Sélection de la langue

Recherche


Haut de page

Amber Paul

Amber Paul

Amber Paul

Informations professionnelles

Professeure adjointe
rsité d’aéronautique Embry-Riddle

Coordonnées

386-226-7652
amber.m.paul@nasa.gov

Conférences

Region de Amber Paul
Région
Santa Clara,

Langues

  • Anglais

Thèmes de conférences

  • Analyse de données et développement d'applications
  • Équité et diversité en STIM
  • Exploration de Mars
  • Exploration spatiale
  • Microgravité
  • Programmation
  • Sciences de la santé

Types de conférences

  • Conférence virtuelle
  • Conférence en personne dans la même ville que mon lieu de travail

Scolarité

Baccalauréat, Université de l’Alberta, immunologie Doctorat, Université du Mississipi du Sud, biologie moléculaire Boursière postdoctorale, centre de recherche Ames de la NASA, biologie et immunologie spatiales

Biographie

Amber Paul est actuellement boursière postdoctorale au centre de recherche Ames (ARC) de la NASA et professeure adjointe à I' Université d’aéronautique Embry-Riddle. Ses recherches portent sur les réponses des systèmes immunitaire et nerveux à différentes conditions de vol spatial, y compris la gravité altérée et le rayonnement, et sur la détermination de contremesures possibles pour améliorer la santé des astronautes lors de missions de longue durée dans l’espace lointain. Le Dr Paul a 10 ans d’expérience en immunologie des mammifères, en biologie moléculaire, en neurologie et en virologie. Son travail à l’ARC est axé sur plusieurs méthodes immunologiques sanguines et sur des études faisant appel au séquençage de l’ARN et aux sciences omiques en collaboration avec le GeneLab de la NASA. Elle a suivi plusieurs années de formation sur les modèles de microgravité, notamment l’absence de mise en charge des membres inférieurs et les boites de Petri à parois rotatives. Elle a aussi acquis de l’expérience dans les rayonnements au NSRL et dans les logiciels en R pour l’analyse des données omiques collectées dans l’espace et au sol. Elle maitrise la cytométrie en flux et plusieurs méthodes d’analyse moléculaire. Ses recherches antérieures ont porté sur des modèles neuroimmunologiques et neuroviraux, notamment la sclérose en plaques (encéphalomyélite auto-immune expérimentale), le virus de l’immunodéficience humaine, le virus de la dengue, le virus du Nil occidental et le virus Zika.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :