Examens de qualification

Les membres d'équipage de l'Expedition 31 signent leurs cartes de tests d'essai de simulation devant des hauts fonctionnaires du Centre d'entraînement des cosmonaites Gagarine. 23 avril 2012. (Source : NASA)

Pour qu'un cosmonaute puisse obtenir son certificat en vue d'une mission Soyouz ou d'une mission Expedition à bord de l'ISS, il doit subir avec succès plusieurs examens au terme de son entraînement. Avant d'obtenir un certificat d'ingénieur de bord pour une mission Soyouz, et celui de cosmonaute visiteur à bord de l'ISS, il faut réussir cinq tests. Ce sont toutes des simulations qui permettent d'évaluer les compétences dans le cadre de divers scénarios opérationnels.

Les Russes se servent des examens de qualification pour certifier leurs membres d'équipage depuis le début de leur programme de vols habités. Il s'agit d'un processus formel et rigoureux. Le jour d'un examen, les membres d'équipage se présentent devant le comité d'examen avant d'entrer dans le simulateur. Le directeur du comité et le commandant de l'équipage s'entretiennent suivant un dialogue préétabli. On demande ensuite aux membres d'équipage de choisir une enveloppe contenant l'examen, de la signer, d'y inscrire la date et de la remettre au superviseur. Une carte se trouvant à l'intérieur de l'enveloppe (cachée aux membres d'équipage) présente le scénario qui sera simulé. Ce scénario, bien entendu, comporte un certain nombre d'incidents. Un exemple d'examen subi par Bob Thirsk en 2005 prévoyait les incidents suivants :

  • la défaillance de l'émetteur radio à très hautes fréquences au moment de l'insertion sur orbite;
  • la défaillance du radar d'approche lors du rendez-vous avec la station spatiale;
  • la défaillance de la manette de contrôle du mouvement translationnel lors de l'approche finale avec l'ISS;
  • la dépressurisation du module de descente Soyouz suite au désamarrage de la station spatiale;
  • l'incapacité d'amorcer le programme de descente d'urgence;
  • la défaillance du propulseur principal de la capsule Soyouz qui est resté allumé au terme de la manœuvre de désorbitation.

Chaque comité d'examen est formé de plusieurs évaluateurs. Lors d'examens importants, le comité comprend environ trente dirigeants du département d'entraînement, des experts en systèmes de la société Energia (l'entrepreneur principal responsable du programme Soyouz et du segment russe de l'ISS) ainsi que des agents du Bureau des cosmonautes. Lorsque les cosmonautes effectuent leurs tâches dans les simulateurs, chaque commande qu'ils donnent et chaque mot qui est prononcé est analysé. Leurs moindres mouvements sont épiés afin d'évaluer leur capacité de jugement et leur vitesse de réaction.

Les examens, qui sont conçus spécialement pour mettre les membres de l'équipage dans des situations stressantes, se terminent plus souvent qu'autrement par une urgence grave après une journée éprouvante. N'échappant pas à cette règle, le scénario de Robert Thirsk pour sa mission à bord de l'ISS s'est terminé avec le déclenchement d'un incendie dans le module de fret fonctionnel (FGB). Bob et ses collègues ont rapidement enfilé leur masque à gaz, maîtrisé l'incendie virtuel et fermé les écoutilles afin d'empêcher le feu et la fumée de se propager dans les autres compartiments de la station spatiale.