Assurer la sécurité de la population par une gestion rapide des catastrophes au pays et à l'étranger

De à , 90 % des catastrophes majeuresNote de bas de page 1 dans le monde ont été causées par des phénomènes météorologiques, comme des inondations et des tempêtes, une catastrophe du genre ayant lieu presque quotidiennement.

Intervenir rapidement et efficacement quand une catastrophe survient est essentiel pour protéger la population et réduire les pertes matérielles. Les satellites canadiens RADARSAT, dont ceux de la mission de la Constellation RADARSAT (MCR), jouent un rôle très important dans l'atténuation des impacts des catastrophes sur la population canadienne et étrangère dans le cadre de la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures ».

Réagir vite en cas d'inondation

Les données de RADARSAT permettent aux équipes de sauvetage de se rendre rapidement dans les zones inondées.

Au Canada, les catastrophes naturelles les plus fréquentes sont les inondations. Elles peuvent se produire à n'importe quel moment de l'année et sont causées généralement par de fortes pluies, la fonte rapide de la neige ou des embâcles. Comme c'est le cas pour RADARSAT-2, la MCR aide les équipes de secours à évaluer la gravité des inondations pour déterminer les zones touchées et l'ampleur des dommages. Les données de la MCR servent aussi à prévoir les crues soudaines en permettant d'analyser l'accumulation et la fonte de la neige. Il est ainsi possible de dépêcher suffisamment d'équipes de sauvetage.

Intervenir lors d'une catastrophe naturelle

Utilisateur de RADARSAT : premier intervenant

Source : Marc Pouliot.

L'adjudant Marc Pouliot est chef de la Géomatique pour le Québec au sein des Forces armées canadiennes (FAC). C'est l'un des premiers intervenants à arriver sur les lieux d'une catastrophe naturelle. À ce titre, il a la responsabilité de faire une évaluation rapide des dégâts afin de pouvoir conseiller adéquatement les décideurs des FAC sur le terrain. C'est ce qu'il a fait lors des inondations dans la région de Montréal au printemps  où son équipe a été déployée d'urgence pour analyser les inondations et suivre leur progression. Pour être en mesure d'effectuer son travail avec précision, l'adjudant Pouliot utilise les données de RADARSAT-2, auxquelles il a accès en tout temps. Elles lui permettent d'agir vite et efficacement auprès de la population canadienne en détresse. Article complet sur l'adjudant Marc Pouliot.

Repérer les régions sujettes à des glissements de terrain

Glissement de terrain sur la route

Grâce à la MCR, il est possible d'évaluer l'étendue des dommages causés par les glissements de terrain. (Source : R. Couture/Commission géologique du Canada.)

Tous les ans, des milliers de glissements de terrain ont lieu partout au Canada. La plupart sont mineurs, mais il y en a un majeur à peu près tous les 10 ans. La MCR peut servir à évaluer les régions sujettes aux glissements de terrain, mais aussi celles déjà touchées pour connaitre l'importance des dommages. Ces renseignements aident les autorités gouvernementales à prendre les meilleures décisions sur les régions à risque afin d'assurer la sécurité de la population.

Soutenir les équipes de recherche et sauvetage

Les données de la MCR aident les équipes de recherche et sauvetage au Canada et dans le reste du monde. (Source : Aviation royale canadienne.)

En fournissant rapidement des renseignements précis sur les zones touchées par des catastrophes, les satellites jouent un rôle essentiel dans le travail des premiers intervenants et des équipes de recherche et sauvetage en situation d'urgence. La MCR produit en un rien de temps les coordonnées et des informations sur les caractéristiques des lieux de la catastrophe, ce qui permettra d'intervenir prestement et de minimiser les risques encourus par les équipes de secours. Des images de RADARSAT sont fournies au besoin quand la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures » est activée, les équipes d'intervention du monde entier étant ainsi mieux outillées pour sauver des vies et limiter les pertes matérielles et les dommages aux infrastructures.

Évaluer les dommages causés par les tremblements de terre

En permettant de détecter les mouvements du sol, la MCR peut aider à déterminer quelles sont les infrastructures à risque pendant les tremblements de terre.

Environ 5000 tremblements de terre se produisent au Canada chaque année, la plupart étant mineurs. Au cours du dernier siècle, au moins neuf tremblements de terre enregistrés au Canada ou à proximité ont atteint une magnitude d'au moins 7 sur l'échelle de Richter. Certains ont causé des dommages considérables. Les données de RADARSAT sont très efficaces pour détecter les mouvements du sol. Elles peuvent donc servir à déterminer quelles sont les infrastructures à risque et à évaluer les dommages causés par les tremblements de terre.

Surveiller les ouragans

Image de l'ouragan Patricia de l'espace

L'ouragan Patricia photographié par l'astronaute de la NASA Scott Kelly pendant sa mission d'un an à la Station spatiale internationale. (Source : NASA.)

De juin à novembre, les eaux de l'océan Atlantique sont suffisamment chaudes pour produire un cyclone tropical, qui se manifeste notamment sous forme d'ouragan ou de tempête tropicale. La MCR aide à déterminer la vitesse et la direction des vents et à surveiller ces phénomènes météorologiques.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :