Sélection de la langue

Recherche

Haut de page

Donya Naz Divsalar

Donya Naz Divsalar

Donya Naz Divsalar

Informations professionnelles

Fondatrice et PDG - Caidin Biotechnologies, Fondatrice et consultante exécutive
« SFU Aerospace », Université Simon Fraser

Coordonnées

604-760-3947
ddivsala@sfu.ca

Conférences

Region de Donya Naz Divsalar
Région
Coquitlam, BC

Langues

  • Anglais

Thèmes de conférences

  • Équité et diversité en STIM
  • Microgravité
  • Satellites scientifiques
  • Sciences de la santé
  • Exploration spatiale

Types de conférences

  • Conférence virtuelle
  • Conférence en personne partout au pays

Scolarité

B.Sc. (Hon) 2019 (Sciences de la santé), Université Simon Fraser M.Sc. (candidate) (Physiologie aérospatiale), Université Simon Fraser

Biographie

Donya Divsalar est titulaire d’un baccalauréat spécialisé en sciences de la santé de l’Université Simon-Fraser et fait actuellement des études de la maitrise au Laboratoire de physiologie aérospatiale de la même université. Avant d’immigrer au Canada en 2014, elle a fréquenté l’École de médecine de Debrecen, en Hongrie. Pour sa thèse de spécialisation, Mme Divsalar a conçu et mené une recherche en santé dans l’espace, une des premières étudiantes à le faire : elle a examiné avec son CubeSat entièrement personnalisé l’effet du rayonnement cosmique sur l’inversion de la latence du VIH. Elle a fondé SFU Aerospace, la deuxième organisation aérospatiale du Canada gérée par des étudiants. De plus, en 2019, elle a figuré parmi les 25 meilleurs entrepreneurs de moins de 25 ans de la Chambre de commerce de Surrey. En plus de sa thèse, Donya Divsalar consacre du temps à la direction scientifique et au développement des charges utiles de l’équipe de conception de satellites de l’Université Simon-Fraser. L’objectif? Conjuguer science et technologie CubeSat dans des charges utiles uniques en biologie et en biomédecine. Au cours de ses études supérieures, elle se concentre sur les effets de la microgravité sur les réponses physiologiques du corps humain. Elle étudie l’alitement comme analogue de l’espace afin d’évaluer le déconditionnement physiologique chez les astronautes, et la gravité artificielle comme mesure de prévention pour contrer les effets néfastes des vols spatiaux sur le corps humain. Elle travaille aussi avec des étudiants en génie de l’Université Simon-Fraser à l’avancement de mesures en biotechnologie et en biomédecine visant à atténuer les effets physiologiques négatifs des vols spatiaux de longue durée.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :