La contribution du Canada au télescope Webb

L'Agence spatiale canadienne (ASC) fournit le détecteur de guidage de précision (FGS) de l'observatoire et un des quatre instruments scientifiques du télescope Webb : l'imageur dans le proche infrarouge et spectrographe sans fente (NIRISS). Les deux appareils ont été conçus, construits et mis à l'essai par la société COM DEV International à Ottawa et Cambridge (Ontario), avec des contributions techniques de l'Université de Montréal et du Conseil national de recherches du Canada, et avec l'orientation de l'équipe scientifique du FGS. La contribution de l'ASC garantit aux astronomes canadiens une part du temps d'observation une fois le télescope lancé en 2018.

Le détecteur de guidage de précision : permettre au télescope Webb de viser juste

Le détecteur de guidage de précision est composé de deux caméras identiques qui seront essentielles pour la « vision » du télescope Web : leurs images permettront au télescope de déterminer sa position, de trouver ses cibles célestes et de rester pointé correctement pour recueillir des données de grande qualité. Le FGS guidera le télescope avec une précision incroyable de un millionième de degré.

Que représente un millionième de degré?

Le champ de vision d'une personne est d'environ 180° (écartez vos bras de chaque côté du corps jusqu'à ce que vous ne puissiez plus voir vos mains — cela correspond à peu près 180°). Un millionième de degré équivaut à l'angle que formerait une personne tenant une pièce de vingt-cinq cents à une distance de 1 500 km de vous (la distance entre Montréal et St John's, Terre-Neuve!).

Le Canada a acquis des connaissances essentielles dans la construction de systèmes de pointage (particulièrement la caméra de pointage fin) dans le cadre de la mission FUSE, ce qui a contribué à l'expertise du Canada dans la conception du FGS du télescope Webb.

NIRISS

Le NIRISS présentera des capacités uniques lui permettant de trouver les objets les plus anciens et les plus éloignés dans l'histoire de l'univers. Il pourra aussi découvrir de nouvelles exoplanètes semblables à Jupiter autour de jeunes étoiles proches de nous, et ce, malgré la lumière éblouissante de ces dernières. Sa puissance lui permettra de détecter la mince couche atmosphérique de petites planètes habitables ressemblant à la Terre qui passeront devant leur étoile. On pourra alors déterminer la composition chimique de ces atmosphères et y chercher de la vapeur d'eau, du dioxyde de carbone et d'autres biomarqueurs potentiels comme le méthane et l'oxygène.

L'équipe scientifique des instruments FGS-NIRISS est dirigée conjointement par John Hutchings Ph. D. du Conseil national de recherches du Canada et le professeur René Doyon de l'Université de Montréal, directeur de l'observatoire du Mont-Mégantic et membre du Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ). L'équipe est composée d'astronomes de COM DEV, du Conseil national de recherches du Canada, de l'Université Saint Mary's, de l'Institut des sciences du télescope spatial (STScI), de l'École polytechnique fédérale de Zurich (ETH Zurich), de l'Université de Montréal, de l'Université de Rochester et de l'Université de Toronto.

Contribution du canada

Le télescope spatial James Webb, dont le lancement est prévu en 2018, est un projet conjoint de la NASA, de l'Agence spatiale européenne et de l'ASC.
Écouter la vidéoVidéo YouTube

james Webb

L'unité d'essais du détecteur de guidage de précision est préparée en vue de tests cryogéniques au Laboratoire David-Florida de l'ASC à Ottawa. (Photo : ASC-COM DEV)

james Webb

Prototype de vol des éléments optiques de l'instrument NIRISS (Image : COM DEV)