Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Contribution du Canada au télescope spatial James Webb

Le télescope James Webb est l'observatoire spatial le plus important de la prochaine décennie pour les astronomes du monde entier. Il est le fruit d'une collaboration internationale entre la NASA, l'Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale canadienne (ASC).

L'ASC a fourni au télescope Webb deux éléments importants fabriqués par Honeywell :

En échange, le Canada se voit garantir une part du temps d'observation. Des scientifiques canadiens seront donc parmi les premiers à étudier les données recueillies avec ce télescope spatial, le plus perfectionné jamais construit.

Contribution du Canada

Le FGS et le NIRISS du Canada au centre spatial Goddard de la NASA. (Source : NASA.)

Le détecteur de guidage de précision : pour que le télescope Webb vise juste

Le FGS de fabrication canadienne permet au télescope Webb :

Le FGS jouera un rôle essentiel dans toutes les observations scientifiques faites avec le télescope Webb puisqu'il permettra d'obtenir des images claires et détaillées des corps célestes.

Infographie sur le détecteur de guidage de précision

Version textuelle - Le FGS, le guide cosmique canadien du télescope spatial James Webb - Infographie

Le télescope James Webb sera l'observatoire spatial le plus important de la prochaine décennie pour les astronomes du monde entier. L'un des deux éléments canadiens du télescope spatial James Webb, le FGS est l'instrument du genre le plus perfectionné jamais embarqué sur un télescope. Il pointe vers des étoiles brillantes dans l'espace lointain pour stabiliser le télescope Webb afin que les images soient claires. (Source : ASC.)

L'imageur et spectrographe sans fente dans le proche infrarouge

Grâce à l'instrument canadien NIRISS – l'imageur et spectrographe sans fente dans le proche infrarouge –, les scientifiques peuvent déterminer la composition de l'atmosphère d'exoplanètes, observer des galaxies lointaines et examiner des objets très près l'un de l'autre.

Avec son imageur sensible aux infrarouges, le NIRISS captera le rayonnement infrarouge émis par des objets et recueillera des renseignements sur le spectre de planètes lointaines.

Le spectre d'un corps céleste montre sa luminosité dans de très nombreuses longueurs d'onde (ou couleurs), ce qui révèle ses caractéristiques de manière détaillée.

Avec Webb, les scientifiques pourront, par exemple, déterminer si des planètes lointaines sont habitables. Ils examineront les raies de leur spectre pour voir si elle contient certaines molécules, comme celles de l'eau, du dioxyde de carbone, du méthane et de l'oxygène dans leur atmosphère.

NIRISS, l'instrument canadien sur le télescope spatial James Webb permet de remonter le temps - Infographie

Version textuelle - NIRISS, l'instrument canadien sur le télescope spatial James Webb permet de remonter le temps - Infographie

Le télescope spatial James Webb, qu'on dit le successeur de Hubble, promet de repousser encore plus loin les limites de l'astronomie et d'étudier certaines des toutes premières galaxies, formées 200 millions d'années seulement après le début de l'Univers. L'ASC fournit au télescope James Webb le NIRISS, instrument scientifique qui aidera à étudier plusieurs types de corps célestes, par exemple des exoplanètes et des galaxies lointaines. (Source : ASC.)

NIRISS, l'instrument canadien du télescope spatial James Webb destiné à l'étude des exoplanètes - Infographie

Version textuelle - NIRISS, l'instrument canadien du télescope spatial James Webb destiné à l'étude des exoplanètes - Infographie

L'un des deux éléments canadiens du télescope spatial James Webb, le NIRISS, a été conçu précisément pour étudier la lumière des étoiles qui traverse l'atmosphère des exoplanètes et en établir la composition. (Source : ASC.)

Équipes canadiennes

Équipe scientifique

L'ASC soutient les activités de l'équipe scientifique, qui a la responsabilité de sélectionner les cibles et les objectifs scientifiques liés à l'utilisation de  l'instrument canadien NIRISS pendant le temps garanti d'observation tout au long de la vie utile du télescope James Webb.

Les principaux responsables de l'équipe scientifique du FGS et du NIRISS discutent de tests sur le télescope James Webb au centre spatial Goddard de la NASA. De gauche à droite : le Pr René Doyon (Université de Montréal), Mme Begoña Vila (NASA), M. Chris Willott (CNRC-Herzberg) et M. Neil Rowlands (Honeywell). (Source : Julia Zhou/Honeywell.)

L'équipe scientifique canadienne du télescope James Webb est dirigée par :

Des chercheurs d'un certain nombre d'universités et d'instituts participent aux travaux de l'équipe scientifique canadienne :

Équipe chargée des instruments

L'équipe chargée des instruments a conçu et développé le FGS et le NIRISS, contribution du Canada au télescope James Webb.

Le FGS et le NIRISS ont été intégrés dans un module construit et testé par la société Honeywell avec l'aide des scientifiques et des ingénieurs de l'ASC, de l'Université de Montréal, de la NASA et du Space Telescope Science Institute.

L'ASC assume le financement de l'ensemble de la contribution du Canada au télescope spatial, c'est-à-dire les deux éléments canadiens et la participation continue des scientifiques qui en sont responsables.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :