Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

En coulisses - Centre de contrôle de la robotique

Description

Publié le 7 février 2019

32 vues

En coulisses - Centre de contrôle de la robotique

2019-02-07 - L’astronaute de l’Agence spatiale canadienne Jeremy Hansen vous offre une visite guidée du Centre de contrôle de la robotique.

(Source : Agence spatiale canadienne.)

Transcription

Jeremy Hansen : Un petit coup d’œil dans les coulisses de l’Agence spatiale canadienne… J’aimerais vous montrer notre Centre de contrôle de mission; suivez-moi ici.

Je ne voudrais pas entrer dans la salle et les déranger parce qu’il y a des opérations robotisées aujourd’hui. De l’autre côté de la vitre, on peut voir les consoles de commande en bas. Au fond, on peut voir les vidéos transmises en direct depuis la Station spatiale internationale. En fait, dans le coin supérieur gauche, je vois Thomas Pesquet, qui travaille à bord de la Station spatiale. À droite, on vient d’apercevoir le Robonaut et quelque chose d’autre qui flotte, mais je ne sais pas quoi. Je crois que la caméra montrait Peggy Whitson.

À l’Agence spatiale canadienne, nous commandons souvent les systèmes robotisés depuis le sol. En fait, 90 % des opérations de robotique sont réalisées à distance, depuis la terre ferme, et environ 50 % d’entre elles se passent ici même, à l’Agence spatiale canadienne.

Les opérations de robotique sont menées au sol pour que les astronautes aient plus de temps à leur disposition pendant qu’ils sont dans l’espace pour faire de la recherche. Et ça, c’est vraiment bien. Beaucoup d’opérations de robotique très complexes sont réalisées ici. En fait, tout ce que fait Dextre, notre robot à deux bras, est aussi commandé à partir d’ici. Ces activités sont pas mal compliquées, comme déplacer le Canadarm2 là où se trouve un élément défectueux à l’extérieur de la Station, dévisser les boulons d’une boîte, la retirer et la remiser, prendre une nouvelle boîte qui contient des composants et l’installer. Nous avons souvent fait des opérations robotisées ces derniers temps pour remplacer des batteries de la Station spatiale internationale.

Alors, sur un billet de cinq dollars, on voit le Canadarm, mais on ne voit pas la grande équipe en coulisses qui rend possible l’exploration spatiale. Et une bonne partie de cette équipe se trouve ici même, à l’Agence spatiale canadienne.

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.

Date de modification :