La science de la musique dans l'espace

Depuis plusieurs décennies, les personnes chargées d'apporter un soutien psychologique aux astronautes reconnaissent l'importance, pour les astronautes qui participent à de longues missions spatiales, de pouvoir écouter de la musique et en jouer.

Les cosmonautes et les astronautes de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) qui vivaient sur la station russe Mir avaient une guitare à leur disposition, et les membres d'équipage de la Station spatiale internationale (ISS) ont eu accès à des flûtes, un clavier, un saxophone et un didgeridoo australien. Une guitare acoustique Jean Larrivée fabriquée à Vancouver, au Canada, a par ailleurs été apportée par les Russes lors de la mission Expedition 2 (en 2001).

Il est essentiel pour les astronautes de pouvoir bouger et improviser quelques morceaux, car cela leur permet de maintenir certains aspects humains de la vie sur Terre et de rompre avec l'isolement que leur imposent les longues missions spatiales.

Chris a apporté une guitare pliante sur la station spatiale

Chris Hadfield a apporté une guitare pliante sur la station spatiale russe Mir en 1995. (Source : NASA)

Un studio d'enregistrement cosmique

Lorsqu'il vivra sur l'ISS à titre de spécialiste de mission, puis de commandant, l'astronaute canadien (et guitariste folk) Chris Hadfield prévoit occuper une partie de ses temps libres à composer, à interpréter et à enregistrer des musiques et des textes originaux inspirés par ses expériences dans l'espace.

Bien installé dans la coupole panoramique de la station, Hadfield prendra même part à une séance d'enregistrement menée en duo par lui-même, depuis l'espace, et Ed Robertson, chanteur des Barenaked Ladies, ici sur Terre. Hadfield et Robertson ont composé une nouvelle chanson qu'ils interpréteront avec de jeunes Canadiens de partout au Canada dans le cadre de l'événement Lundi en musique de 2013 juste avant le retour de Hadfield, prévu pour mai.

Ed et Chris interprètent la pièce qu'ils ont composée ensemble

Ed Robertson et Chris Hadfield interprètent la pièce qu'ils ont composée ensemble pour l'événement Lundi en musique de 2013 (Chaîne YouTube de CBC Music en anglais seulement). (Source : CBC Music).

Ed et Chris interprètent la pièce qu'ils ont composée ensemble

Ed Robertson et Chris Hadfield interprètent la pièce qu'ils ont composée ensemble pour l'événement Lundi en musique de 2013 (Chaîne YouTube de CBC Music en anglais seulement). (Source : CBC Music).

S'adapter à l'espace

Mis à part un piano à queue pleine grandeur, il est possible d'emporter à peu près tous les types d'instruments de musique dans l'espace, pourvu que les instruments respectent certaines normes.

Pour des raisons de sécurité, il a fallu tester le clavier électronique qui se trouve actuellement à bord de l'ISS pour s'assurer qu'il ne constituait pas une importante source de rayonnements électromagnétiques (ce qui pourrait nuire à l'exploitation de la station). Bien que l'on soit tenté de croire qu'il serait plus difficile d'emporter dans l'espace un clavier dans un boîtier de métal, la dose de rayonnements qu'il émettrait ne serait en fait pas aussi forte que celle émise par un clavier dans un boîtier de plastique.

Un tel instrument doit également être soumis à des tests de toxicité, qui consistent à le placer dans une chambre spéciale et à l'exposer à une température pouvant atteindre 50°C. Il serait possible d'emporter dans l'espace un objet qui dégagerait une odeur d'alcool (non toxique pour les humains en petite quantité), mais il serait interdit d'emporter un objet qui dégagerait ne serait ce qu'une petite quantité d'un produit chimique à base d'huile comme le benzène – nocif pour les astronautes qui l'inhaleraient dans un espace clos.

La science des concerts dans l'espace

En fait, jouer de la musique dans l'espace est un tout autre défi... Bien que le son se réverbère en orbite de la même façon qu'il le fait sur Terre, il est difficile de tenir et d'utiliser un instrument de musique dans l'espace en raison de l'absence de gravité.

Par exemple, pour jouer du clavier à bord de l'ISS, la personne assise sur le plancher, le plafond ou un mur devrait attacher l'instrument à ses genoux avec des bandes élastiques.

Et attention aux contrecoups des instruments : même le plus faible souffle émis en jouant de la flûte peut vous faire faire des voltiges.

Les astronautes aiment généralement s'attacher les pieds à des sangles ou à d'autres parties sûres des modules de la station lorsqu'ils jouent de la musique pour éviter de voler sur les murs ou sur les gens durant les séances d'improvisation musicale.

Pour jouer de la guitare en orbite, vous n'avez pas besoin de sangle – la guitare flotte simplement devant vous, mais – comme l'explique Chris Hadfield – vous devez « réapprendre » la position des frettes :

« Quand vous déplacez rapidement vos doigts sur le manche, il arrive souvent que vous ratiez une frette », dit-il. « Sur Terre, vous êtes habitué au poids de votre bras, ce qui vous aide à positionner votre main... Sans gravité, vous avez tendance à dépasser l'emplacement de la frette. »

Mais, comme dans toute chose, c'est en forgeant que l'on devient forgeron, et Hadfield profitera de chaque occasion durant ses temps libres pour flotter vers la coupole de la station et jouer quelques airs à la guitare spatiale canadienne.

Steve Robinson joue de la guitare

L'astronaute de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) Steve Robinson joue de la guitare Larrivée fabriquée au Canada dans la coupole panoramique de la station. (Source : NASA)

Catherine Coleman a emporté quatre flûtes dans l'espace

L'astronaute de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) Catherine (Cady) Coleman a emporté quatre flûtes dans l'espace durant sa dernière mission. (Source : NASA)

L'astronaute de l'ASC Chris Hadfield a chanté la chanson I.S.S. (« Is Somebody Singing ») avec des centaines d'élèves. Source : ASC/NASA