Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Un littoral où se marient terre et mer

Entre terre et mer, on retrouve des barachois émeraude, des milieux humides tantôt d'eau douce, tantôt d'eau de mer. Ces petits étangs isolés de la mer par une barre de sable offrent un habitat contrasté pour de nombreuses espèces de plantes, de poissons et d'oiseaux. Le parc national de l'Ile-du-Prince-Édouard se distingue aussi par ses falaises de grès rouge qui, érodées sous l'action des vagues, parsèment le littoral de méandres rosés.

Nuances flamboyantes de cette image témoignent des beautés contrastées du parc national de l'Ile-du-Prince-Édouard

Source : Arctus Inc. Contient des données modifiées de la mission Sentinel-2 de Copernicus (ESA).

À propos de l'œuvre d'art

Les nuances flamboyantes de cette image témoignent des beautés contrastées du parc national de l'Ile-du-Prince-Édouard. Au sud, les figures géométriques des verdures agricoles sont parsemées des vestiges de la forêt acadienne. Au nord, l'étendue saphir du golfe du Saint-Laurent et son auréole turquoise bordent les dunes et les plages de la zone côtière.

L'observation de la Terre permet de mettre en valeur l'éclat de ces nuances et de ces beautés naturelles, mais aussi de suivre l'évolution des côtes et la dynamique des littoraux. Elle permet le suivi du trait de côte et la surveillance des écosystèmes. En améliorant notre compréhension de ces processus, l'observation de la Terre peut aussi soutenir la gestion, la conservation et la restauration des milieux naturels.

En plus de révéler les splendeurs de la Terre captés depuis l'espace, le géographe Thomas Jaegler étudie le milieu marin côtier. Afin de mieux le comprendre et le préserver, ce spécialiste de la télédétection utilise des images de satellites d'observation de la Terre.

Voir la carte

Poursuivez l'exploration

Date de modification :