Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Luminita Ilinca Ignat – Gestionnaire de projet

Luminita Ilinca Ignat

Source : Luminita Ilinca Ignat.

  • Citation : Faites-vous confiance, mais restez à l'écoute des autres et profitez de leur expérience.
  • Scolarité :
    • Baccalauréat en génie aérospatial, Université polytechnique de Bucarest
    • Maitrise en sciences appliquées, mécanique des fluides numérique, École Polytechnique Montréal
  • Poste : Gestionnaire de projet
  • Employeur : Agence spatiale canadienne

Quel est votre lien avec le télescope spatial James Webb?
Nul doute que le télescope spatial James Webb est au centre de ma carrière à l'Agence spatiale canadienne. À ce jour, j'y ai consacré plus de la moitié de ma vie professionnelle à l'Agence!

J'ai un lien très étroit avec le télescope Webb et les gens de la mission. Revenue au projet après presque six ans, j'ai retrouvé la même équipe en place, en majeure partie, qui m'a accueillie chaleureusement, comme si je n'étais jamais partie. Cette grande équipe disséminée au Canada, aux États-Unis et en Europe, est devenue une famille au fil des ans, soudée par les si nombreux défis qu'il lui a fallu – et qu'il lui faut toujours – résoudre et par les si nombreux moment de joie et de fierté lors des réussites.

Quelle partie de la mission de Webb vous passionne le plus?
Les phases précédentes, de la conception à l'envoi du FGS/NIRISS – et les étapes subséquentes d'intégration – à la NASA, ont été une expérience formidable sur les plans du génie et de la gestion de projet. Je suis ingénieure en aérospatiale, alors je suis passionnée par la conception et la construction de tout ce qui peut voler. Et je suis une gestionnaire de projet dans le domaine de l'exploration spatiale, alors je suis passionnée par la réalisation de projets qui approfondiront nos connaissances sur l'Univers. C'est vraiment très gratifiant de savoir que le FGS/NIRISS construit et fourni par mon équipe de projet contribuera à de grandes avancées et découvertes scientifiques. Notre équipe d'ingénieurs, nos chercheurs principaux et nos scientifiques ont travaillé sans relâche à la conception et à la construction de l'instrument canadien qui sera les « yeux » du télescope spatial le plus puissant jamais construit!

J'ai aussi tellement hâte à ce qui s'en vient! Je n'arrête pas de rêver au lancement et à ce moment unique où entendra « Décollage! » À la fin de la mise en service, ce sera la fin du projet, mais même si nous passerons le relai à l'équipe de l'exploitation, nous ferons toujours partie de la grande famille du télescope Webb. Nous suivrons la mission emballante de notre télescope qui consiste à explorer l'Univers et ses origines.

Que préférez-vous dans votre travail?
Je pense que le plus bel aspect de mon travail, c'est de travailler avec des gens formidables et d'apprendre à les connaitre. Quel privilège de faire partie d'équipes de projet formées de certains des plus grands scientifiques et ingénieurs du Canada et des États-Unis, de rencontrer les personnes très compétentes et talentueuses qui ont participé à la campagne de recrutement d'astronautes de l'Agence en - et de travailler avec l'astronaute canadien David Saint-Jacques lors de sa mission à la Station spatiale internationale en -! C'est à la fois une leçon d'humilité et inspirant de travailler avec de tels leaders dans leurs domaines respectifs. J'ai tant appris de chacun d'eux.

Comment avez-vous décidé votre cheminement de carrière?
Depuis mon enfance, je suis fascinée par les avions et tout ce qui a été fabriqué pour voler. C'est donc très tôt que j'ai décidé d'avoir comme métier de construire des avions. Mes parents m'ont encouragée dans cette voie, même si c'était hors de l'ordinaire pour les filles dans les années . J'ai décroché un baccalauréat en génie aéronautique, puis une maitrise en mécanique des fluides numérique.

J'ai passé des dizaines d'années à travailler dans des environnements de développement scientifique et technologie de pointe, d'abord en génie, puis en gestion de projet : je ne pouvais imaginer un parcours professionnel plus gratifiant pour quiconque s'intéresse aux sciences et technologies.

Quel conseil donneriez-vous à un jeune intéressé par les sciences spatiales?
Mon premier conseil serait de trouver un domaine d'études qui vous fascine. C'est important d'être passionné par ce que vous faites. Profitez des premières années de votre carrière pour apprendre autant que possible. Ayez le souci de bien faire les choses : vous en serez fier. Là où je travaille, à la Direction de l'exploration spatiale, il y a tant de possibilités d'apprendre, de travailler dans de grandes équipes nationales et internationales, et de participer à des découvertes scientifiques passionnantes. L'Univers est-il fini ou infini? Quoi qu'il en soit, dans le domaine des sciences spatiales, les possibilités sont infinies.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :