Haut de page

L'astronaute de l'ASC Joshua Kutryk : une histoire de détermination

Description

Publiée le 14 novembre, 2023

645 vues

L'astronaute de l'ASC Joshua Kutryk : une histoire de détermination

En 2009, quand sa candidature pour devenir astronaute n'a pas été retenue, Joshua Kutryk ne s'est pas laissé décourager. 

Bien déterminé, il a tenté sa chance à nouveau huit ans plus tard lors d'une autre campagne de recrutement de l'ASC. Cette fois était la bonne. 

Dans cette vidéo, Joshua Kutryk nous explique d'où vient sa force de caractère, sa persévérance. De son enfance en Alberta jusqu'à sa formation d'astronaute, il nous fait découvrir les gens et les moments marquants de sa vie qui l'ont poussé à réaliser ses rêves, même les plus ambitieux. Il partira bientôt pour la Station spatiale internationale pour une mission d'environ six mois. (Sources : Agence spatiale canadienne, NASA, Ministère de la Défense nationale, Forces armées canadiennes, Famille Kutryk.)

Transcription

Moi je viens d’une famille de quatre enfants. 

Nos parents nous ont toujours encouragé à poursuivre nos rêves et à vivre nos expériences. 

Je m’appelle Joshua Kutryk. Je suis astronaute à l’Agence spatiale canadienne. 

J’ai grandi sur une ferme en Alberta. Je peux dire que dans les Prairies, le ciel prend toute la place. 

Un de mes meilleurs souvenirs, c’est quand j’allais nourrir le bétail certains soirs d’hiver et les étoiles étaient si nombreuses dans le ciel.

Très jeune, j’étais déjà fasciné par le ciel et par l’espace. 

Enfant, j’ai rêvé de devenir astronaute, mais à ce moment-là, ça semblait trop difficile, même impossible.

Mais je m’intéressais beaucoup à l’exploration spatiale et à l’école, j’adorais les mathématiques, la physique et les sciences.

J’étais curieux de comprendre comment le monde, comment l’Univers fonctionnent. 

Et j’avais toujours cette fascination pour le ciel, si vaste dans les Prairies. 

Alors dès l’adolescence, j’ai appris à piloter dans les Cadets. 

Et à 18 ans, je suis entré dans les Forces armées canadiennes. 

Je me suis inscrit au Collège militaire royal du Canada, à Kingston, où j’ai fait des études d’ingénieur. 

Puis je suis devenu pilote de chasse et pilote d’essai expérimental pour évaluer et améliorer des avions comme le F-18.

En 2008, j’ai appris que l’Agence spatiale canadienne voulait recruter de nouveaux astronautes. Et j’ai pensé, je me suis dit : « Ça, ça c’est pour moi. »

À la fin du processus de sélection, je me suis retrouvé parmi les 16 derniers candidats.

Mais je n’ai pas été retenu. Cette année-là, c’était David Saint-Jacques et Jeremy Hansen qui ont été recrutés.

J’étais tellement déçu de ne pas avoir été sélectionné. 

J’ai trouvé ça difficile à accepter. Mais ce que j’ai fait ensuite m’a encore mieux préparé pour tenter ma chance une prochaine fois. 

Mais il fallait être patient, étudier davantage et travailler encore plus fort.

J’ai donc accumulé les diplômes, des maitrises, dont une maitrise en études spatiales. J’ai aussi participé à plusieurs missions à l’étranger comme pilote de chasse.

David Saint-Jacques : Le Canada est à la recherche de nouveaux astronautes.

Puis en 2016, l’Agence a lancé une nouvelle campagne de recrutement. 

Le processus a duré un an. Ç’a été très intense. On a été poussés au-delà de nos limites.

À la fin, Jenni et moi, on a été sélectionnés. 

Justin Trudeau : Joignez-vous à moi pour souhaiter la bienvenue à Jenni Sidey et à Joshua Kutryk!

C’est mon père qui m’a transmis cette détermination et ma passion pour l’exploration. Malheureusement, il nous a quitté un an avant ma sélection comme astronaute.

Je crois qu’il aurait été très fier de moi.

Comme astronaute, je dois constamment étudier et m’entrainer pour soutenir les activités spatiales. 

J’ai aussi la chance de rencontrer des Canadiens de tous âges pour leur parler de l’importance de l’exploration spatiale. 

Quand je vais dans des écoles, je vois dans les yeux des enfants la même curiosité que la mienne à leur âge et que j’ai encore aujourd’hui aussi.

Je dis aux élèves combien ils sont vraiment chanceux de grandir à ce moment-ci. Il y a tellement de nouvelles possibilités dans le domaine spatial.

Je suis fier et très honoré d’avoir été sélectionné pour une mission à bord de la Station spatiale internationale. 

C’est important pour notre pays de participer à ces missions. Les études qu’on y mène font avancer notamment les connaissances en médecine et aident à mieux comprendre notre maison, la Terre. 

Et c’est notre tremplin pour le grand saut : les missions d’exploration de la Lune et, un jour, de Mars.

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.

Date de modification :