Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Polar View : les données satellitaires au service de l'Arctique canadien

Description

Publié le 8 mars 2021

15 vues

Polar View : les données satellitaires au service de l'Arctique canadien

2021-03-08 – Voici Polar View, une entreprise qui se sert de données satellitaires pour répondre aux besoins des populations de l’Arctique. Plus de 200 000 personnes y vivent. Se déplacer sur les glaces de mer fait partie intégrante de leur vie. À cause du changement climatique, le Nord canadien se réchauffe de deux à trois fois plus vite qu’ailleurs. Donc, les glaces de mer fondent et on ne peut plus se fier uniquement au savoir ancestral : on doit pouvoir compter sur les données satellitaires.

(Sources : Agence spatiale canadienne, Polar View, Andreas Cziferszky, British Antarctic Survey, C-CORE, Thomas Puestow, Steffen M. Olsen, Danish Meteorological Institute.)

Transcription

Narrateur : Saviez-vous que plus de 200 000 personnes habitent les iles de l’Arctique et le Nord canadien, et que la région représente plus de 40 % de la superficie du Canada?

À cause du changement climatique, le Nord canadien se réchauffe de deux à trois fois plus vite qu’ailleurs sur Terre causant la fonte des glaces de mer, ce qui a un impact sur la vie dans la région. Les données d'observation de la Terre peuvent aider.

Voici Polar View, une organisation qui se sert de données satellitaires pour répondre aux besoins des populations de l'Arctique.

David Arthurs en est le directeur général.

David Arthurs : Polar View est un consortium d'environ 25 organisations des secteurs public et privé et du milieu universitaire de l'Amérique du Nord et de l'Europe. On utilise tous des données d'observation de la Terre dans nos opérations.

On fournit des services aux communautés et aux scientifiques dans le Nord, et à d'autres qui exercent des activités dans l'Arctique, comme les exploitants de navires.

Narrateur : Polar View fournit des renseignements et des services essentiels liés à la surveillance des glaces dans les zones touchées par la glace et la neige.

L'un des projets de l’organisation consiste à établir la ligne de démarcation de la banquise côtière – la glace fixée au rivage – et la banquise flottante sur l’océan Arctique.

David Arthurs : Pour les communautés du Nord, c’est important de pouvoir se déplacer le long de la banquise flottante, pour leur culture, pour gagner leur vie, pour chasser. La ligne de démarcation entre la banquise côtière et la banquise flottante regorge de vie.

Il y a beaucoup d'animaux le long de cette ligne. C'est donc là que les chasseurs veulent aller. C’est aussi là que les touristes veulent aller, pour voir la faune.

Dans l'Arctique, les données satellitaires sont essentielles, car la région est très vaste, hostile, et c’est très coûteux de collecter des données autrement. Sans données satellitaires, on ne pourrait pas fournir ces services.

On fournit aux communautés des services d’information sur les glaces dans un site Web où se trouvent les renseignements les plus récents.

C'est un exemple parfait de la façon dont la technologie de l'ère spatiale peut compléter les modes de vie traditionnels. Le Canada est vraiment grand : sans données d’observation de la Terre, ce serait impossible de surveiller ce vaste territoire

L'observation de la Terre par satellite offre plusieurs avantages : pour l’économie, le développement durable, le soutien des modes de vie traditionnels et la surveillance de notre territoire, en tant que pays de l’Arctique.

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.

Date de modification :