Profils des candidats astronautes

Les candidats participant au processus de sélection des astronautes ont tous des parcours uniques ainsi que des qualités et des compétences exceptionnelles. Découvrez leur profil hors du commun.

Voir la carte interactive

Les 17 candidats toujours en lice

Voici les 17 candidats toujours en lice dans le cadre de la campagne de recrutement d'astronautes canadiens de 2017.

Bamsey, Matthew

Matthew Bamsey

Lieu de naissance
Burlington, Ontario, Canada

Lieu de résidence
Bremen, Allemagne

Études

  • Baccalauréat, génie aérospatial – Université Carleton
  • Maîtrise, bioastronautique – Université du Colorado
  • Doctorat, biologie de l'environnement – Université de Guelph

Quel est votre emploi actuel?

Ingénieur système en chef, projet EDEN ISS, Centre aérospatial allemand - Le projet EDEN ISS a pour objet de concevoir une serre qui sera envoyée à la base antarctique allemande Neumayer III. Cette serre fournira à la station de recherche de la nourriture fraîche pour une dizaine de personnes pendant l'hiver, tout en permettant de tester diverses technologies de maintien de la vie pour les astronautes en mission spatiale de longue durée. Je suis chargé d'aider les ingénieurs et les scientifiques de nos 14 partenaires mondiaux à concevoir et à fabriquer leur matériel, en vue de construire et tester la serre ici en Allemagne, puis de l'installer en Antarctique.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Tout simplement, pour l'exploration. Les humains ont besoin d'explorer. Nous devons nous sortir de notre quotidien pour repousser les limites, pour avoir de nouvelles idées et pour comprendre tout ce qui est possible. L'exploration ne consiste pas seulement à visiter un endroit inconnu. Elle permet d'étudier de nouveaux domaines, de tisser des liens plus étroits avec les autres et, sur le plan personnel, de tenter de nouvelles expériences (une matière à l'école, un passe-temps). L'exploration est la seule façon d'élargir nos horizons et d'ainsi découvrir et comprendre ce qui pourrait être d'une grande importance pour l'avenir de l'humanité.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

J'ai décidé d'étudier en génie aérospatial parce que je voulais construire des appareils qui voleraient, particulièrement des appareils pour les vols spatiaux habités. J'ai étudié la biologie environnementale parce que, pendant les longs vols spatiaux, il est primordial d'avoir un système de survie permettant de toujours avoir de l'eau, de l'air et de la nourriture, ce que produisent les plantes. L'amalgame de la technologie et de la biologie (végétale et humaine) rend la recherche dans ce domaine toujours intéressante. Les percées technologiques reliées aux serres spatiales peuvent aussi apporter des avantages considérables, ici, sur Terre.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

De nombreux professeurs ont eu une grande influence sur mon parcours, mais mon professeur de chimie au secondaire, M. Bruce, a été celui qui m'a le plus influencé. En plus d'être un professeur extraordinaire (et une personne tout simplement formidable), il était animé d'une passion sans pareille. Côtoyer une personne aussi passionnée par ce qu'elle fait m'a énormément appris sur l'importance de faire des choix selon nos intérêts afin de s'engager dans une carrière qui nous enthousiasmera. Découvrir sa passion est l'une des choses les plus importantes qu'une personne peut retirer de l'école. Merci, M. Bruce!

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'ai eu la chance de concevoir un projet, du début jusqu'à sa mise en œuvre. Il y a quelque chose d'unique à travailler au sein d'une petite équipe sur un concept (une serre en Antarctique afin de tester des technologies destinées à l'espace!), à le voir évoluer jusqu'à la formulation d'une proposition, et, maintenant, à participer à la supervision de l'imposante équipe internationale chargée de mettre en œuvre ce projet si emballant. J'adore ce que je fais parce que cela conjugue travail d'analyse et travaux pratiques, parce qu'il y a une dimension internationale et parce que le projet est un excellent outil permettant de mieux faire connaître l'espace. Et une autre raison? C'est que j'ai la chance d'aller en Antarctique!

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Il y a tant d'explorateurs formidables que j'admire. Toutefois, mes vrais héros sont mes parents. Ils m'ont laissé complètement libre de poursuivre mes rêves et de me consacrer à ce qui m'intéressait le plus, et ils continuent de m'appuyer aujourd'hui. Mes parents m'ont beaucoup appris sur l'importance de toujours traiter les autres avec respect, y compris ceux que vous ne connaissez pas, et de consacrer davantage d'énergie et de temps à ce chapitre. Ce côté humain est la raison pour laquelle je les admire et que j'ai une si grande confiance en la bonté des gens en général.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Il s'agit de classiques, mais probablement Silent Running et L'Invasion des profanateurs de sépultures. Silent Running a des liens manifestes avec la production végétale dans l'espace (dans des serres spatiales), et L'Invasion des profanateurs de sépultures, tout simplement pour la fin du film… Incroyable! Et mon film préféré dans une catégorie autre que science-fiction, je dirais Bon Cop, Bad Cop.

Quelle est votre devise?

La vie est belle. Et elle l'est réellement

Si vous devenez l’un des deux prochains astronautes, quelle sera la première chose que vous ferez?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

J'ai eu des patrons et des mentors vraiment extraordinaires dans ma vie professionnelle. Chacun d'eux m'a appris quelque chose de différent, mais de manière générale, ils m'ont conseillé d'être un leader par l'action, donc un leader prêt à exécuter des tâches même ennuyeuses ou ingrates. Je me tourne souvent vers une autre source de conseils : un livre que ma mère m'a donné quand j'ai quitté la maison pour aller à l'université. « Il te sera certainement très utile », qu'elle a dit en souriant, « au cas où j'aurais oublié un conseil ou deux ici à la maison ».

Quel est votre bien le plus précieux?

Quand mon père a pris sa retraite, un de ses premiers projets a été de nous construire chacun un canot à mon frère et à moi. Le canot en cèdre qu'il a fabriqué à partir de rien est mon bien le plus précieux parce qu'il y a consacré tant d'efforts. Par ailleurs, je vis actuellement à l'extérieur du Canada et ce canot représente mon pays, mon chez-moi. Chaque fois que j'y pense, je me souviens de toutes mes aventures dans la nature et au chalet familial. Les canots ont toujours joué un rôle important pour les explorateurs et les aventuriers au Canada.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Je me sens privilégié d'avoir eu la chance, avec ma femme, de vivre et de travailler dans différents endroits au Canada et à l'étranger. Chaque expérience apporte quelque chose de nouveau, c'est pourquoi voyager un peu partout est si enrichissant. Mais si je devais choisir un endroit, ce serait l'Arctique canadien. Si seulement tous les Canadiens pouvaient avoir l'occasion de voir ce lieu majestueux! J'aimerais beaucoup aussi me trouver dans un musée de l'espace.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Je pense que ma plus grande réussite est d'avoir pu devenir un « chercheur participatif », c'est-à-dire d'avoir eu la chance de participer directement à la recherche en faisant des expériences ou en utilisant du matériel de ma conception dans divers environnements extrêmes. Par exemple, j'ai réalisé des travaux dans l'Arctique pendant dix étés (dans la serre martienne Arthur-Clarke), j'ai pris part à une mission de simulation d'exploration lunaire/martienne de quatre mois et, pendant mes études postdoctorales en Floride, à plusieurs campagnes de vols paraboliques. Maintenant, je travaille sur un projet lié à l'Antarctique. J'ai eu le privilège d'avoir pu partager ces expériences, à l'aide de présentations, à des élèves de tous âges.

Quel est votre livre préféré?

Comme je collectionne les livres sur l'histoire de l'espace, n'en choisir qu'un seul est difficile. Malheureusement, toute ma bibliothèque (qu'elle me manque!) se trouve dans une unité d'entreposage à Saint-Bruno-de-Montarville, jusqu'à notre retour en Amérique du Nord. Si j'avais à faire un choix, ce serait soit Deke!, de Deke Slayton, soit Apollo: An Eyewitness Account by Astronaut/Explorer Artist/Moonwalker Alan Bean (superbes œuvres d'art – un livre à laisser sur la table de salon, c'est certain).

DeLorey, Alex

Alex DeLorey

Lieu de naissance
Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada

Lieu de résidence
Milton, Ontario, Canada

Études

  • Baccalauréat, génie mécanique – Université du Nouveau-Brunswick

Quel est votre emploi actuel?

Gestionnaire de projet pour la conception de composants et de chargeurs, projet de remplacement de composants majeurs de la péninsule Bruce - Mon équipe et moi sommes à la phase de conception de la remise en état de six réacteurs nucléaires de la péninsule Bruce, en Ontario. Notre mandat consiste à remplacer les principaux composants par des éléments de nouvelle génération afin d'augmenter la durée de vie des réacteurs.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Il s'agit d'un poste excitant, au sein d'une équipe importante qui repousse les limites de nos connaissances et de nos capacités, tout en inspirant les autres à faire de même. Nous en sommes à une époque fascinante dans le domaine de l'exploration spatiale. En faire partie est un grand honneur.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Un vif intérêt pour tout ce qui touche à la mécanique et à la physique appliquée.

J'ai toujours voulu réaliser un travail utile en continuant d'apprendre et de m'occuper de questions qui m'intéressent, et cela tout au long de ma carrière. Un diplôme en ingénierie me permet de le faire.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mon professeur de physique en 11e et 12e année nous encourageait constamment à apprendre. Il nous demandait souvent, à la fin d'un cours, de réaliser de petites expériences et de lui rendre compte de nos résultats. Lorsque nous étions dans l'impasse ou que nous ne comprenions pas quelque chose, il était capable de nous guider pour que nous puissions comprendre et appliquer cet enseignement à la prochaine leçon. Il participait également à de nombreuses activités parascolaires, nous montrant ainsi que l'accomplissement de soi pouvait prendre de multiples formes.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Les gens avec lesquels je travaille sont ma plus grande source de satisfaction. Nous formons une équipe motivée qui réalise un travail exigeant, mais passionnant. Nous nous entraidons, et les autres sont toujours là pour nous aider à exceller. Notre travail d'ingénierie est extrêmement complexe et nécessite une vaste expertise, si bien qu'une seule personne ne peut posséder toutes ces connaissances. Nous devons donc collaborer étroitement.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

J'admire les gens qui travaillent sans relâche et font face aux difficultés en restant fidèles à leurs idéaux. Malala Yousafzai et Elon Musk, qui possèdent tous les deux ces qualités, sont parmi les deux personnes que j'admire le plus. Malala Yousafzai a beaucoup fait pour attirer l'attention sur les droits des femmes dans le monde. Quant à Elon Musk, il utilise ses compétences pour faire progresser la technologie et s'efforce de repousser constamment les limites.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Star Trek.

Quelle est votre devise?

Sois prêt pour demain.

À quel âge avez-vous décidé que vous vouliez devenir astronaute?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Stimule et inspire les gens qui t'entourent et entoure-toi de gens qui te stimulent et t'inspirent.

Quel est votre bien le plus précieux?

Un bout de corde d'alpinisme que mon meilleur ami et moi utilisions quand nous faisions de l'escalade.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Sur une des montagnes de la chaîne Purcell que j'ai descendue en planche à neige après y avoir été déposé par un hélicoptère.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Ma plus grande réussite est d'avoir participé à la réparation du réacteur national de recherche universel. Nous avons réparé la fuite dans la petite calandre d'aluminium, ce qui a permis de relancer le réacteur et de produire des isotopes médicaux employés dans la détection et le traitement du cancer.

Quel est votre livre préféré?

La puissance de l'ange, de Bryce Courtenay.

Frenzel, Francis James

Francis James Frenzel

Lieu de naissance
Newmarket, Ontario, Canada

Lieu de résidence
Petersburg, Ontario, Canada

Études

  • Baccalauréat, physique et langue et littérature anglaises – Université Western
  • Maîtrise, génie aérospatial – Université de Toronto

Quel est votre emploi actuel?

Pilote en formation, Aviation royale du Canada - Entre les entraînements, je suis affecté à la Base des Forces canadiennes Trenton, où je travaille aux opérations. Je participe à la coordination des vols du plus grand escadron du Canada.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Le désir d'explorer et de découvrir l'inconnu est fondamentalement inscrit dans la nature humaine. Sur Terre, ces expériences sont puissantes. Dans l'espace, elles se transforment en une quête formidable qui permet de repousser les limites des capacités humaines dans un environnement exotique et impitoyable. Il s'agit véritablement de « l'ultime frontière ». J'aime mon pays et je suis fier de le servir. Quelle meilleure façon de le faire qu'en inspirant la prochaine génération de rêveurs?

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Depuis mon enfance, le développement des technologies spatiales n'a jamais cessé de me fasciner. Si l'on ajoute à cela ma passion pour les robots intelligents, il n'est pas étonnant que j'aie fini par obtenir une maîtrise au Laboratoire de robotique spatiale de l'Université de Toronto sous la direction du professeur D'Eleuterio.

J'ai fait mes études universitaires de premier cycle en physique et en littérature anglaise parce que je crois que ces disciplines offrent une solide expérience d'apprentissage bien équilibrée qui permet de concilier le savoir scientifique fondamental avec les vérités les plus profondes que l'expérience humaine peut nous faire découvrir.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Même si je n'ai eu la chance de suivre que pendant une seule année les cours d'arts et de mathématiques de M. Abbobot, je n'oublierai jamais l'influence qu'il a exercée sur mon parcours scolaire. D'abord et avant tout, il s'engageait avec enthousiasme et passion dans tout ce qu'il faisait. Cette intensité était contagieuse et quand les enfants voyaient l'intérêt si marqué que cet enseignant éprouvait pour sa matière, ils étaient tous motivés à apprendre tout ce qu'ils pouvaient assimiler. Ensuite, comme il enseignait à la fois les mathématiques et les arts, il traitait d'une grande diversité de sujets et en profitait pour nous faire comprendre que peu importe ce que nous souhaitons apprendre, l'important consistait à donner le meilleur de nous-mêmes à chaque instant.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Il y a deux aspects particulièrement marquants concernant mon emploi dans l'Aviation royale canadienne. Je tire une grande fierté de pouvoir contribuer directement à la société canadienne. Le fait d'avoir grandi au Canada m'a procuré une multitude de possibilités et je trouve satisfaisant d'apporter ainsi quelque chose en retour à mon pays pour que les générations futures soient en mesure de profiter du même mode de vie que j'ai eu jusqu'ici la chance d'obtenir. J'apprécie également l'importance que les Forces armées canadiennes attachent au perfectionnement professionnel et à l'éducation. J'ai suivi de nombreux cours à temps plein et il s'agit là d'une expérience cruciale, car l'apprentissage continu joue un rôle fondamental dans le développement de notre plein potentiel.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Mes parents.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Voyage au centre de la mémoire… la version originale… avec Arnold.

Quelle est votre devise?

Deux choses dans la vie ne doivent jamais nous contrarier ou nous décourager : ce qu'il est possible de changer et ce qui ne l'est pas.

À quel âge avez-vous décidé que vous vouliez devenir astronaute?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Je répondrais, même si ce n’est pas original, qu’il faut poursuivre ses rêves et faire ce qu’on aime. Peu importe le salaire, les chances de décrocher l’emploi de vos rêves ou les obstacles sur votre route, vous devez essayer de faire ce que vous souhaitez faire. Vous le méritez bien. Comme on n’a qu’une vie à vivre, pourquoi ne pas faire quelque chose qui vous passionne?

Quel est votre bien le plus précieux?

Ma bibliothèque.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Mes deux meilleurs amis ont des chalets voisins au bord du lac Huron près de Kincardine, en Ontario. Nous avons pour ainsi dire tous les trois grandi à cet endroit au fil des étés. Chaque fois que nous nous y retrouvons, il est facile de nous remémorer le passé et de réfléchir à ce que nous sommes devenus.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Gravir le mont Agung à Bali pendant la nuit et atteindre le sommet juste à temps pour admirer le lever du soleil du début à la fin.

Quel est votre livre préféré?

La divine comédie, de Dante.

Fulford, Vanessa

Vanessa Fulford

Lieu de naissance
Fort McMurray, Alberta, Canada

Lieu de résidence
Cold Lake, Alberta, Canada

Études

  • Baccalauréat, sciences spatiales – Collège militaire royal du Canada
  • Maîtrise, essais et évaluations en vol – National Test Pilot School

Quel est votre emploi actuel?

Ingénieure d'essais en vol, Aviation royale du Canada, Centre d'essais en génie aérospatial - Je travaille dans la section des évaluations des chasseurs/avions-école, principalement avec le CF188 Hornet. En collaboration avec les pilotes d'essai de ma section, je veille à ce que tout nouvel équipement et logiciel pour le Hornet fonctionne correctement et de façon sécuritaire. Sur le terrain, je m'assure que nous sommes prêts à recueillir les données requises. En vol, je relaie les paramètres d'essai au pilote d'essai afin qu'il puisse effectuer les manœuvres pendant que je collecte des données et observe les réactions de l'avion.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Ma motivation pour devenir une astronaute canadienne se décline en trois volets. D'abord, j'ai toujours souhaité ardemment faire des découvertes, apprendre et acquérir des connaissances grâce à de nouvelles aventures. Ensuite, je crois profondément que c'est grâce à l'exploration spatiale que nous produirons les technologies qui feront avancer l'humanité. Enfin, et surtout, je veux être un modèle pour les prochaines générations. Je suis fière de piquer la curiosité des gens et de leur faire voir les possibilités que nous réserve l'avenir et toutes les expériences formidables qu'ils peuvent vivre.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

J'ai choisi le domaine des sciences spatiales parce que je voulais devenir astronaute. Parmi les programmes offerts au Collège militaire royal du Canada (CMRC), celui des sciences spatiales m'intéressait le plus, ce qui a été pour moi un facteur déterminant qui m'a incitée à m'enrôler dans l'armée, car le CMRC était l'une des rares écoles qui offraient un programme de cette nature.

Je suis devenue ingénieure d'essais en vol parce que j'adore explorer et apprendre. Pendant les essais en vol, nous avons l'occasion de repousser les limites et de faire partie de l'équipe qui expérimente pour la toute première fois, que ce soit aux commandes d'un nouvel avion ou d'un avion fraîchement reconfiguré.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mon enseignante de neuvième année a exercé une immense influence sur le cours de ma vie. Elle a aiguisé ma passion pour les sciences et stimulé mon goût de l'aventure en m'encourageant à me joindre au club de voyage de notre école secondaire. Ce club privilégiait les voyages d'aventure dans les lieux un peu inhabituels; au cours des trois années où j'ai fait partie du club, je me suis rendue en Égypte, en Thaïlande et au Guatemala. Ces voyages étaient axés sur des activités d'aventure, comme l'ascension de volcans actifs ou des randonnées à dos de chameau dans le désert, ou encore des excursions où l'on pouvait dormir à la belle étoile. De plus, avant de partir en voyage, nous passions l'année à apprendre la langue et la culture des populations de nos pays de destination.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

L'un des aspects les plus stimulants de mon travail est le pilotage des avions à réaction. C'est une expérience incomparable : chaque fois que je m'installe à bord d'un CF-188, je ressens toujours la même fébrilité et le même enthousiasme au moment où les moteurs passent en mode postcombustion et nous propulsent vers le ciel. Peu importe que je scrute l'horizon à 40 000 pieds d'altitude ou que je vole juste en deçà de la vitesse du son à seulement 500 pieds du sol, chaque expérience est palpitante. Mais dans l'ensemble, j'aime tout particulièrement faire partie de cette équipe qui fournit son expertise dans le domaine de la mise à l'essai et de l'évaluation du matériel aérospatial, et qui joue un rôle de premier plan à l'appui des capacités opérationnelles de l'Aviation royale canadienne.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Une personne qui m'inspire beaucoup est l'un de mes instructeurs de vol d'essai de la National Test Pilot School : Nicola Pecile. En plus d'avoir mené une brillante carrière comme pilote de chasse, il est l'un des rares à s'être qualifiés comme pilote d'essai à la fois pour les aéronefs à voilure fixe et ceux à voilure tournante. En août 2015, il a été nommé pilote au sein de la société Virgin Galactic. En tant qu'instructeur de vol d'essai, Nicola tenait sincèrement à ce que chacun soit en mesure de comprendre clairement le fonctionnement du matériel, et en cours de vol, il aidait tous ses apprentis à avoir confiance en leurs capacités aussi bien au chapitre de la conduite des essais que du pilotage.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Mon film de science fiction favori est Bienvenue à Gattaca. Comme je porte des lunettes, je m'identifiais au personnage principal, Vincent, qui est poussé à abandonner son rêve parce qu'il aurait apparemment des « gènes inférieurs ». Son cheminement pour réussir à faire partie du programme spatial n'est pas le plus approprié du point de vue éthique, mais il n'a jamais renoncé à ses aspirations. Je trouve que c'est inspirant de voir quelqu'un qui se consacre entièrement à la réalisation de ses rêves et qui ne se laisse pas décourager par ceux qui ne croient pas en ses possibilités de réussite.

Quelle est votre devise?

Comme devise, j'emprunterais les mots de Neil deGrasse Tyson (ou peut-être que ce sont ceux de Snoopy?) : « Ne cesse pas de regarder vers le ciel ». Chaque fois que je vois un avion à réaction dans le ciel, je m'arrête pour le voir passer. Cela me fait toujours sourire d'émerveillement à l'idée de savoir que vingt mille kilos de métal peuvent circuler si rapidement. Je trouve qu'il en va de même pour les étoiles. Par nuit claire, peu importe le froid, je m'arrête toujours un instant pour prendre le temps de lever les yeux vers le ciel et de contempler les constellations, en me demandant quelles merveilleuses découvertes nous attendent encore dans le firmament.

Si vous devenez l’un des deux prochains astronautes, quelle sera la première chose que vous ferez?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Le meilleur conseil professionnel que j'aie jamais reçu a été d'essayer de devenir ingénieure d'essais en vol. J'ai hésité avant de postuler parce que je ne pensais pas être assez intelligente ou avoir les reins assez solides. Mais un collègue qui avait pris part au processus m'a encouragée à postuler… et j'ai réussi! Participer au processus de sélection et ensuite fréquenter la National Test Pilot School (école nationale des pilotes d'essai) m'a appris à avoir encore plus confiance en moi et en mes moyens. Maintenant, au lieu de m'imposer des limites, je me tourne vers l'avenir et j'ai hâte de relever les défis et de profiter des occasions qui m'attendent.

Quel est votre bien le plus précieux?

En bonne Albertaine que je suis, je suis tentée de dire ma camionnette… mais mon bien le plus précieux est le disque dur où je sauvegarde toutes mes photos. La plupart d'entre elles ont été prises en voyage et témoignent de tous les beaux souvenirs des aventures que j'ai vécues avec mes amis et ma famille. J'adore les regarder pour me rappeler toutes les belles expériences qu'il m'a été donné de vivre, ce qui m'incite toujours à envisager de planifier ma prochaine aventure!

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Mon endroit préféré sur Terre, c'est sur la plage. J'adore l'odeur de l'océan et le bruit des vagues qui s'écrasent sur la plage. Je préfère les plages tropicales parce qu'on peut s' étendre sur le sable et profiter de la chaleur du soleil. J'ai de très beaux souvenirs des plages où je suis allée partout dans le monde, que ce soit mes leçons de plongée et de surf, les moments de détente avec des amis ou encore les couchers de soleil au-dessus des vagues. Tout ce qui concerne la plage me rend heureuse.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Ma plus grande réussite jusqu'à maintenant est d'avoir obtenu mon diplôme de la National Test Pilot School. Cette année-là a été très éprouvante, mais en même temps, la meilleure de ma vie. Les enseignants étaient intéressants, les vols, extraordinaires, et je m'y suis fait de nombreux amis formidables et talentueux. Je me suis dépassée en accomplissant des choses que je n'aurais jamais cru être capable de faire et j'ai acquis une grande confiance en mes capacités. Je ressens une immense fierté et une grande satisfaction d'avoir suivi la même formation que bon nombre des légendes du domaine des vols d'essai, dont les premiers astronautes.

Quel est votre livre préféré?

C'est l'embarras du choix! Tout au haut de la liste se trouveraient sans doute De toute éternité, d'Audrey Niffenegger, et Seul sur Mars, d'Andy Weir. De toute éternité m'a plu parce que ce roman de science-fiction – il est question de voyage dans temps – est aussi une histoire d'amour, véritable, qui montre la complexité de toute relation. Seul sur Mars, lecture passionnante, est une excellente histoire sur la persévérance, racontée avec plein de détails scientifiques, mais aussi avec humour.

Jordan, Michael Anthony

Michael Anthony Jordan

Lieu de naissance
Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada

Lieu de résidence
Jupiter, Floride, États-Unis

Études

  • Baccalauréat, génie logiciel – Collège militaire royal du Canada
  • Certificat d'études supérieures, dynamique de vol – Université de Cranfield
  • Certificat de pilote d'essai qualifié – Empire Test Pilots' School

Quel est votre emploi actuel?

Pilote d'essai en chef au MDN, Force d'essai combinée du CH148 (FEC) - Intégrée au Centre de vols de développement de Sikorsky/Lockheed Martin, la FEC participe à la planification, à l'exécution et à la présentation de rapports de toutes les activités d'évaluation et de test de développement des commandes de vol électriques de l'hélicoptère CH148 Cyclone. Il nous faut établir des lois de commandes de vol, définir les limites d'exploitation des hélicoptères embarqués, veiller à la précision et au dépôt adéquat des armes et des pièces d'hélicoptères, faire des essais dans des conditions météorologiques extrêmes, évaluer les systèmes de mission, élaborer des procédures, homologuer des aéronefs et des simulateurs, et nous occuper de la rationalisation du travail. La FEC travaille directement avec les entrepreneurs principaux afin de fournir le meilleur aéronef possible aux Forces armées canadiennes.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Je souhaite devenir astronaute depuis aussi longtemps que je me souvienne. C'est un but que je n'ai jamais remis en question et je savais qu'il me fallait faire tout mon possible pour l'atteindre. Plus j'ai acquis de connaissances sur notre place dans ce vaste univers, plus j'ai éprouvé l'envie profonde d'aller au-delà de ce « petit point bleu » , qui est chez nous. L'évolution de l'espèce humaine semble à un point tournant, à partir duquel nous définirons et assurerons notre avenir. Ce serait un honneur d'y prendre part et de partager cette aventure avec le monde.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Faire carrière comme pilote et devenir un pilote d'essai militaire ont toujours fait partie de mon cheminement pour devenir astronaute. Je n'ai jamais pensé sérieusement à une autre carrière, mais je savais que j'aurais à faire des études qui correspondraient aux exigences du programme spatial. Je suis naturellement logique et j'ai toujours été attiré par les domaines des STIM. Je me sens dans mon élément lorsqu'il est question de méthode scientifique et de dérivation de vérités incontestables. En approfondissant mes domaines d'intérêt, j'ai découvert que le génie logiciel était un domaine sans limite qui valorisait la logique créative à l'appui d'une conception efficace.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Peu importe l'endroit (nous déménagions souvent quand j'étais jeune), les enseignants les plus mémorables semblaient toujours répondre à la passion manifestée par leurs élèves. Plusieurs de mes anciens professeurs de mathématiques et de sciences ont constaté que j'avais des aptitudes pour les STIM. Ils ont guidé mon esprit logique et ma curiosité, et m'ont incité à me surpasser en poursuivant mes études. L'influence la plus positive est venue d'enseignants qui m'ont encouragé à mieux comprendre la matière. Ils m'ont ouvert la voie du questionnement constant et m'ont appris que demander « pourquoi » (et parfois bousculer les conventions) permettait vraiment d'apprécier les études.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Comme pilote d'essai qualifié, j'aime l'équilibre entre la recherche, la théorie, l'ingénierie et la validation. Que l'essai porte sur un nouvel avion ou sur des modifications apportées à un avion existant, j'aime travailler avec les autres pour atteindre une série d'objectifs. Le processus visant à prédire des comportements ou des résultats, à définir un plan pour tester ces prédictions et à le mettre à exécution pour collecter des données réelles est vraiment gratifiant. Je suis chanceux d'avoir l'occasion de collaborer avec tant de personnes exceptionnelles spécialisées dans diverses disciplines – il est également satisfaisant de constater que la réunion de nombreuses personnes douées sur le plan technique donne lieu à des discussions très intéressantes sur l'avenir de la technologie.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Il est tout naturel d'admirer les réalisations d'astronautes ou de pilotes d'essai, à la retraite ou en activité (et les entrepreneurs, les scientifiques et les ingénieurs qui conçoivent et mettent au point les technologies qui permettent l'exploration de l'espace), mais je crois que pour admirer réellement quelqu'un, il faut le connaitre intimement. Ainsi, la personne que j'admire le plus est mon père. Tout au long de sa vie et de sa carrière militaire, il a su faire preuve d'une intégrité absolue et conserver son honneur. Bien qu'il m'ait influencé de façon plutôt indirecte, ses valeurs personnelles inébranlables et son sens moral se sont inscrits dans ma philosophie de vie.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Mission sur Mars (2000), mettant en vedette Gary Sinise, Tim Robbins, Don Cheadle et Connie Nielsen
Mission sur Mars est sorti au cours de ma deuxième année au Collège militaire royal du Canada. Je l'ai vu sept fois au cinéma (malgré un programme d'études chargé) et plusieurs fois par année depuis. Même si le film comporte des digressions douteuses, l'esprit d'exploration et d'équipe dont font preuve les personnages m'a vraiment interpellé. À cette époque, le film offrait aussi la représentation la plus spectaculaire de Mars que j'avais jamais vu : la planète Mars était en soi un des personnages principaux – un endroit magnifique et invitant.

Quelle est votre devise?

Une phrase de Polonius, dans Hamlet, de Shakespeare : « Avant tout, sois loyal envers toi-même; et aussi infailliblement que la nuit suit le jour, tu ne pourras être déloyal envers personne. »

J'ai été bien servi en demeurant honnête avec moi-même. Je ne veux pas exagérer mes réalisations ni les diminuer sans raison. J'ai abordé chaque étape de ma carrière en établissant des objectifs réalistes et en voyant comment je pourrais les atteindre : voilà pourquoi je fais preuve d'un optimisme mesuré quant au résultat visé.

Aviez-vous peur du noir quand vous étiez petit?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Je me rappelle que mon père m'a dit, quand j'étais jeune, que je devais travailler fort si je voulais poursuivre une carrière que j'aimais. Il me disait ensuite : « Si tu n'aimes pas ce que tu fais dans la vie, alors tu ne fais pas ce que tu devrais faire. » On peut penser que c'est un conseil assez courant, mais mon père a été très convaincant. Comme je savais que je voulais devenir astronaute, il était clair que je ne souhaiterais rien faire qui ne contribuerait pas à atteindre ce but, ce qui a grandement simplifié mes choix de vie.

Quel est votre bien le plus précieux?

Je me passionne pour les technologies marquantes, voilà pourquoi au fil des ans j'ai collectionné bien des choses intéressantes : des jeux vidéo classiques, des composants d'ordinateur novateurs, des objets de collection liés à l'espace, une Tesla Model S de la série Signature, pour ne nommer que celles-là… mais ce ne sont pas mes biens les plus précieux. On peut trouver satisfaisant et rassurant de posséder des biens matériels, mais ce qui m'est le plus précieux, ce sont les expériences que j'ai vécues et les relations que j'ai nouées tout au long de ma vie (et toutes les portes qu'elles m'ont ouvertes sur l'avenir).

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Si curieux que cela puisse paraître, comme j'ai voyagé dans plus de 30 pays (sur six continents), je n'ai pas vraiment d'« endroit préféré ». Je suis heureux de me trouver là où je suis et de profiter des petites joies de la vie, peu importe le lieu. Je n'ai jamais rêvé d'être quelque part en particulier (sur cette planète), sauf là où je suis… peut-être parce que je sais que je me trouve toujours dans un endroit où ce que je fais contribue à réaliser mon rêve de devenir astronaute. Si la zone orbitale de notre planète pouvait être considérée comme étant « sur Terre », ce serait certainement mon endroit préféré.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Je peux mener ma carrière actuelle parce que j'ai accompli plusieurs choses, mais au moment où je réponds à ces questions, je sens que je suis sur le point de connaître ma plus grande réussite. C'est un rêve d'enfance de pouvoir représenter mon pays, d'être l'ambassadeur du Canada dans l'espace : toutes les étapes franchies pour réaliser ce rêve seront mes plus grandes réussites. J'espère que ma route me mènera, au bout du compte, sur la surface de Mars. Quoique, à bien y penser, je voudrai alors probablement aller plus loin que la planète rouge, relever le prochain défi.

Quel est votre livre préféré?

Actuellement, c'est Seul sur Mars, d'Andy Weir (avec illustration originale en page couverture).

J'ai toujours accordé une préférence à la littérature non romanesque (p. ex. Une brève histoire du temps, L'univers élégant, Plus vite que la lumière, Gödel, Escher, Bach : les brins d'une guirlande éternelle), mais Seul sur Mars est devenu mon livre préféré parce qu'on s'en rappellera certainement comme l'œuvre qui a catalysé les efforts de l'humanité pour repousser les frontières de l'exploration spatiale. Je crois que l'immense succès de Seul sur Mars est le signe que la population est prête à appuyer les agences (et les sociétés) qui ont pour objectif de faire de l'homme une espèce multiplanétaire.

Kroeker, Erik

Erik Kroeker

Lieu de naissance
Chatham, Ontario, Canada

Lieu de résidence
Urbana, Illinois, États-Unis

Études

  • Baccalauréat, génie mécanique et aérospatial – Université de Princeton
  • Maîtrise, génie aérospatial – Université de l'Illinois à Urbana-Champaign
  • Doctorat, génie aérospatial – Université de l'Illinois à Urbana-Champaign

Quel est votre emploi actuel?

Scientifique et chargé de cours - J'ai deux emplois. Comme scientifique, je fais de la recherche fondamentale sur les satellites destinés aux missions en cours et aux futures missions. Je travaille actuellement sur un système optique de navigation pour des missions satellitaires vers des astéroïdes. En tant que chargé de cours, j'enseigne aux étudiants les principes de la mécanique des vols spatiaux, la simulation du mouvement des satellites et la conception de petits engins spatiaux.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Ma principale motivation pour devenir astronaute est de pouvoir informer le grand public sur les travaux scientifiques extraordinaires réalisés dans l'espace. Comme astronaute, je pourrais non seulement participer avec les esprits les plus brillants à ces travaux de recherche de pointe, mais aussi en être le porte-parole.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Mon amour des satellites et des engins spatiaux est ancré dans celui du démontage des objets pour voir comment ils fonctionnent. Dans ma jeunesse, j'ai passé la plupart de mon temps à démonter et à remonter mes jouets. En vérité, je n'ai jamais cessé de le faire! Les engins spatiaux représentent le summum des engins complexes. Comme il est possible d'examiner, de démonter et de remonter des engins spatiaux, et de faire des études pour concevoir mes propres engins, mon choix a été évident au moment de déterminer un domaine d'études.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

J'ai eu la chance d'avoir de nombreux enseignants exceptionnels tout au long de mes études. Mon professeur de mathématiques au secondaire sort du lot – un homme brillant, excentrique, qui adorait tout des mathématiques. Son enthousiasme en classe était vraiment contagieux. Il était différent des autres professeurs parce que presque toutes ses leçons prenaient en quelque sorte la forme d'une histoire – il arrivait à intégrer la leçon à un récit et ainsi « raconter » les mathématiques. C'était efficace : les leçons prenaient ainsi tout leur sens. Quand j'enseigne, j'essaie de faire comme lui, de donner un sens à mes leçons.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Ce que j'aime le plus de mon travail, c'est que j'apprends constamment. Chaque problème que j'ai à traiter est complètement nouveau et n'a jamais été résolu auparavant. Pour y arriver, je dois poursuivre sans cesse mes recherches sur diverses techniques – nouvelles et anciennes – et les découvertes pour trouver les outils nécessaires.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Chris Hadfield. Depuis l'enfance, j'ai toujours eu une grande admiration pour les astronautes, mais le Col. Chris Hadfield a réussi à rendre l'exploration spatiale accessible à un très large public, quel que soit le moyen de communication. L'aisance avec laquelle il s'adresse aux Canadiens et sa capacité d'éveiller leur intérêt sont vraiment impressionnantes. Son dévouement au Canada et à l'exploration spatiale sont une source d'inspiration pour moi. Je souhaite avoir l'honneur de poursuivre son héritage et celui des autres astronautes canadiens.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

L'Empire contre-attaque.

Quelle est votre devise?

Ce qui vaut la peine d'être fait vaut la peine d'être bien fait.

Selon vous, quelle est la chose la plus intrigante à propos de l’espace?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Si vous consacrez toutes vos économies à votre tête, personne ne pourra vous les voler. Le meilleur conseil qu'on m'ait jamais donné est qu'investir dans mes études me sera toujours profitable. Peu importe le revenu, l'éducation et le perfectionnement personnel vaudront toujours leur pesant d'or.

Quel est votre bien le plus précieux?

Après la mort de grand-mère, j'ai reçu d'elle un pendentif en forme de navette spatiale. C'est une petite breloque, mais elle la chérissait parce qu'elle lui avait été donnée par Roberta Bondar. Elle la gardait sur sa commode, à côté de l'épinglette de la Légion de mon grand-père, et depuis que je l'ai, elle se trouve soit sur ma commode, soit à mon cou.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Au milieu d'un lac. J'adore l'aviron, alors tout plan d'eau assez grand pour en faire est un endroit que j'aime.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Mettre sur pied une équipe d'aviron. J'ai été entraîneur en chef bénévole du club d'aviron de l'Université de l'Illinois pendant huit ans. Au début, l'équipement tenait par un fil, il y avait peu d'athlètes et il nous était difficile d'être compétitifs. À la fin, le club disposait de bateaux neufs, l'équipe comptait quatre fois plus de membres et nous avions gagné deux médailles d'or à l'échelle nationale. Ma plus grande satisfaction était de partager mon amour de l'aviron avec les centaines d'athlètes que j'ai entraînés. Je suis heureux aussi de savoir que l'équipe connait toujours du succès même après mon départ.

Quel est votre livre préféré?

Homo disparitus, d'Alan Weisman.

Kutryk, Joshua

Joshua Kutryk

Lieu de naissance
Fort Saskatchewan, Alberta, Canada

Lieu de résidence
Cold Lake, Alberta, Canada

Études

  • Baccalauréat, génie mécanique – Collège militaire royal du Canada
  • Maîtrise, études spatiales – Embry-Riddle Aeronautical University
  • Maîtrise, génie des essais en vol – Air University
  • Maîtrise, études de la défense – Collège militaire royal du Canada

Quel est votre emploi actuel?

Commandant, Escadrille d'évaluation et d'essais opérationnels – Chasseurs - Je suis un pilote d'essai expérimental et un pilote de chasse. À l'heure actuelle, je dirige l'unité responsable des essais opérationnels en vol des chasseurs au Canada. Je travaille avec une équipe de professionnels de l'aérospatiale afin de mener en toute sécurité les évaluations initiales en vol des nouvelles technologies et des nouveaux systèmes sur le CF-18. J'ai travaillé sur une variété de projets d'essais, du pilotage hors contrôle, de la navigation automatisée et des commandes de vol au guidage et à la commande d'armes. J'enseigne également à d'autres pilotes comment piloter le CF-18 dans le cadre de missions exigeantes.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Enfant, j'étais fasciné par l'espace. Je savais que je consacrerais ma vie à l'explorer. À l'âge adulte, je me rends compte que l'exploration de l'espace est importante pour nous tous en tant qu'individus et en tant que Canadiens. J'ai toujours voulu rendre le monde meilleur et je crois que l'espace est un domaine où je peux y arriver. Je veux servir les Canadiens d'une manière qui corresponde à mes aptitudes et à mes intérêts. Je veux les inspirer. Surtout, je veux aider l'humanité à élargir ses horizons.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Au secondaire, la physique et les mathématiques étaient mes matières préférées – j'étais impressionné par la façon dont ces matières expliquaient le monde autour de moi. Je ne pouvais pas m'envoler dans l'espace puisque j'étais un enfant, mais je pouvais m'envoler dans l'atmosphère… À neuf ans, j'ai fait un tour dans un petit avion. À l'atterrissage, je savais que je voulais piloter et comprendre en détail la science et l'ingénierie qui rendaient le vol possible. Cela m'a vraiment inspiré. Plus de doute : j'allais poursuivre des études supérieures en aérospatiale.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Quand j'ai commencé ma sixième année, mon professeur (Ted) venait tout juste de revenir au Canada après un long voyage à vélo en Inde. C'est la première fois où je me suis dit que je voulais une vie semblable d'exploration et d'aventure. Ses récits de randonnées à vélo dans un pays étranger m'ont inspiré et ont eu une réelle incidence sur les décisions que j'allais prendre. En fait, nous sommes toujours en contact. Il est maintenant directeur d'une école à Whitehorse, au Yukon, où j'ai eu la chance de passer quelques années dans mon enfance.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

En tant que pilote d'essai, j'ai un emploi qui combine deux de mes choses favorites au quotidien : l'ingénierie et le pilotage d'avions à réaction à haute performance. J'aime les défis liés à la mise à l'essai de nouveaux systèmes techniques à bord de ces avions, et particulièrement le travail d'équipe nécessaire pour relever ces défis. J'ai la chance de travailler avec des ingénieurs en aérospatiale, des analystes, des techniciens d'aéronefs, des gestionnaires de programme et des cadres, tous ayant pour but de rendre les F-18 plus sécuritaires et efficaces.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Bon nombre de mes héros sont des pilotes d'essai qui travaillent sur des engins spatiaux expérimentaux destinés à des programmes d'exploration spatiale commerciaux. Certaines personnes ont été pour moi de véritables modèles dans ma vie. Enfant, je voulais être comme Amelia Earhart et Chuck Yeager parce qu'ils remettaient en question les limites convenues à l'époque. À l'adolescence, Neil Armstrong m'a particulièrement marqué, car il appliquait sa rigueur universitaire aux vols d'essai pour que l'homme puisse poser le pied sur la Lune. Chris Hadfield est maintenant ma source d'inspiration, et j'admire Elon Musk pour son objectif ambitieux visant à améliorer l'avenir de l'humanité malgré tous les obstacles.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

2001, l'Odyssée de l'espace. (Nous avons tous beaucoup à apprendre de CARL!)

Quelle est votre devise?

Suivez vos passions pour apprendre à connaitre le monde. Apprenez à connaitre le monde pour contribuer à le rendre meilleur.

Selon vous, quelle est la chose la plus intrigante à propos de l’espace?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Tout au long de ma vie, mon père m'a encouragé à vivre de nouvelles expériences. Selon lui, la clé du succès reposait sur un savoir-faire équilibré et varié. Enfant, j'ai donc dû participer à plein d'activités parascolaires et communautaires, même à certaines qui ne m'intéressaient pas à ce moment-là. Ce conseil m'a été fort utile à l'âge adulte, tant sur le plan professionnel que personnel. J'ai appris à m'ouvrir aux expériences nouvelles et à ne pas craindre l'inconnu. Ce conseil demeure déterminant dans tous mes choix de carrière.

Quel est votre bien le plus précieux?

J'ai en ma possession une vieille montre que mon père utilisait lorsqu'il était enfant. Son père la lui avait léguée et elle est entièrement mécanique. Pour moi, elle offre une perspective unique sur la vitesse à laquelle l'homme innove. Mon père a grandi dans une maison où il n'y avait ni eau courante ni électricité et où la nourriture venait en grande partie de la ferme familiale. Une génération plus tard, je travaille souvent dans une nouvelle maison construite sur la même propriété agricole, où je communique avec des gens du monde entier grâce à la technologie satellitaire. #innovationformidable

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

La ferme où j'ai grandi, dans les plaines agricoles de l'est de l'Alberta. J'ai voyagé dans le monde entier, mais je suis toujours impressionné par la tranquillité de ce paysage canadien. À part quelques sommets de l'Arctique, il y a peu d'endroits comme celui-ci où le ciel nocturne est si magnifique. C'est l'un des plus paisibles que je connaisse.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

En 2012, alors que j'étais étudiant à l'Edwards Flight Test Center (où un humain a franchi le mur du son pour la première fois), la Force aérienne des États-Unis m'a décerné le prix Liethen-Tittle remis au meilleur pilote d'essai de sa promotion. J'étais le premier canadien depuis Chris Hadfield à recevoir cette distinction. Cette réussite a toujours été spéciale à mes yeux. Pour y arriver, il m'a fallu étudier sans relâche et acquérir un grand savoir-faire en vol d'essai, mais je n'y serais pas arrivé sans travailler en équipe. Cette expérience m'a montré ce que le Canada pouvait réaliser à l'échelle internationale en collaboration avec des partenaires étrangers dans le domaine de l'aérospatiale.

Quel est votre livre préféré?

Endurance: Shackleton's Incredible Voyage, d'Alfred Lansing. Cette histoire vraie témoigne du pouvoir de l'esprit humain. Si vous vous êtes déjà demandé jusqu'où une petite équipe peut pousser l'endurance, l'exploration et l'instinct de survie, vous devriez lire ce livre. Peut-être qu'ensuite, le mot « impossible » aura une toute autre signification pour vous.

Lajoie, Charles-Philippe

Charles-Philippe Lajoie

Lieu de naissance
Rouyn-Noranda, Québec, Canada

Lieu de résidence
Baltimore, Maryland, États-Unis

Études

  • Doctorat, physique et astronomie – Université McMaster

Quel est votre emploi actuel?

Scientifique d'instruments astronomiques optiques (niveau II) - Je travaille sur le télescope spatial James-Webb, un projet dirigé par la NASA, l'Agence spatiale canadienne et l'Agence spatiale européenne. Le télescope James-Webb sera plus grand et plus complexe que tout autre télescope spatial. Mon équipe et moi nous préparons à aligner, en orbite, ses 19 miroirs individuels. Selon une chorégraphie précise, chaque miroir sera télécommandé pour qu'ils forment tous ensemble une surface réfléchissante presque parfaite de 6,5 mètres. Nous testons actuellement les miroirs avec le logiciel de vol dans l'une des salles propres de la NASA et planifions aussi l'exploitation de ce formidable observatoire.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Enfant, en grandissant avec les images du télescope spatial Hubble et des missions Apollo, je rêvais de devenir astronaute, même si je savais que ce n'était pas facile d'y arriver. J'aime aussi repousser mes limites, relever de nouveaux défis et participer à des aventures, ce qui a toujours correspondu pour moi au fondement d'une carrière d'astronaute. Je suis heureux de savoir qu'un autre de mes rêves deviendra peut-être réalité grâce à cette occasion qui nous est offerte actuellement de faire avancer le programme spatial canadien et de contribuer au retour de l'homme sur la Lune et à un voyage vers Mars.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Dès la première fois où j'ai vu Vénus dans le ciel nocturne à l'âge de 12 ans, je me passionne pour l'astronomie et l'espace. À l'époque, j'ai été fasciné du fait qu'il était possible d'observer les autres planètes à l'œil nu et, depuis, je souhaite poursuivre une carrière où j'aurai la chance d'étudier les planètes, les étoiles, les galaxies et, idéalement, de savoir si la vie existe ailleurs dans l'Univers. Même aujourd'hui, alors qu'il est devenu routinier de découvrir des dizaines d'exoplanètes, l'espace et l'astronomie m'émerveillent toujours autant.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mon directeur de recherche à la maîtrise a été pour moi un mentor important. Il m'a appris la rigueur scientifique et professionnelle et a suscité chez moi un grand sentiment d'appartenance et de fierté à l'égard de mon travail. Il ne me l'a jamais enseigné directement, mais il incarnait ces principes. À son contact, j'estime être devenu un scientifique compétent qui produit des recherches de qualité et fait preuve d'une grande intégrité.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Travailler dans l'un des plus grands instituts d'astronomie du monde me plait énormément. On y apprend souvent, par exemple, les dernières découvertes sur les exoplanètes ou les galaxies montrant un grand décalage vers le rouge, et il est difficile de ne pas avoir hâte à la prochaine journée de travail. J'ai aussi la chance de travailler sur des technologies incroyables destinées aux télescopes spatiaux avec les esprits parmi les plus brillants qu'il m'ait été donné de connaitre. Cette rencontre entre la technologie et les gens rend mon travail actuel excitant et gratifiant.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

J'ai beaucoup d'admiration pour mes collègues de travail actuels que je côtoie au quotidien. Ensemble, ils ont collaboré au succès du télescope spatial Hubble. Ils ont conçu et assemblé des instruments parmi les plus sensibles pour détecter des exoplanètes à faible luminosité et sont à présent les visionnaires des télescopes spatiaux de demain. Grâce à la diversité de leurs antécédents, expériences et personnalités, ils sont des acteurs très efficaces et polyvalents du projet de télescope spatial James-Webb, et j'ai l'immense privilège de travailler à leur côté et d'apprendre à leur contact.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

La trilogie de La guerre des étoiles.

Quelle est votre devise?

Il ne faut pas subir la vie ou attendre que les choses arrivent d'elles-mêmes : il faut poursuivre activement ses rêves et saisir chaque occasion de les réaliser.

À quel âge avez-vous décidé que vous vouliez devenir astronaute?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Il ne faut pas se définir uniquement en fonction de son diplôme, mais compter plutôt sur ses compétences polyvalentes. En décrochant un diplôme, on acquiert une expertise dans un domaine, mais aussi de solides compétences polyvalentes auxquelles il est possible de faire appel dans une multitude d'emplois et de situations.

Quel est votre bien le plus précieux?

Ma guitare. Je n'en joue pas souvent, mais je l'ai depuis mes 18 ans et je l'aime toujours beaucoup.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Mon chalet familial, accessible seulement par bateau ou par motoneige. Isolé, tranquille et magnifique.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Ma plus grande réussite, celle dont je suis le plus fier, c'est d'avoir obtenu mon doctorat en physique et en astronomie tout en faisant partie de l'équipe masculine de crosse de l'université. Ces deux activités ont exigé de la détermination et un travail acharné, mais j'aurais eu beaucoup plus de difficulté à terminer mon doctorat sans l'effet libérateur et les bienfaits de la compétition sportive, excellente pour réduire le stress.

Quel est votre livre préféré?

Le seigneur des anneaux, de J. R. R. Tolkien.

Leuschen, Jason

Jason Leuschen

Lieu de naissance
Murrayville, Colombie-Britannique, Canada

Lieu de résidence
Ottawa, Ontario, Canada

Études

  • Baccalauréat, génie mécanique – Université de la Saskatchewan

Quel est votre emploi actuel?

Élève-pilote, Aviation royale du Canada - Je suis une formation pour devenir pilote d'hélicoptère et pouvoir ainsi être aux commandes d'un hélicoptère de recherche et de sauvetage comme le puissant CH-149 Cormorant! Un bon pilote doit avoir une connaissance approfondie de son aéronef ainsi que des règlements et procédures, sans oublier que sa coordination et sa forme physique doivent être excellentes. Les élèves-pilotes passent beaucoup de temps à étudier en prévision des missions à venir, en plus de s'entraîner sur des simulateurs de vol et de faire des exercices de visualisation. Le sport et l'exercice sont importants pour préparer le corps aux rigueurs des forces d'accélération, de la chaleur et du froid. Et parfois, on nous laisse réellement piloter!

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Il n'est pas étonnant que j'adore le ciel puisque j'ai grandi dans une ferme de la Saskatchewan, la « terre des cieux vivants » comme on l'appelle. La plupart du temps, l'aube naissante m'inspirait, insurpassée en beauté sinon par les lueurs de la tombée du jour. Le soir, dans le champ, sans lumière artificielle, j'étais captivé par la Voie lactée, les aurores boréales et la Lune. Je traînais mon jeune frère avec moi pour regarder des pluies de météores et songer à notre place dans l'Univers. Je veux être un astronaute depuis lors, pour me rapprocher un peu plus des cieux.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

En première année, les expo-sciences ont constitué un bon exutoire pour ma curiosité. Ainsi, j'ai fait des volcans avec du bicarbonate de soude, je me suis intéressé aux lasers et j'ai fabriqué des robots. D'ailleurs, la conception et la fabrication de robots me plaisaient tellement qu'en huitième année, j'ai décidé que je serais ingénieur. Il ne me restait plus qu'à choisir une spécialité. Vu ma passion pour les machines, l'aérospatiale s'est imposée comme présentant les plus grands défis. J'ai passé bien des soirées et des fins de semaine à construire des fusées et à travailler dans la soufflerie de l'université, une passion qui s'est transformée au fil du temps en carrière. Et dire que tout a commencé par de la simple curiosité!

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mme Billo, mon enseignante de troisième année, a compris que le garçon turbulent qui dérangeait sa classe agissait ainsi parce qu'il s'ennuyait. Elle a eu la perspicacité de canaliser mon énergie dans des projets additionnels visant à occuper mon esprit (et ma bouche…). C'est ainsi que j'ai conçu des ateliers pour la classe et donné des présentations sur des sujets scientifiques. J'ai découvert ainsi que j'aimais apprendre et que je pouvais être bon à l'école. À partir de ce moment, j'ai toujours fait plus de devoirs.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'aime le fait que tous les membres de l'Aviation royale canadienne se soient fait inculquer l'esprit d'équipe dès le tout premier jour. Dans le cadre de mon travail, j'ai la chance de relever de grands défis personnels avec une équipe d'instructeurs derrière moi et des collègues qui me soutiennent à mes côtés. L'entrainement militaire est extrêmement exigeant étant donné l'environnement dans lequel nous pourrions devoir travailler, et personne ne peut réussir sans l'aide de son équipe. Malgré le caractère compétitif de l'entrainement, chacun de nous est prêt à se sacrifier pour assurer le succès de ses pairs parce que quand les autres gagnent, on gagne aussi.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

J'admire les familles des militaires. Les conjoints et enfants des militaires sont prêts à renoncer à du temps avec leurs proches pour que ces derniers puissent servir leur pays. Ces familles ont bien des raisons de s'inquiéter et peu de réconfort quand ceux qu'ils aiment sont au loin. Pendant cette épreuve, la plupart des familles de militaires font preuve de courage et appuient les membres pour qu'ils puissent continuer à accomplir leurs missions.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Comme je suis né en 1977, La Guerre des étoiles a eu une grande influence sur mon enfance. Encore aujourd'hui, je me rappelle très bien la première fois que j'ai vu La Guerre des étoiles à la télévision, et je peux encore ressentir l'excitation et l'émerveillement qui m'habitaient. George Lucas nous a emmenés dans l'espace, puis sur d'excitantes planètes étrangères. Enfant, j'ai reproduit la cabine de pilotage du Faucon Millénium dans mon sous-sol et j'ai dû expliquer à mon frère, non sans difficulté, pourquoi son rôle de Chewbacca était si essentiel dans l'histoire (pour que je puisse jouer le rôle d'Han Solo, naturellement).

Quelle est votre devise?

En me remettant mes bottes et ma combinaison de vol, l'armée a aussi eu la gentillesse de me fournir une devise, à savoir Sic itur ad astra, qui veut dire « Telle est la voie vers les étoiles. » Je fais entièrement confiance à l'Aviation royale canadienne pour ce qui est de la traduction parce que, vous savez… mon latin est un peu rouillé.

Si vous pouviez emmener quelqu’un dans l’espace, qui emmèneriez-vous?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Mon père était agriculteur, alors il était plus une fourmi qu'une cigale. Il m'a souvent dit qu'on ne se préparait jamais assez. J'étais camionneur pour mon père lorsque j'essayais de trouver un emploi après mes études universitaires. Pendant le chargement de mon camion, j'en profitais pour me plonger dans des livres ésotériques sur les souffleries en vue d'un examen écrit dans le cadre d'un concours pour un poste d'aérodynamicien au Conseil national de recherches du Canada. Mes efforts ont porté leurs fruits : parmi les nombreux candidats de partout au pays qui avaient postulé, j'étais le seul candidat à ne pas être titulaire d'un doctorat, mais j'ai tout de même décroché un des deux postes.

Quel est votre bien le plus précieux?

Je me suis construit une réplique d'une Shelby Cobra 1965. C'est une bête inconfortable, peu fiable et capricieuse, mais impossible de ne pas sourire quand je réussis à la faire rouler et qu'il fait beau. Mes plus grandes frustrations me mènent à mes plus grandes victoires.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Vu que voler au-dessus de la surface de la Terre ne correspond probablement pas à se trouver « sur Terre », je répondrai donc que c'est la ferme de mes parents, où j'ai grandi, à Bruno, en Saskatchewan. Sauf pendant la saison des moustiques.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Devenir un pilote militaire est ma plus grande réussite. Le défi pour obtenir ce poste convoité a commencé avec plusieurs tests à vous tordre le cerveau. L'instruction de base a suivi, c'est-à-dire trois mois où il fallait oublier sommeil et dignité. Ensuite, la phase I de la formation en pilotage où on nous demandait de démontrer trop de compétences en trop peu de temps. À la fin, 40 % de mes collègues n'étaient plus de la partie. La phase II de la formation en pilotage a eu lieu en 2015 : véritable marathon de 10 mois, il fallait en apprendre plus qu'on pensait jamais pouvoir en absorber et faire des choses avec un avion qui semblaient initialement nous mener vers une mort certaine, mais qui sont devenues en quelque sorte une seconde nature à la fin du programme.

Quel est votre livre préféré?

Le routard galactique, de Douglas Adams.

Riddell, Robert

Robert, Riddell

Lieu de naissance
Belleville, Ontario

Lieu de résidence
Ottawa, Ontario

Études

  • Baccalauréat, génie chimique et génie des matériaux – Collège militaire royal du Canada
  • Baccalauréat, biochimie – Université d'Ottawa
  • Doctorat, médecine – Université Dalhousie
  • Résidence en médecine familiale en milieu rural – Université d'Alberta

Quel est votre emploi actuel?

Médecin militaire, Forces armées canadiennes - En tant que médecin militaire, je soigne le personnel des Forces armées canadiennes, que ce soit au pays ou dans le cadre d'opérations militaires à l'étranger.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Contrairement à tout autre poste sur Terre, celui d'astronaute me permettrait de tirer parti des connaissances acquises grâce à mes études et aux expériences uniques vécues en tant qu'officier et médecin en milieu rural. Je me suis épanoui tant sur le plan mental que physique dans certains des environnements les plus hostiles du monde : ce serait un honneur pour moi de mettre tout cela à profit en tant qu'astronaute canadien. Dans le domaine de l'exploration spatiale, je continuerais de repousser mes limites personnelles, mais aussi celles de la science, de la médecine et de la technologie.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Je suis avant tout devenu médecin parce que j'ai toujours été fasciné par la physiologie humaine et le monde de la médecine, en constante évolution. En tant qu'officier, je trouvais gratifiant de pouvoir intervenir auprès de mes subordonnés lorsqu'ils avaient besoin d'aide. J'ai pensé en faire une carrière en tant que médecin militaire. Enfin, il m'a semblé que d'être médecin me permettrait de continuer à mettre à l'épreuve mes qualités de leader et de décideur dans des environnements stressants et stimulants.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

La première personne qui m'est venue à l'esprit lorsque j'ai lu cette question n'est pas un enseignant en tant que tel, mais un entraineur de hockey à l'université, Jacques Tremblay. Par ses actions, il m'a appris que les gens consacrent souvent beaucoup plus d'efforts à conserver la confiance des autres qu'à la gagner. Cela a beaucoup influencé la façon d'exercer mon leadership dans le domaine militaire et en médecine.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Pour les mêmes raisons qui font que je souhaite devenir astronaute, j'aime être médecin militaire parce que ce travail conjugue les défis des opérations militaires et ceux de la médecine clinique.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Mes héros sont les patients gravement malades que je soigne en tant que médecin militaire et comme urgentiste en milieu rural. Leur calme et leur regard sur la vie malgré leur maladie chronique, parfois incurable, me donnent souvent une leçon d'humilité.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Rencontres du troisième type.

Quelle est votre devise?

Facta non verba (les actes plutôt que les paroles).

Aviez-vous peur du noir quand vous étiez petit?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Ayez toujours des choix. Presque tous ont des rêves et devraient bien sûr les poursuivre, mais ayez toujours un bon plan B (et C).

Quel est votre bien le plus précieux?

Ma relation avec ma femme (non, non, elle ne m'a pas obligé à dire ça!).

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Là où se trouve ma famille – au lac, au chalet… sans télévision ni téléphone.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Ma plus grande réussite est d'avoir trouvé un juste équilibre entre une belle carrière et une vie de famille formidable.

Quel est votre livre préféré?

Quand le souffle rejoint le ciel, de Paul Kalanithi.

Sidey, Jennifer Anne MacKinnon

Jennifer Anne MacKinnon Sidey

Lieu de naissance
Calgary, Alberta, Canada

Lieu de résidence
Cambridge, Royaume-Uni

Études

  • Baccalauréat, génie mécanique – Université McGill
  • Doctorat, ingénierie – Université de Cambridge

Quel est votre emploi actuel?

Chargée de cours, Département de génie, Université de Cambridge - J'étudie les flammes : j'examine la façon dont nous les utilisons et comment nous pouvons les empêcher d'émettre des polluants nocifs. J'enseigne également à des étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs, dans la section Fluides, turbomachines et énergie, sur des sujets allant de la production d'énergie conventionnelle et alternative à la thermodynamique de base ou la physique des flammes. En dehors de ces responsabilités officielles, j'essaie toujours d'être un modèle pour les jeunes femmes envisageant une carrière technique dans un domaine scientifique.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Je veux devenir astronaute parce que c'est un défi formidable. Ce travail correspond à mes intérêts puisque je souhaite contribuer à l'avancement de la science pour le bien de la société. Comme astronaute, je serais dans une position privilégiée pour inciter des jeunes de tous horizons à réaliser leurs ambitions en sciences et en génie.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

J'aime découvrir le fonctionnement des choses utiles et, au début de mes études de génie, j'ai décidé d'étudier la combustion parce qu'il s'agit d'un processus complexe fascinant – il fait intervenir de très nombreux phénomènes différents. L'étude du feu est donc intéressante, mais extrêmement difficile. Je savais aussi qu'en plus de cette spécialisation, la recherche universitaire était faite pour moi parce que je serais ainsi toujours à l'avant-garde des découvertes scientifiques. J'ai maintenant la chance d'apprendre de nouvelles choses sur des processus de combustion utiles et de mettre à profit mes connaissances pour améliorer nos dispositifs de propulsion et de production d'énergie.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Les enseignants exceptionnels qui sont restés dans ma mémoire sont ceux qui ont fait des pieds et des mains pour susciter mon intérêt et éveiller ma curiosité à l'égard des sujets qui m'intéressaient. Je me rappelle une enseignante en particulier qui avait la capacité unique de savoir exactement ce que ses élèves trouveraient passionnant. Ce type d'attention et d'efforts pour stimuler l'intérêt des élèves est l'enseignement le plus encourageant et significatif que j'aie jamais reçu.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Interagir avec les étudiants est ce que j'aime le plus de mon travail. Qu'il s'agisse de supervision en laboratoire ou de cours magistraux en salle de conférence, j'ai la chance formidable d'enseigner les sciences et le génie à des jeunes. C'est ce que je trouve le plus excitant, unique et satisfaisant dans mon travail.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

J'admire les femmes qui ont été des pionnières dans les domaines des sciences et du génie, notamment l'informaticienne Margaret Hamilton, les astronautes Roberta Bondar, Julie Payette et Mae Jemison ainsi que l'ingénieure Nancy Fitzroy. La carrière de toutes ces femmes a été marquée par la bravoure, la compétence et l'incroyable persévérance.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

L'Étranger : le huitième passager.

Quelle est votre devise?

La fortune sourit aux audacieux.

Si vous pouviez emmener quelqu’un dans l’espace, qui emmèneriez-vous?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Le meilleur conseil que j'aie jamais reçu est de ne pas s'en faire pour rien. Quelle que soit la carrière, il faudra faire face à des contretemps ou à des difficultés. La meilleure chose à faire, c'est de rester concentré sur l'objectif à long terme. Même si on a l'impression de faire du surplace, il ne faut pas se laisser décourager.

Quel est votre bien le plus précieux?

Je pense que c'est mon vélo!

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

L'île de Vancouver.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Ma plus grande réussite jusqu'à maintenant est d'avoir obtenu un poste de chargée de cours à l'Université de Cambridge. J'ai un parcours formidable ici : jamais je n'aurais pensé que je vivrais cela quand je suis arrivée au Royaume-Uni il y a cinq ans comme ingénieure fraichement diplômée.

Quel est votre livre préféré?

Si par une nuit d'hiver un voyageur, d'Italo Calvino.

Sirek, Adam

Adam Sirek

Lieu de naissance
Toronto, Ontario, Canada

Lieu de résidence
Tecumseh, Ontario, Canada

Études

  • Baccalauréat, sciences – Université de Toronto
  • Maîtrise, sciences – Université de Toronto
  • Diplôme d'études supérieures, sciences médicales – Université Northumbria
  • Doctorat, médecine – Université St. George's

Quel est votre emploi actuel?

Médecin de famille - Je suis médecin de famille (enfants, adolescents et adultes) à Windsor, en Ontario. Je fais partie du personnel de l'hôpital Leamington District Memorial et je suis professeur à la Schulich School of Medicine & Dentistry, où j'enseigne aux étudiants de médecine et aux médecins résidents.

Capitaine, Aviation royale du Canada - Le weekend, comme réserviste des Forces armées canadiennes, j'appuie les Cadets de l'Aviation royale du Canada. J'y suis pilote et j'occupe le poste d'officier adjoint des opérations d'un site de vol des cadets. Nous faisons la promotion du civisme, du leadership et de la bonne forme physique chez les jeunes de nos collectivités, et suscitons leur intérêt pour l'aviation.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

J'ai toujours aimé et l'aviation et la médecine. J'ai appris à piloter un avion à l'âge de 16 ans et j'ai ensuite étudié les sciences et la médecine. Les travaux et les expériences scientifiques réalisés en orbite ont mené à des découvertes qui ont permis d'améliorer la condition humaine, un facteur déterminant dans toute ma formation en médecine aérospatiale. Je suis enthousiaste à l'idée de participer à la recherche de pointe dans l'espace et d'ensuite aider à y trouver des applications sur Terre.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Mes grands-parents étaient des scientifiques à l'Université de Toronto. J'ai été inspiré par le travail qu'ils ont réalisé avec le Pr Charles Best après la découverte de l'insuline. Leur influence et leurs histoires ont éveillé mon intérêt pour les sciences et la recherche, ce qui m'a amené à suivre une formation en physiologie et à faire des études supérieures. Tous les deux, ils m'ont encouragé à continuer en médecine pour mettre en pratique mes études en physiologie.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

À l'école secondaire, j'ai eu un enseignant qui était une source constante d'encouragement. Ses cours de philosophie et de religions du monde m'ont toujours poussé à avoir une pensée critique et à remettre en question mes idées préconçues. Je ne compte plus les fois où son influence s'est fait sentir lorsque je rencontre et que je travaille avec des gens de divers horizons.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Les médecins de famille voient les gens lorsqu'ils vont bien, mais également lorsqu'ils vont mal. Je me considère chanceux de pratiquer une profession qui a pour but d'aider les gens, qui est extrêmement gratifiante et qui fait une différence dans nos collectivités.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Ma femme. Elle est gentille et attentionnée, et elle sait faire preuve de compassion. Sans l'ombre d'un doute, elle est mon pilier : elle m'a soutenu durant toutes mes études de médecine, ma résidence et ma pratique médicale. Et tout en m'appuyant ainsi, elle a réalisé ses propres rêves et enseigne maintenant à l'Université de Windsor.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Star Trek.

Quelle est votre devise?

Per ardua ad astra (À travers les embûches jusqu'aux étoiles), devise de l'Aviation royale canadienne que j'ai aisément fait mienne.

Quel genre de notes aviez-vous à l’école lorsque vous étiez jeune? Avez-vous déjà pensé que vous n’étiez pas assez intelligent pour devenir astronaute?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Considérer chaque problème comme une opportunité. Il y a d'innombrables solutions à chaque situation, et on ne sait jamais ce qu'on apprendra sur soi-même et sur le monde qui nous entoure au fil du processus.

Quel est votre bien le plus précieux?

Mon brevet de pilote.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Muskoka.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

À ce jour, la plus grande réussite de ma vie est d'avoir ouvert mon propre cabinet et entrepris ce parcours de médecin de famille au service de ses patients. Je trouve très gratifiant de rencontrer des gens et de les soigner.

Quel est votre livre préféré?

Je n'ai pas de livre préféré, mais j'adore tout ce que je peux lire avec mes deux enfants.

Sleno, Nathalie

Nathalie Sleno

Lieu de naissance
St. Albert, Alberta, Canada

Lieu de résidence
Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest, Canada

Études

  • Baccalauréat, sciences – Université de l'Alberta
  • Doctorat, médecine – Université du Manitoba
  • Résidence en médecine familiale – Université de l'Alberta

Quel est votre emploi actuel?

Médecin, chef d'équipe, détachement de la 1re Ambulance de campagne, Yellowknife - Je suis chef d'équipe du détachement de la 1re Ambulance de campagne à Yellowknife. Je participe à la mise sur pied et à la gestion de l'unité pour fournir des soins efficaces, efficients et accessibles. Je prodigue des soins au personnel militaire, dont la Force opérationnelle interarmées (Nord), les Rangers canadiens et le personnel de soutien de l'unité. J'agis comme conseillère médicale pour le Nord. En tant que médecin de l'aviation, je suis responsable des questions et des préoccupations aéromédicales pour le 440e Escadron, une unité de l'armée de l'air qui effectue du transport aérien, des vols utilitaires et des vols de liaison à l'appui des activités des Forces armées canadiennes et des Cadets dans le Nord.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Ce serait un grand accomplissement et l'expérience ultime que de contribuer à la fine pointe de la science! Ce serait un rêve de me trouver à la plus grande frontière connue, de repousser les limites de la connaissance et de faire partie intégrante de cette aventure. L'exploration spatiale sert l'humanité toute entière, sans égards aux frontières ou aux divisions. Ce qui est acquis grâce à l'exploration spatiale est acquis pour l'ensemble de la race humaine. Je rêve d'avoir le privilège d'y participer.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Depuis mon enfance, j'ai toujours souhaité être pilote. J'étais en formation lorsque ma mère est tombée malade. Elle est morte peu après. Quelques années plus tard, mon fils est tombé malade. Ces évènements m'ont amenée à étudier la médecine : je me posais beaucoup de questions, et plus j'en avais, plus les réponses me menaient vers ce domaine. J'ai fait quelques détours en cours de route, mais ce long cheminement m'a permis d'acquérir une expérience précieuse en recherche et en physiologie aérospatiale qui a enrichi mon parcours, ce dont je suis très heureuse.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

J'ai eu plusieurs enseignants extraordinaires, mais le premier qui me vient à l'esprit est mon professeur de mathématiques à l'école secondaire, M. Reinbolt. Il arrivait à nous interpeller sans qu'on s'en rende compte. Il était cultivé, patient et imperturbable. Il savait nous encourager et nous motiver tout en douceur. J'avais toujours hâte de suivre ses leçons. Il était un de mes répondants lorsque je me suis enrôlée et une des premières personnes que j'ai informées lorsque j'ai été acceptée comme pilote.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'aime le défi et le rôle dynamique associés à cet environnement unique. Le lieu de travail est remarquable et offre de nombreuses possibilités d'aventures extraordinaires, mais le Nord peut être un milieu isolé et dur. Sur ce territoire, les préoccupations médicales sont uniques : l'isolement, le froid, la noirceur et les risques environnementaux liés à ces activités nordiques. La clinique est dirigée différemment de la majorité des autres cliniques. La collaboration, et la coordination des activités, avec les ressources locales sont un élément clé qui me permet d'établir des liens avec la collectivité. Les responsabilités sont considérables et je travaille avec des gens formidables.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Mon mari Jeff est la personne que j'admire le plus. Nous avons connu quelques défis pour garder notre famille unie au fil de ma longue carrière dans les Forces armées canadiennes. Il a continuellement relevé ce défi, acceptant ce que la vie nous offrait et apportant une stabilité à notre famille. Il a dû sacrifier ses objectifs pour le bien commun de notre famille. J'admire sa volonté, son courage, sa générosité et sa force d'esprit. Il me motive à donner le meilleur de moi-même, et je respecte par-dessus tout son opinion.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Question difficile. Quelques titres me viennent à l'esprit. Mais celui qui revient le plus souvent est Aliens, le retour, avec Sigourney Weaver.

Quelle est votre devise?

Je m'efforce de vivre selon le principe suivant : « Aie confiance, travaille fort et ne crains rien. »

Que feriez-vous si vous rencontriez des extraterrestres?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Un de mes amis m'a déjà dit que, pour lui, tout est une opportunité, surtout lorsque les choses ne se passent pas comme prévu. Ça m'est resté… et c'est le meilleur conseil que j'aie jamais eu.

Quel est votre bien le plus précieux?

Ce qui me vient à l'esprit, c'est ce pourquoi j'ai le plus de gratitude : ma foi, ma famille et mes amis.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Mon endroit préféré est le Canada dans son ensemble. J'ai de beaux souvenirs dans presque chaque province et chaque territoire. J'ai adoré faire du canot dans le parc Algonquin, faire du ski et de la randonnée dans les Rocheuses, pêcher sur la glace dans les territoires, me baigner dans des rivières un peu partout au Canada et admirer les couchers de soleil dans les Prairies. C'est chez moi.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Mon endroit préféré est le Canada dans son ensemble. J'ai de beaux souvenirs dans presque chaque province et chaque territoire. J'ai adoré faire du canot dans le parc Algonquin, faire du ski et de la randonnée dans les Rocheuses, pêcher sur la glace dans les territoires, me baigner dans des rivières un peu partout au Canada et admirer les couchers de soleil dans les Prairies. C'est chez moi.

Quel est votre livre préféré?

Voilà une question difficile parce que J'ADORE lire. Mais la palme doit être décernée à L'alchimiste, de Paulo Coelho.

Thomas, Evan Alexander Beirne

Evan Alexander Beirne Thomas

Lieu de naissance
Montréal, Québec, Canada

Lieu de résidence
Portland, Oregon, États-Unis

Études

  • Baccalauréat, radiotéléjournalisme – Université du Colorado à Boulder
  • Baccalauréat, sciences de l'ingénieur en aérospatiale – Université du Colorado à Boulder
  • Maîtrise, santé publique – Université des sciences de la santé de l'Oregon
  • Maîtrise, sciences de l'ingénieur en aérospatiale – Université du Colorado à Boulder
  • Doctorat, sciences de l'ingénieur en aérospatiale – Université du Colorado à Boulder

Quel est votre emploi actuel?

Professeur agrégé, Université d'État de Portland - Je suis professeur agrégé en génie mécanique et en santé publique à l'Université d'État de Portland. Mon équipe développe des capteurs cellulaires et satellites qui sont expédiés dans 15 pays pour éclairer la prise de décisions visant à améliorer les programmes de santé mondiaux.

Je dirige également un programme national de santé au Rwanda, qui vient en aide à 1,3 million de personnes réparties dans 7  500 villages. Nous fournissons des cuisinières propres et des filtres à eau, et encourageons les changements de comportements. Nous avons récemment terminé un essai clinique randomisé à grande échelle.

Auparavant, j'étais ingénieur en aérospatiale au Centre spatial Johnson de la NASA où je mettais au point des systèmes de régénération de l'air et de récupération de l'eau pour les vaisseaux spatiaux.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

L'eau potable, les installations d'assainissement et l'accès à des sources fiables d'énergie sont des défis techniques tout aussi pertinents à bord d'un vaisseau spatial que sur Terre, où les besoins élémentaires de milliards de personnes ne sont toujours pas comblés. Je souhaite être un astronaute parce que la Station spatiale internationale est à la fois une plateforme de recherche-développement et une tribune mondiale pour des collaborations tangibles et fructueuses qui peuvent tout autant faire progresser l'exploration spatiale que répondre aux problèmes chroniques sur Terre.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Plus jeune, j'ai toujours voulu être un inventeur, comme Edison ou Tesla. Au secondaire, j'ai appris que des études en ingénierie pouvaient m'aider à atteindre cet objectif. J'ai ensuite travaillé pour la NASA afin de contribuer à l'exploration spatiale. Dernièrement, j'ai utilisé mes compétences en génie et ma formation en santé publique pour aider à offrir de l'eau potable, des installations d'assainissement et un accès à des sources d'énergie dans des pays en voie développement, mais aussi pour suivre l'évolution de ces efforts grâce à des capteurs sophistiqués en liaison avec des réseaux satellitaires et cellulaires – pour nous rapprocher les uns des autres.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Mes professeurs les plus influents ont toujours accepté et encouragé le fait que je ne souhaite pas toujours respecter les règles. Ils m'ont guidé – et m'ont évité des ennuis – sans me dire quoi faire pour être comme tout le monde.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'ai l'occasion de travailler au sein d'équipes multidisciplinaires d'experts du monde entier, qui s'emploient toutes à améliorer la vie sur Terre. J'ai visité une cinquantaine de pays, travaillant dans des villes et villages éloignés en partenariat avec des amis dévoués et prévenants. Plus je voyage, plus je réalise à quel point nous sommes semblables et nous pouvons tous travailler ensemble.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Mon ami, le colonel Ron Garan, ancien astronaute de la NASA et pilote de chasse F-16 pour les forces aériennes des États Unis, propose une « perspective orbitale » qui incite à mettre fin aux divisions et à éviter la concurrence malsaine. Il a consacré sa troisième carrière à présenter cette perspective dans le monde entier.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Interstellaire en bonne société mais à vrai dire, Star Trek.

Quelle est votre devise?

Ne perdez pas de temps!

Aviez-vous peur du noir quand vous étiez petit?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Faites ce qu'il faut pour faire la différence, pas ce qui paraît bien dans un curriculum vitæ.

Quel est votre bien le plus précieux?

Mon grand-père a décroché son doctorat en entomologie à 21 ans. C'est son seul diplôme, si l'on peut dire, car il n'avait pas l'argent pour payer les droits de scolarité liés à ses autres études. Une fois son doctorat en poche, il a utilisé l'héritage reçu de son grand-père pour acheter son premier microscope en 1938. Il me l'a donné quand j'avais une dizaine d'années.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

J'ai construit récemment un petit chalet d'une pièce donnant sur le mont Hood, dans l'Oregon. Entouré de neige et d'animaux sauvages, c'est l'endroit idéal pour bien travailler.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Quand j'étais étudiant de premier cycle, j'ai aidé à fonder le volet américain d'Ingénieurs sans frontières et commencé à travailler au Rwanda avec un budget de 5 000 dollars récoltés dans des activités de lave-auto ou provenant de clubs Rotary. Plus tard, devenu ingénieur en aérospatiale au Centre spatial Johnson de la NASA, j'ai passé mes heures de lunch, mes soirées et mes fins de semaine à mettre au point des technologies liées à l'eau et à l'énergie destinées aux pays en développement. Je dirige actuellement un programme national d'un budget de 35 millions de dollars qui a profité à ce jour à plus de 1,3 million de personnes au Rwanda.

Quel est votre livre préféré?

Un Yankee à la cour du roi Arthur, de Mark Twain.

Vidal, Andréane

Andréane Vidal

Lieu de naissance
Montréal, Québec, Canada

Lieu de résidence
Belleville, Ontario, Canada

Études

  • Baccalauréat, génie chimique – Collège militaire royal du Canada

Quel est votre emploi actuel?

Officier chargée de la recherche et du développement des capacités futures, Forces armées canadiennes - Mes tâches consistent à déterminer les lacunes dans l'équipement et les procédures afin que mon unité puisse remplir son mandat, soit de mettre à la disposition du gouvernement du Canada une capacité d'intervention souple, rapide et spécialisée dans le cas d'incidents chimiques, biologiques, radiologiques ou nucléaires.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

J'ai toujours été attirée par le ciel, et l'idée d'aller le plus haut possible m'a toujours fascinée. J'ai fait des études dans le domaine des sciences et technologies, pour combler une première passion, et poursuivi ensuite une carrière de navigatrice aérienne dans les Forces armées canadiennes. Bien que j'exerce un métier extrêmement gratifiant sur le plan intellectuel et physique, je ressens le besoin de repousser encore plus mes limites personnelles. J'aimerais mettre les deux types de connaissances et de compétences que j'ai acquises au cours de ma carrière professionnelle au profit de l'humanité. Devenir astronaute pour l'Agence spatiale canadienne est l'occasion rêvée de le faire.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Pour être honnête, mon choix d'études a été déterminé un peu par hasard. Plusieurs domaines m'intéressaient. J'ai finalement choisi le génie chimique, car j'étais fascinée par le fait qu'absolument tout dans l'univers connu se résume à des interactions entre aussi peu que 118 petits éléments chimiques. Du moins, c'est ce que l'on croit : qui sait ce que l'exploration de l'Univers nous permettra de découvrir!

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

J'ai eu la chance d'avoir plusieurs enseignants et instructeurs inspirants, de l'école primaire jusqu'à l'université, ainsi qu'au cours des multiples formations professionnelles que j'ai suivies. Ils avaient tous un point en commun : la passion! Que ce soit M. Malbœuf en mathématiques, M. Thibeault et Mme Dumouchel en musique, M. Tremblay, docteur en littérature, M. Lord et M. Laplante, docteurs en chimie, ou Sgt Savard en formation militaire, ils m'ont transmis l'enthousiasme d'apprendre et permis de découvrir que, peu importe le sujet d'étude, les connaissances acquises trouveront leur utilité un jour ou l'autre dans le quotidien.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

Mon emploi actuel consiste à appliquer les innovations technologiques au contexte opérationnel. J'ai la chance de travailler quotidiennement avec des scientifiques des plus qualifiés au développement de technologies de l'avenir et d'en établir les concepts opérationnels avec les utilisateurs principaux, qui forment l'élite dans le domaine de la lutte contre les incidents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. J'ai la tête dans les laboratoires et les pieds sur le terrain, c'est le meilleur des deux mondes!

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

Tous ces gens qui travaillent dans l'ombre, mais qui font une vraie différence dans le quotidien des plus démunis. Je pense par exemple aux Canadiens qui travaillent avec les sans-abris et les bénévoles d'organismes sans but lucratif qui apportent sans relâche de l'aide humanitaire dans les pays ravagés par les conflits et souvent oubliés des Occidentaux.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

L'arrivée, de Denis Villeneuve.

Quelle est votre devise?

La science ne ment pas!

À quel âge avez-vous décidé que vous vouliez devenir astronaute?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Il y a quelques années, j'ai fait deux entrevues au cours de la même semaine pour des emplois complètement différents : l'un très conventionnel, l'autre où je devais faire preuve d'audace. En faisant le point à la fin de l'entrevue pour l'emploi conventionnel, l'employeur potentiel m'a dit qu'il n'hésiterait pas à m'engager, mais que puisqu'il avait vu mes yeux s'illuminer lorsque je lui avais mentionné ma deuxième entrevue à venir, il ne le ferait pas. De façon très subtile et perspicace, il m'a dit de foncer. Ce judicieux conseil m'a donné confiance en moi et j'ai obtenu l'emploi tant convoité.

Quel est votre bien le plus précieux?

Ma famille et mes amis, qui sont toujours là pour moi.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Il y a tellement de petits paradis sur Terre! J'ai eu la chance de beaucoup voyager, et chaque pays recèle des merveilles insoupçonnées, en autant qu'on ouvre les yeux pour les voir. Si je dois faire un choix, je dirais le parc Ambue Ari, au milieu de la jungle bolivienne, ou encore Sakya, un petit village au cœur de l'Himalaya tibétain.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

La réussite dont je suis la plus fière est d'être une pionnière, en tant que femme, au sein du Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada. Les femmes sont encore sous-représentées dans les Forces armées canadiennes, encore plus parmi le personnel navigant. Lorsque j'ai envisagé de poursuivre ma carrière dans les Forces d'opérations spéciales, j'ai dû travailler d'arrache-pied pour y faire ma place. Aujourd'hui, mes quelques collègues femmes et moi faisons partie intégrante de l'équipe.

Quel est votre livre préféré?

Cent ans de solitude, de Gabriel García Márquez.

Whitty, Michelle

Michelle Whitty

Lieu de naissance
Winnipeg, Manitoba, Canada

Lieu de résidence
Calgary, Alberta, Canada

Études

  • Baccalauréat, génie civil – Collège militaire royal du Canada
  • Maîtrise, génie civil et génie biomédical – Collège militaire royal du Canada
  • Doctorat, médecine – Université d'Ottawa
  • Résidence en médecine familiale – Université de Calgary

Quel est votre emploi actuel?

Capitaine dans les Forces armées canadiennes et officier du génie de combat qualifiée - Après ma mission en Afghanistan, j'ai été admise au programme de formation des médecins. J'ai récemment obtenu mon diplôme en médecine et je suis en train de terminer ma résidence en médecine familiale à l'Université de Calgary. Je travaille comme médecin résidente dans divers hôpitaux et cliniques de Calgary.

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

J'étais assise près d'un feu de camp avec des amis dans un coin reculé du parc Algonquin quand l'un d'eux a mentionné que l'Agence spatiale canadienne sollicitait des candidatures pour doter deux postes d'astronaute. J'ai eu du mal à me contenir tellement j'étais contente! J'avais attendu ce moment depuis des années, en fait depuis que mes parents m'avaient envoyée faire un stage d'astronaute à l'Euro Space Center en Belgique en 1994. Je suis emballée à l'idée d'une vie d'apprentissage, de voyages et d'aventure. Je suis aussi ravie d'avoir l'occasion de pouvoir combiner les domaines de la médecine, de l'ingénierie et de l'exploration spatiale ainsi que de repousser les limites des connaissances humaines.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

J'ai toujours aimé les mathématiques et les sciences, et considéré qu'une bonne forme physique était importante. Mon père étant un ingénieur militaire, il s'agissait d'une étape logique pour moi de m'enrôler dans les Forces armées canadiennes et de poursuivre des études en génie au Collège militaire royal du Canada. Au terme de ces études, j'ai eu la chance de faire une maîtrise en sciences appliquées. Pour ce faire, j'ai allié mes connaissances en génie à ma fascination de longue date pour le corps humain. Ce travail, ainsi que mon désir de travailler avec les gens, m'a finalement amenée à changer de carrière et à étudier la médecine.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Ma professeure de troisième année à l'école primaire Peacock de Happy Valley-Goose Bay, T.-N.-L., Mlle Hobbs, nous a démontré les effets négatifs du tabagisme et l'importance d'adopter un mode de vie sain. Nous avons signé une petite carte en promettant que nous deviendrions un « diplômé sans fumée ». Grâce à cette activité, je n'ai jamais fumé. Je remercie Mlle Hobbs de m'avoir fait comprendre dès mon jeune âge combien il était important d'être en bonne santé et de se tenir en forme. À la fin de mes études secondaires, j'ai pris conscience de la force de ma conviction à cet égard.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'aime la vie militaire pour la camaraderie, le travail d'équipe et les fréquentes aventures. Mon aspect préféré de la médecine est la diversité des problèmes médicaux auxquels je dois faire face lorsque je traite mes patients et le défi constant qu'ils présentent. Il faut faire appel à des connaissances autres que celles apprises dans les manuels pour chaque patient, qui mérite par ailleurs d'être considéré comme une personne unique. Avoir la possibilité de pratiquer la médecine dans les Forces armées canadiennes me permet d'avoir le meilleur des deux mondes.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

La brigadier-général Jennie Carignan est la femme la plus haut gradée dans le domaine des armes de combat au sein des Forces armées canadiennes et la première femme au monde à occuper le poste d'officier général des armes de combat. J'ai eu le plaisir de travailler sous son commandement en tant que jeune ingénieure de combat à la Base des Forces canadiennes de Valcartier, au Québec. Elle est charismatique, facile d'approche et un leader exceptionnel. Elle m'a appris qu'il était possible pour une femme d'exceller dans une profession difficile, tout en maintenant un bon équilibre entre le travail et la vie familiale.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

La Guerre des étoiles.

Quelle est votre devise?

Mettez-vous au défi et soyez heureux.

Que feriez-vous si vous rencontriez des extraterrestres?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

C'est mon mari qui m'a donné le conseil professionnel le plus important, qui m'a incitée à poursuivre une toute autre carrière que celle que j'avais envisagée. Il m'a appris qu'il est toujours important de poursuivre ses rêves, même si les chances de réussir peuvent être minces. Il ne faut surtout pas laisser la peur de l'échec l'emporter parce qu'inévitablement, on apprend tout au long du processus, quelle qu'en soit l'issue. Il n'est jamais trop tard au cours d'une carrière pour se fixer de nouveaux objectifs et viser plus haut. C'est ainsi que, comme je l'ai déjà fait auparavant, je vise plus haut et suis prête à changer de carrière.

Quel est votre bien le plus précieux?

Mes trois enfants : Claire (4 ans), Rachel (2 ans) et Alec (2 mois).

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Là où je suis entourée de mes amis et de ma famille.

Là où je peux partir vers une nouvelle aventure.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Ma participation au déploiement en Afghanistan en 2009 en tant que sapeur de combat est ma plus grande réussite. J'étais l'officier des opérations et de la planification de l'escadron du génie rattaché au groupement tactique du 2e Bataillon, Royal 22e Régiment. J'étais chargée des déplacements du personnel et de l'équipement ainsi que de la planification des opérations de 150 soldats du génie sur le terrain. Je suis fière de l'esprit d'équipe que j'ai instauré, de ma détermination sans faille et de tout le travail que j'ai accompli presque toujours sous pression pendant mon affection de six mois. Mon leadership a été mis à l'épreuve, et en équipe, nous avons réussi.

Quel est votre livre préféré?

L'alchimiste, de Paulo Coelho.

Zroback, Jesse

Jesse Zroback

Lieu de naissance
Richmond, Virginie, États-Unis

Lieu de résidence
Marathon, Ontario, Canada

Études

  • Baccalauréat, génie chimique – Université de Waterloo
  • Doctorat, médecine – École de médecine du Nord de l'Ontario, Université Lakehead et Université Laurentienne
  • Résidence en médecine familiale – Université Queen's

Quel est votre emploi actuel?

Médecin de famille dans la communauté éloignée de Marathon - En tant que membre d'une équipe plus large, je fournis des soins de santé aux patients des services d'urgence, de l'hôpital et de la clinique. Je participe aux efforts de la localité visant la gouvernance et l'élaboration de politiques en matière de soins de santé en mettant à contribution mon expérience et ma créativité afin d'améliorer les services de santé de notre collectivité.

Professeur adjoint, EMNO - J'ai le plaisir d'enseigner à des étudiants en médecine et à des médecins résidents qui viennent à Marathon (et de qui j'apprends aussi).

Pourquoi voulez-vous devenir astronaute?

Enfant, en admirant la lune dans le ciel nocturne, j'étais renversé par le fait qu'on ait réussi l'exploit de s'y rendre pour l'explorer. La découverte par l'exploration et l'aventure est l'une des mes passions. Il serait extrêmement gratifiant d'exploiter pleinement mes capacités en développant mes compétences et en relevant les nombreux défis de taille que comporte la formation d'astronaute. Je souhaite devenir astronaute, car c'est une carrière qui correspond en tous points à mon attrait pour la science, la santé et la forme physique. Ce serait un honneur de communiquer cette aventure aux jeunes de notre pays pour aider à créer un avenir meilleur pour le Canada et la Terre.

Si vous pouviez explorer un endroit dans notre système solaire, lequel choisiriez-vous?

Qu'est-ce qui vous a incité à étudier dans votre domaine?

Adolescent, j'observais le décollage des navettes spatiales et contemplais les anneaux de Saturne au moyen d'un télescope, ce qui m'a incité à en apprendre davantage sur le monde et l'Univers. J'ai choisi le génie chimique pour approfondir mes connaissances des mathématiques et des principes fondamentaux de la science, espérant contribuer à la société. Pendant mes études, j'ai découvert que le métier de médecin me permettrait de mettre la science et le processus de résolution de problèmes au profit de la santé de la population. La médecine familiale en milieu rural me pousse à être créatif dans des environnements où les ressources sont limitées et où le travail d'équipe est important. J'adore être médecin de famille.

Pensez à un enseignant qui a eu une influence positive sur vous. Qu'a-t-il fait pour avoir cette si grande influence?

Je suis reconnaissant à l'égard de tous les professeurs qui m'ont enseigné. Je pense, par exemple, à mon professeur de mathématiques de 10e année à Kenora. Sa passion et son enthousiasme ont influencé ma façon d'apprendre. Cette année-là, j'ai eu le déclic. Il m'a appris que, si on pouvait parfois simplement faire appel à la mémoire, il valait toutefois beaucoup mieux comprendre comment quelque chose fonctionne. Lorsqu'on comprend, on peut faire preuve de créativité pour résoudre presque tous les problèmes. Cette leçon m'a accompagné à l'université et m'aide chaque jour en tant que médecin de famille.

Qu'aimez-vous le plus de votre emploi?

J'apprécie tout particulièrement la diversité des tâches qu'offre mon emploi. Chaque personne a sa propre histoire. Je dois mettre en application mes habiletés sociales et, concrètement, mes compétences médicales lorsque je travaille à l'urgence ou en clinique. Travaillant dans un milieu aux ressources limitées dans une communauté rurale éloignée, je dois tenir compte des aspects pratiques dans mes décisions sur les tests et les traitements. J'enseigne également à des étudiants et à des médecins résidents qui deviendront bientôt des médecins indépendants et prodigueront des soins aux Canadiens. J'apprends de ces étudiants, mais aussi de mes patients. Je suis heureux de pouvoir, chaque jour, apprendre et relever des défis.

Quelle personne vivante admirez-vous le plus? OU Qui sont vos héros dans la vraie vie?

J'ai la chance de rencontrer des héros chaque jour : mes patients. Ceux qui reçoivent un diagnostic de cancer et qui traversent ensuite les étapes suivant le diagnostic, notamment le traitement, doivent faire preuve d'une formidable résilience. Les interventions chirurgicales, la chimiothérapie et la radiation peuvent avoir des effets secondaires extrêmes. Certaines personnes ne se rétabliront jamais, mais parviennent tout de même à apprendre à guérir et à vivre leur vie avec amour et bonheur, tout en sachant que le cancer peut la raccourcir. Leur courage est immense. Un de mes amis de Marathon, David Giuliano, a combattu le cancer plus d'une fois. Je lui suis reconnaissant d'avoir partagé publiquement sa réflexion sur son expérience de cette grave maladie.

Quel est votre film de science-fiction préféré?

Seul sur Mars. Le processus de résolution de problèmes avec des ressources limitées sur Mars est un concept amusant. J'aime également imaginer une époque où la Terre enverra des astronautes vers d'autres planètes.

Quelle est votre devise?

« Quand on veut, on peut! » Je pense à cette devise lorsqu'un problème me tracasse ou que je cherche une solution. Il faut prendre une grande respiration pour laisser aller la frustration et examiner le problème sous un autre angle.

Si vous devenez astronaute, quels articles personnels emporterez-vous dans l’espace?

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous ayez jamais reçu?

Poursuivez une carrière qui vous passionne. Si plusieurs domaines vous intéressent, envisagez sérieusement de choisir celui qui profitera le plus à la société. Vous serez vraisemblablement plus heureux ainsi et aurez le sentiment de vous accomplir dans votre travail. Même si j'ai toujours aspiré à devenir astronaute, je me passionne aussi pour la médecine, car j'aime aider les gens à guérir et à bien être informés sur leur santé. J'adore la résolution de problèmes et la technologie, et j'essaie d'aborder mes activités quotidiennes avec les yeux d'un ingénieur.

Quel est votre bien le plus précieux?

Une agate bleue polie naturellement qui tient au creux de ma main. Je l'ai trouvée sur une plage près de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Elle me rappelle l'aventure et la beauté de notre planète Terre.

Quel est votre endroit préféré sur Terre?

Difficile de répondre à cette question… Je dois dire que j'ai un faible pour le Bouclier canadien et la rive nord du lac Supérieur. Mais les cénotes (des gouffres dans un sol calcaire remplis d'eau douce où il est possible de se baigner), les ruines mayas, les plages, les tacos, le guacamole et les gens de la péninsule du Yucatan, au Mexique, occupent une place spéciale dans mon cœur.

Quelle est votre plus grande réussite selon vous?

Pour moi, les liens que j'ai créés avec les gens au fil de mes diverses expériences sont mes plus belles réussites. Ces amitiés m'ont rendu heureux et mené sur la voie du succès. Grâce à l'appui et au soutien de ces amis, j'ai décroché mon diplôme d'ingénieur, je suis devenu médecin et j'ai surfé sur le lac Supérieur en hiver (oui, oui, c'est possible!). Il se peut aussi que je réalise le rêve de ma vie, celui de devenir un des astronautes de notre pays.

Quel est votre livre préféré?

Le Hobbit, de J. R. R. Tolkien. Il est question d'aventure et de travail d'équipe, et on apprend que, pour trouver un épanouissement personnel, il faut se dépasser et sortir de sa zone de confort. Je l'ai lu à l'adolescence et le recommande si vous ne l'avez pas déjà lu.

Date de modification :