Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Des satellites pour protéger le caribou

Un caribou des bois près du lac Kearl

Un caribou des bois près du lac Kearl, en Alberta. (Source : Hatfield Consultants .)

Qu'il erre dans la taïga des côtes de la baie d'Hudson, qu'il se nourrisse dans les forêts boréales du Canada ou qu'il orne la pièce de 25 cents dans votre poche, le majestueux caribou est un symbole de la riche biodiversité canadienne. Cependant, ce symbole ne résistera peut-être pas à l'épreuve du temps : le caribou des bois, la plus importante des sous-espèces de caribou au Canada, figure sur la liste des espèces menacées.

Le caribou des bois (Rangifer tarandus caribou) habite la forêt et vit seul ou en petits groupes. Comme il ne migre pas sur de longues distances au gré des saisons, il a besoin d'un vaste habitat où il y a des forêts de conifères matures ou anciennes, des zones couvertes de lichens, des fondrières, des marais, des tourbières et des coteaux ou des collines.

Cet habitat est en train de se transformer. Le changement climatique et les activités humaines (telles que l'exploitation forestière, l'exploration et l'extraction d'hydrocarbures, et la construction de routes) font des ravages. Par conséquent, les populations de caribous des bois ont diminué au cours des dernières décennies.

Il est essentiel de surveiller l'habitat des caribous pour contribuer à leur rétablissement. Les satellites sont l'un des moyens les plus efficaces et les plus précis de le faire.

En , le gouvernement du Canada a publié le Programme de rétablissement du caribou des bois, dont l'objectif est de rendre les populations de caribou des bois autosuffisantes dans les 51 aires de répartition au Canada. L'atteinte de cet objectif assurerait le maintien de populations locales suffisantes de caribous pour que les peuples autochtones puissent pratiquer leurs activités de chasse traditionnelles conformément aux droits issus de traités existants.

La solution offerte par les satellites

L'entreprise environnementale vancouvéroise Hatfield (en anglais seulement) utilise des données satellitaires et des algorithmes d'apprentissage profond pour détecter les changements dans l'habitat du caribou des bois dans le nord du Canada, ce qui fournit des renseignements essentiels pour le protéger.

L'apprentissage profond est un type particulier d'intelligence artificielle (IA) ou d'apprentissage automatique où les ordinateurs analysent des modèles comme le ferait un cerveau humain. L'entreprise Hatfield utilise cette technologie de pointe pour détecter et classer les « perturbations linéaires » dans l'habitat du caribou (p. ex. des routes), parmi les changements les plus difficiles à cartographier avec précision. Les perturbations linéaires constituent une grande menace pour le caribou des bois. Les arbres situés le long de routes étroites mettent beaucoup plus de temps à se régénérer que ceux des forêts coupées sur de grandes superficies. Ces changements subis par les forêts rendent aussi le caribou plus visible pour les prédateurs.

Image satellitaire d'une forêt boréale de l'Alberta

À gauche : Image satellitaire d'une forêt boréale de l'Alberta. Les activités forestières nécessitent des voies d'accès (lignes blanches) qui peuvent avoir un impact négatif sur l'habitat du caribou des bois. (Source : SPOT 6/7, Airbus, .)

L'habitat du caribou perturbé par la déforestation

À droite : Photo d'une zone de la même forêt boréale, qui montre l'habitat du caribou perturbé par la déforestation. (Source : Marc Steynen, SERNbc, .)

Grâce au financement de l'initiative utiliTerre de l'Agence spatiale canadienne, les travaux de Hatfield permettront d'établir plus souvent et plus facilement des cartes de l'habitat du caribou, et contribueront aux efforts de conservation. L'observation de l'habitat du caribou avec des images satellitaires est plus économique pour les gestionnaires de la conservation puisqu'ils peuvent surveiller ces zones sans avoir à se rendre sur place. Microsoft Canada a aussi investi dans ce projet révolutionnaire : la société fournit des fonds supplémentaires, sous forme de subvention au titre du programme AI for Earth (l'IA pour la Terre), pour traiter le grand volume de données générées par les satellites.

« Les résultats de ces recherches permettraient au gouvernement et à d'autres organisations de déterminer les zones de l'habitat du caribou des bois qui nécessitent une restauration immédiate en vue du rétablissement de l'espèce. Avec des données de satellites d'observation de la Terre, il sera possible d'améliorer l'efficacité de la prise de décisions pour cibler les sites prioritaires. »

Andy Dean, Ph. D., directeur de la géomatique, Hatfield Consultants

Poursuivez l'exploration

Date de modification :