Nouvelles de l'industrie spatiale canadienne

Du nouveau au sujet de la participation canadienne aux programmes de l'Agence spatiale européenne

Source : Agence spatiale canadienne (ASC).

Notre contenu informatif sur l'Accord de coopération entre le Canada et l'Agence spatiale européenne (ESA) a récemment été mis à jour afin de refléter les plus récents engagements financiers pris par l'ASC dans le cadre des différents programmes de l'ESA. On y explique comment faire affaire avec l'ESA, notamment la façon de soumettre une proposition dans les programmes nécessitant une lettre de soutien de la délégation canadienne à l'ESA.

Depuis , cet accord permet aux entreprises d'ici de soumissionner et d'obtenir des contrats sur les marchés spatiaux européens liés aux activités et programmes auxquels le Canada participe. Cette coopération favorise entre autre l'innovation et la compétitivité, facilite la participation de scientifiques canadiens à des missions européennes et permet à notre pays, seul État coopérant non-européen, de prendre part au processus décisionnel de l'ESA.

Les sommes investies par le Canada dans les programmes de l'ESA ont mené jusqu'à présent, dans plusieurs entreprises et universités d'ici, à la création d'emplois et à l'acquisition de connaissances et de compétences. La mission Swarm et le développement du satellite Proba-2 sont de remarquables exemples de réussite découlant de cette collaboration.

Pour toute question relative à la coopération entre l'ASC et l'ESA, écrire à l'adresse asc.esa_programme-esa_program.csa@canada.ca.

Un planeur canadien qui transformera l'avenir de l'observation de la Terre

Source : Stratodynamics Aviation Inc.

Une petite entreprise canadienne d'une région rurale de l'Ontario développe un aéronef qui changera notre façon d'étudier l'atmosphère.

Stratodynamics Aviation Inc. (en anglais seulement) de Kenilworth, en Ontario, travaille à la prochaine version du planeur télécommandé HiDRON, qui pourra transporter des instruments scientifiques à très haute altitude, jusqu'à la stratosphère. Les chercheurs disposeront ainsi d'un nouvel outil pour la recherche sur les changements climatiques, le rayonnement et l'atmosphère.

Le planeur est soulevé jusqu'à la stratosphère par un ballon, d'où il est relâché pour effectuer une descente contrôlée jusqu'au sol. Pendant son retour vers la Terre, l'aéronef permet de recueillir des données sur l'atmosphère.

L'essai d'un planeur HiDRON de première génération lors de la campagne Strato-Science à Timmins (Ontario) a été une réussite (en anglais seulement). Le succès de cette technologie a suscité l'intérêt de collaborateurs du monde entier à la recherche d'un accès économique à la stratosphère.

Stratodynamics planche actuellement avec des experts de l'Université de Waterloo et son collaborateur stratégique UAVOS sur la conception et les composants de communication de l'appareil afin d'améliorer l'aérodynamisme et la télémétrie. Quant à sa filiale américaine, elle en est à la phase finale d'intégration en vue d'un lancement imminent depuis la base Spaceport America, dans le cadre du programme Flight Opportunities de la NASA. L'objectif? Valider une nouvelle méthode de détection des turbulences atmosphériques en temps réel.

L'Agence spatiale canadienne soutient cette technologie prometteuse et écologique dans le cadre de son Programme de développement des technologies spatiales (PDTS). D'autres entreprises canadiennes innovatrices sont financées au titre du PDTS.

Une technologie canadienne développée pour l'astronomie permet aussi de détecter des cellules cancéreuses

Source : Nüvü Caméras.

Nüvü Caméras était loin d'imaginer que sa technologie de caméra ultrasensible, d'abord développée pour le domaine spatial, deviendrait un jour d'une très grande utilité dans le domaine médical.

En effet, la technologie de cette entreprise montréalaise semble très prometteuse dans le contexte d'interventions chirurgicales. Grâce à la précision de l'imagerie produite par sa caméra ultrasensible, il est possible de détecter les moindres cellules cancéreuses. Il devient alors possible de les retirer tout en conservant les tissus sains. À l'heure actuelle, la caméra subit des essais cliniques qui devraient permettre à Nüvü Caméras de fournir des instruments médicaux aux hôpitaux canadiens et étrangers.

Très utile pour la vision nocturne et actuellement la seule capable de repérer le moindre débris dans l'espace, la technologie mise au point par Nüvü Caméras est également homologuée pour une utilisation dans l'espace. Des systèmes d'imagerie de l'entreprise se retrouveront d'ailleurs sur le télescope spatial Nancy-Grace-Roman (auparavant WFIRST), une mission de la NASA dont le lancement est prévu vers le milieu de la décennie .

L'Agence spatiale canadienne a accordé à Nüvü Caméras du financement sous forme de contributions au cours des dernières années via son Programme de développement des technologies spatiales (PDTS). Consultez les récentes contributions attribuées au titre du programme pour en savoir plus sur d'autres entreprises canadiennes innovantes qui sauront se distinguer dans l'avenir, tant dans l'espace que sur Terre.

Financement pour la recherche et développement dans le domaine spatial

À la suite d'un avis d'offre de participation (AOP) publié en , l'Agence spatiale canadienne accorde du financement à des entreprises canadiennes pour des travaux de recherche et développement selon quatre catégories :

Les contributions, le nom des entreprises et les projets seront annoncés à mesure que le financement est accordé. Les détails seront consignés sur la page Web Contributions attribuées au titre du PDTS – AOP 6, mise à jour régulièrement.

Date de modification :