de l'Alberta (Alberta)
  • SED Systems (Saskatchewan)
  • Innocorps Research Corporation (Saskatchewan)
Université du Yukon Yukon (Whitehorse) YukonSat Météo spatiale, approche communautaire, promotion des STIM

Le projet se concentrera sur la promotion des STIM et suscitera la participation de la collectivité au moyen de trois initiatives principales :

  • Des défis de programmation faisant appel aux données recueillies par YukonSat seront lancés aux jeunes du Yukon et à la population générale. Par exemple, les élèves pourraient être mis au défi de créer un collage d'images satellite d'une certaine région de la Terre.
  • Des défis de programmation seront lancés pour transmettre et recevoir de courts enregistrements vocaux. Les écoles, les Premières Nations, les collectivités et d'autres groupes du Yukon auront l'occasion de diffuser leurs messages dans d'autres régions du Canada et du monde grâce à un genre de chasse au trésor.
  • L'analyse et l'interprétation des données seront effectuées dans les cours de mathématiques et de sciences de l'Université du Yukon. Par exemple, les étudiants pourraient être initiés aux instruments, au traitement des signaux et aux méthodes d'analyse des données dans le cadre d'une activité de cartographie des forces magnétiques de la Terre à l'aide du GPS et des données magnétométriques d'un satellite construit par leurs pairs.
  • Université de l'Alberta (Alberta)
  • Collège Aurora (Territoires du Nord-Ouest)
  • Ressources naturelles Canada (Ontario)

Poursuivez l'exploration

Date de modification :