Microsatellite de surveillance maritime et de messagerie (M3MSat)

Microsatellite de surveillance  maritime et de messagerie

Lancement : 2014

Le Canada construit actuellement M3MSat (le Microsatellite de surveillance maritime et de messagerie), un satellite de démonstration technologique qui permettra d'établir l'utilité d'avoir dans l'espace un système d'identification automatique (SIA) des signaux de bateaux dans le but de mieux gérer le transport maritime dans les eaux canadiennes. Ce système sera appuyé par l'instrument Low Data Rate Service (LDRS) lequel servira à transmettre les messages SIA des senseurs au sol. M3MSat contribuera également à la mise en essai de l'instrument Dielectric Deep Charge Monitor (DDCM) qui mesurera la quantité d'électricité statique accumulée dans les matériaux non-conducteurs du satellite.

M3MSat, qui sera lancé en 2014, pourra traiter les données reçues du réseau maritime d'autodéclaration mis en chantier par l'Organisation maritime internationale, par le biais des Nations Unies.

M3MSat est un satellite de télédétection et sa mission a pour but de démontrer et tester la technologie de trois instruments. (Source : Agence spatiale canadienne)

Survol de la mission

Le satellite M3MSat, qui a la taille d'une boîte de déménagement de format moyen, utilisera un nouveau type de plateforme générique de microsatellite. Il sera placé sur une orbite d'une altitude approximative de 650 kilomètres au-dessus de la Terre.

Le microsatellite M3MSat servira à recueillir et localiser les signaux numériques émis par les bateaux. Ces informations seront transmises à des stations au sol pour ensuite être relayées à des opérateurs de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC). Ainsi, on sera en mesure d'identifier et comptabiliser le trafic maritime, connaître la direction et la vitesse de croisière des bateaux et s'assurer que ceux-ci naviguent de façon légale et sécuritaire dans les eaux canadiennes.

M3MSat pourra travailler en simultané avec RADARSAT-2 en fusionnant l'information SIA avec les images Radar à synthèse d'ouverture (SAR). On pourra alors comparer les images radars avec les informations du réseau maritime d'autodéclaration captées par M3MSat. M3MSat aura une durée de vie estimée à 2 ans.

Objectifs de la mission

M3MSat est un satellite de télédétection et sa mission a pour but de démontrer et tester la technologie de trois instruments.

M3MSat orbitera autour de la Terre à une altitude approximative de 650 kilomètres et survolera l'étendue des eaux canadiennes environ dix fois par jour. Ce satellite représente une avancée dans la surveillance des eaux canadiennes puisque sa position au-dessus de la Terre lui permettra de couvrir une région beaucoup plus large que les détecteurs terrestres pour capter des signaux SIA.

Le premier instrument, construit pour répondre aux besoins du département de la Défense nationale, a pour but d'améliorer la sécurité en mer, d'assurer notre souveraineté, d'identifier et de localiser nos biens. Tous les navires de plus de 300 tonnes émettent en continu sur de très hautes fréquences (VHF) les informations liées à leur position. Il sera donc possible grâce au SIA de détecter les signaux émis par les navires et ainsi connaître les allées et venues des navires dans les eaux canadiennes.

Les deux autres charges utiles secondaires relèvent de l'Agence spatiale canadienne (ASC). Dans un premier temps, l'instrument LDRS est un projet connexe à SIA qui servira à comptabiliser le passage des bateaux. L'instrument LDRS recevra ses données à bas débit des stations isolées à travers le Canada et retransmettra celles-ci à des centres de contrôle situés dans l'est et l'ouest du pays, assurant ainsi la coordination et la retransmission des informations recueillies sur le trafic maritime. Ceci permettra de recueillir des données sur le trafic maritime dans les régions éloignées où il n'y a pas d'infrastructures assurant la transmission de données en continu.

L'instrument DDCM servira à mesurer l'accumulation des matériaux diélectriques des satellites et ainsi connaître leur niveau critique de chargement. Cette information sera précieuse afin de prolonger la durée de vie des satellites orbitant autour de la Terre.

Partenaires

M3MSat est un projet financé conjointement par l'ASC et RDDC. L'ASC est responsable des instruments LDRS et DDCM. Alors que l'instrument SIA relève du groupe des systèmes spatiaux du centre du RDDC d'Ottawa.

Le satellite est construit par la firme ontarienne COM DEV Ltée avec l'appui de l'Institut des études aérospatiales de l'Université de Toronto.

Fiche technique

Le satellite M3MSat sera positionné sur une orbite héliosynchrone. Ainsi, il se déplacera du pôle nord vers le pôle sud en survolant chaque région du globe au même moment à chaque jour. Ce type d'orbite qui suit la rotation de la Terre facilite les échanges de données entre l'espace et les stations terrestres et permet la cueillette d'information dans des régions ciblées sur de longues périodes de temps.

Voici un graphique identifiant l'emplacement des différentes composantes du satellite M3MSat :