MARROW : la moelle osseuse et ses cellules en microgravité

Étude dans l'espace sur le vieillissement et l'immobilité avec Tim Peake

La microgravité aide à la réadaptation des patients alités

MARROW permet d'étudier les mécanismes derrière les effets de l'immobilité. Les sujets sont des astronautes qui séjournent dans la Station spatiale internationale (SSI). Sur Terre, les découvertes aideront à lutter contre les effets de la sédentarité et à améliorer la réadaptation des patients alités, des personnes à mobilité réduite et des aînés qui en ont besoin.

L'immobilité et la production de cellules sanguines

La microgravité dans l'espace, tout comme l'alitement prolongé sur Terre, a un effet sur la moelle osseuse et sur les cellules sanguines qu'elle produit. Quand la mobilité diminue, les cellules adipeuses de la moelle osseuse augmentent, ce qui a un effet sur la production de cellules sanguines, dont les globules rouges et blancs.

  • La diminution des globules rouges – c'est-à-dire l'anémie – entraine des limitations physiques, comme la faiblesse ou la fatigue, et un ralentissement cognitif. À long terme, elle est liée à une diminution de la qualité de vie et à une mortalité précoce.
  • L'une des fonctions des globules blancs consiste à défendre l'organisme contre les infections. Leur mauvais fonctionnement peut prédisposer à des infections. Leur dysfonctionnement pourrait aussi augmenter la sensibilité aux radiations, ce qui peut entrainer des conséquences pour les astronautes puisqu'ils sont exposés à des niveaux de rayonnements importants dans l'espace.
Photo de Thomas Pesquet

L'astronaute de l'Agence spatiale européenne Thomas Pesquet insère des tubes de prélèvement sanguin de l'étude MARROW dans le congélateur de laboratoire à -80 °C (MELFI) de la SSI. Maintenus à basse température, les échantillons sanguins restent intacts jusqu'à ce qu'ils soient retournés sur Terre en vue de leur examen par des scientifiques. (Source : NASA.)

Les astronautes dans tout cela?

Dix astronautes se prêteront à l'étude. Avant et après leur vol respectif, ils subiront un examen d'imagerie par résonnance magnétique du bas de la colonne vertébrale. Par ailleurs, avant, pendant et après leur séjour dans la SSI, des échantillons de sang et d'haleine seront recueillis.

Jeff Williams recueille un échantillon d'haleine dans le cadre de l'expérience MARROW. (Source : NASA.)

Lancée dans l'espace en 2015, MARROW est menée par le Dr Guy Trudel, médecin spécialisé en réadaptation à L'Hôpital d'Ottawa, et la Dre Odette Laneuville, tous deux du Bone and Joint Research Laboratory (laboratoire de recherche appliquée en médecine ostéoarticulaire) de l'Université d'Ottawa.

Les cochercheurs et le personnel-clé sont Dr Adnan Sheikh, Dr Ian Cameron, Dr Alain Stintzi, Dr Tim Ramsay, M. Hakim Louati et Mme Theresa Backlund de l'Université d'Ottawa ainsi que Dre Paola Sebastiani de l'Université de Boston.

L'étude est financée par l'Agence spatiale canadienne.

Liens d'intérêt