Recherche sur les applications scientifiques et opérationnelles (SOAR)

Image de SOAR

SOAR est un programme de partenariat entre MacDonald Dettwiler and Associates Ltd. - Geospatial Services Inc. (MDA GSI) et le gouvernement canadien, par l'entremise de l'Agence spatiale canadienne (ASC) et du Centre canadien de télédétection (CCT) de Ressources naturelles Canada. Ce programme permet d'accéder aux données de RADARSAT-2 dans le cadre d'essais et de travaux de recherche.

Le programme SOAR est une occasion d'explorer les capacités améliorées de RADARSAT-2 et de leurs potentielles contributions à diverses applications via un prêt d'une quantité limitée de données RADARSAT-2 aux projets de recherche sélectionnés. Le principal objectif poursuivi par SOAR est de s'assurer que les usagers canadiens bénéficient, par le biais d'activités de recherche et de développement, de l'investissement de 450 millions de dollars fait pour le développement de RADARSAT-2. Maintenant que le satellite est complètement opérationnel, le gouvernement du Canada développera des initiatives spécifiques sous le programme SOAR.

En mars 2015, quatre universités canadiennes ont été sélectionnées et recevront au total 700 000 $ pour la recherche scientifique et l'élaboration d'applications novatrices à partir des capacités nouvelles et améliorées de satellites d'observation de la Terre, tels que RADARSAT-2. Ces accords de subvention ont été conclus avec l'Université Western, l'Université de Guelph, l'Université de Waterloo et l'Université Carleton.

Cette initiative permettra au milieu universitaire de générer de nouvelles connaissances scientifiques, d'ajouter à son expertise dans le domaine des applications de l'imagerie radar et de faire en sorte que ses recherches génèrent de nouvelles applications qui profiteront aux Canadiens en matière de surveillance des terres et des eaux.

Nom du projet : Utilisation des données SAR (radar à synthèse d'ouverture) de RADARSAT-2 pour la cartographie géologique et l'exploration des ressources dans l'Arctique canadien

Description : L'Arctique canadien est une région d'un grand intérêt pour ce qui touche la surveillance environnementale, la cartographie géologique et la prospection. Cette proposition vise la mise au point de nouveaux outils et de nouvelles techniques mettant à profit les images captées par RADARSAT-2 pour appuyer l'exploration des ressources et améliorer la cartographie géologique et la gestion des terres dans l'Arctique canadien.

Université : Université Western, London (Ontario)

Nom du projet : Vers la cartographie automatisée des glaces de lac à l'aide de données RADARSAT-2 et de données de polarimétrie compacte simulées de la mission de la Constellation RADARSAT (MCR)

Description : L'étendue de la couverture de glace sur les lacs a un effet sur le climat régional et sur les conditions météorologiques. C'est notamment le cas de la neige d'effet de lac, qui entraîne la formation de nuages et génère d'importantes chutes de neige. La surveillance de l'état des glaces de lac a donc une grande incidence sur notre capacité à prévoir les conditions météorologiques et le climat dans les hautes latitudes. Des travaux récents ont démontré que l'intégration de la mesure de la couverture de glace aux modèles de prédiction de la météo était importante pour obtenir des prédictions plus exactes. Le Canada étant un pays vaste et pourvu de nombreux lacs, cartographier la couverture des glaces sur ces derniers de façon régulière représente un défi de taille. Les satellites d'observation de la Terre tels que RADARSAT-2 fournissent les moyens nécessaires pour accroître la couverture spatiale et la fréquence des observations des glaces de lac dont nous avons besoin pour la prévision numérique du temps et la surveillance du climat dans les latitudes nordiques. Cette proposition vise la mise au point d'une méthode automatisée permettant de cartographier la couverture de glace sur les lacs à partir d'images acquises par RADARSAT-2.

Université : University de Waterloo, Waterloo (Ontario)

Nom du projet : Intégration de l'interférométrie par radar à synthèse d'ouverture (InSAR) afin d'appuyer la gestion durable des risques pour les infrastructures linéaires exposées aux géorisques

Description : Les autoroutes, les voies ferrées et les pipelines sont déterminants pour la compétitivité économique du Canada et la qualité de vie des Canadiens. La fiabilité et la solidité de ces biens de grande valeur peuvent être touchées par les mouvements du sol locaux que l'on appelle géorisques. Les longues distances parcourues, parfois dans des endroits éloignés, peuvent imposer certaines contraintes quant au type et à la fréquence des activités d'inspection menées pour surveiller l'état de ces infrastructures. Les images radars obtenues par les satellites d'observation de la Terre comme RADARSAT-2 peuvent pallier ce problème, car elles permettent de surveiller ces infrastructures de façon régulière, jour et nuit, peu importe leur emplacement. Cette proposition vise à intégrer l'imagerie radar à d'autres sources d'information provenant d'un ensemble d'outils, afin qu'on puisse évaluer les effets importants d'un événement découlant de géorisques et ayant causé des dommages aux infrastructures de transport.

Université : Université Carleton, Ottawa (Ontario)

Nom du projet : Inférer la rugosité de surface et les caractéristiques de la végétation à l'aide de RADARSAT-2

Description : Cette étude utilise les images prises par RADARSAT-2 pour représenter la rugosité de la surface et l'état de la végétation dans une ferme expérimentale active située à Ariss, en Ontario. Des images radars seront acquises pour observer les champs de maïs, de soja et de blé à différents stades de croissance : après l'ensemencement, mais avant l'émergence, au début de la croissance des cultures, pendant la période de végétation maximale et après la récolte. L'utilisation d'images satellitaires aidera à déterminer l'incidence des caractéristiques du sol sur la qualité et la quantité de la croissance de la végétation. Les images RADARSAT-2 contribueront également à bonifier les données sur l'humidité du sol obtenues d'autres sources et utilisées pour la gestion des activités agricoles.

Université : Université de Guelph, Guelph (Ontario)

Consultez les avis d'offre de participation