ASTROSAT : la technologie canadienne embarquée sur le premier observatoire spatial indien permet d'observer l'Univers de façon unique

ASTROSAT

Image dans le proche ultraviolet de la galaxie NGC 2336 captée par le télescope UVIT embarqué sur l'observatoire spatial indien ASTROSAT. Dans les bras de cette galaxie spirale située à 105 années-lumière de la Terre se trouvent plusieurs nébuleuses, favorables à la formation d'étoiles. Les nébuleuses diffuses à émission (avec des étoiles chaudes) sont très brillantes dans cette longueur d'onde. (Source : Équipe d'UVIT.)

Lancement : Le
Statut : actif

Le Canada a fourni trois capteurs sensibles du télescope imageur dans l'ultraviolet (UVIT) embarqué sur ASTROSAT, le premier observatoire astronomique de l'Organisation indienne de recherche spatiale, destiné à l'étude de corps célestes chauds émettant un rayonnement à haute énergie, comme les jeunes étoiles et les trous noirs.

Puissant et de conception unique, ASTROSAT est doté de cinq instruments qui permettent d'observer ces cibles dans plusieurs longueurs d'onde en même temps (des rayons X à la lumière visible).

Les principaux objectifs scientifiques de la mission ASTROSAT sont les suivants :

L'Agence spatiale canadienne (ASC) accorde un soutien financier à trois scientifiques canadiens pour qu'ils puissent poursuivre leurs recherches avec les données recueillies avec ASTROSAT.

Les professeurs Denis Leahy (Université de Calgary), Carmelle Robert (Université Laval) et Gregory Sivakoff (Université de l'Alberta) utiliseront les données dans les nombreuses longueurs d'onde d'ASTROSAT pour mener d'important travaux de recherche sur un certain nombre de corps célestes.

Le rôle du Canada dans la mission

L'ASC a codirigé avec le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) le développement des trois détecteurs canadiens d'UVIT, le télescope double d'ASTROSAT d'imagerie dans l'ultraviolet et la lumière visible. « Le Canada n'avait jamais mis au point cette technologie auparavant », précise le Pr John Hutchings du CNRC, chercheur principal de la contribution canadienne. « En captant chaque photon, les détecteurs enregistrent les coordonnées de sa provenance et l'heure où il a été capté. Ces données servent ensuite à créer une image. Les télescopes d'UVIT ont des capacités largement supérieures à celles des télescopes précédents et permettent d'observer de bien plus grandes régions du ciel. »

Grâce à la contribution du Canada à la mission ASTROSAT, notre pays se voit accorder du temps d'observation, ce qui signifie des possibilités de recherche uniques pour les astronomes canadiens.

Avec les rayons X, les rayons ultraviolets sont la principale source d'information sur les objets célestes les plus chauds, comme les trous noirs, les naines blanches chaudes, les étoiles à neutrons et les quasars. On peut observer la lumière ultraviolette principalement à partir de l'espace. Les astronomes doivent donc explorer l'Univers dans l'ultraviolet avec des télescopes comme Hubble, GALEX et ASTROSAT.

Situé à environ 800 millions d'années-lumière de la Terre, l'amas de galaxies Abell 2256 est formé de plus petits amas de galaxies qui n'en formeront qu'un seul un jour. Les chercheurs utilisent l'UVIT pour déterminer la nature des galaxies de cet amas, en particulier celles indiquées par des flèches. (Source : Équipe d'UVIT/ISRO/ASC.)

Collaborateurs

Poursuivez l'exploration

Date de modification :