Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Cakapiw (Homme-Esprit ou Homme-sur-la-Lune)

Texte de Wilfred Buck, chercheur et gardien du savoir traditionnel, Nation crie d'Opaskwayak

Cakapiw, de l'artiste Mistawasis Buck, Nation crie d'Opaskwayak (Source : Mistawasis Buck.)

On raconte qu'il y a en chacun de nous un esprit, un aide, Oskapiwis.

L'aide est assis sur Tipiskawi Pisim (la Lune) et nous rappelle, à nous napiwuk (les hommes), les responsabilités que nous acceptons quand nous nous engageons à contribuer au bien-être du peuple.

La sécurité et le confort de la communauté ainsi que la bonne préparation de toutes les cérémonies nous sont confiés. Nous coupons le bois, transportons les pierres, cueillons du bois de saule, trouvons des matériaux pour les pavillons des pow-wow, transportons de l'eau, chassons, construisons des abris, pêchons, trappons, fabriquons des objets sacrés, remplissons des pipes, chantons des chansons, faisons du feu et le surveillons. Ce ne sont là que quelques-unes de nos responsabilités, en plus de nos devoirs sacrés de père, de frère, de fils, d'oncle, de neveu, d'ami, de petit-fils, de mari et de parent.

Cakapiw (Acak Napiw) est agenouillé devant un feu sur la Lune. Il tient dans sa main une braise ardente, symbole d'une étoile, et est agenouillé devant un petit feu. Cela représente iskatiw, le feu de la maison, la chaleur de la famille, l'énergie…

On raconte qu'iskatiw (le feu) transcende les réalités, du physique au spirituel. Grâce à cette capacité, il est notre lien direct avec les kisikookuk (êtres de lumière/êtres d'énergie/esprits). L'une des principales croyances du peuple est que TOUT est misiwa (énergie).

Selon notre perspective, à nous, les humains, nous voyons les aspects physiques, émotionnels, mentaux et spirituels des réalités qui nous entourent. Nous pouvons même les envisager sur les plans de la physique, des états de la matière : solide, liquide, gaz et plasma/énergie pure. Les arbres tirent leur énergie du Soleil. Nous récoltons le bois de l'arbre pour faire du feu qui, à son tour, se transforme en énergie pure.

Mon peuple croit que nous sommes l'énergie/la lumière. Le terme utilisé est kisikookuk (êtres de lumière/êtres d'énergie/esprits). Ce sont là une seule et même chose aux yeux des Ininiw (Cris).

Voilà pourquoi iskatiw est un devoir sacré. Cette responsabilité nous a été confiée par Acakos Iskwew (femme-étoile). Iskwew itawew (Elle avait dit)…

Certains d'entre nous peuvent voir Cakapiw assis sur la Lune. Sa tête est la mer de la Tranquillité; ses épaules et ses bras sont la mer de la Sérénité; ses jambes repliées, la mer des Pluies; ses mains, la mer des Vapeurs. Le cratère Copernic est le feu et le cratère dans la mer des Vapeurs, la braise dans sa main.

C'est un devoir sacré qui nous rappelle paymatisiwin (la vie). Cela nous rappelle aussi d'où nous venons : iskwew (femme).

On m'a raconté que la racine du mot paymatisiwin est matisi, qui signifie cordon ombilical, d'où nous venons tous. La traduction littérale de paymatisiwin est « aller de l'avant avec confiance, avec les souvenirs de TOUTES nos parentes qui nous ont précédées ».

On raconte qu'à sa venue sur Terre, Acakos Iskwew était la première. Toutes les autres l'ont suivie. Elle est la première grand-mère, KO KO MIN NOW, et par elle, nous sommes tous ici pour un bref séjour, en voyage dans le grand mystère.

C'est Kokominakasis (Grand-mère-Araignée) qui a fait descendre Acakos Iskwew sur Terre, en la faisant passer par pakone kisik (le trou dans le ciel) par un seul fil d'araignée. Nous en sommes venus à appeler cet unique fil d'araignée le cordon ombilical par lequel nous arrivons tous sur Oota Aski (cette Terre).

Ainsi, le devoir sacré d'être un oskapiwis nous rappelle que nous faisons partie des étoiles et que nous nous voyons confier kisikookuk (esprit/énergie/lumière) d'iskatiw, le feu sacré, le feu de la maison, qui fait partie de Pisim (Soleil).

Date de modification :