Transcription

L'astronaute de l'Agence spatiale canadienne Chris Hadfield dans le Laboratoire de flottabilité nulle de la NASA - Partie 1

image

2011-03-16 - L'astronaute de l'Agence spatiale canadienne Chris Hadfield nous accueille au Laboratoire de flottabilité nulle de la NASA (ou NBL pour Neutral Buoyancy Laboratory). Les astronautes y reçoivent leur formation en vue des marches spatiales. Dans cette vidéo, Chris nous montre certains des outils et équipements avec lesquels les astronautes doivent se familiariser avant de plonger. (Source : Agence spatiale canadienne)

Vidéo YouTube     Site Web de la mission de Chris Hadfield

Chris Hadfield : Bonjour, ici Chris Hadfield. Nous sommes au Neutral Buoyancy Lab, ou laboratoire de flottabilité nulle. C'est ici, à Houston au Texas, que nous nous entraînons sous l'eau pour apprendre à effectuer des sorties dans l'espace. Dans quelques jours, je serai sous l'eau pour enseigner les techniques de sorties extravéhiculaires à un nouvel astronaute, un collègue de David et de Jeremy. Je dois aussi m'exercer pour continuer de me perfectionner.

Au laboratoire, nous nous entraînons beaucoup avant même de plonger sous l'eau. Tous nos outils, nos équipements et les maquettes du Canadarm sont déjà en place et nous devons apprendre à les faire fonctionner correctement. On apprend à s'en servir les uns après les autres. Nous avons accès à toutes les articulations du Canadarm que nous pourrions être appelés à réparer. On pourrait aussi nous demander de remplacer des caméras. À l'arrière-plan, on voit diverses maquettes des gros boîtiers qui se trouvent à bord de la station spatiale. S'ils se brisent, on nous demandera de les remplacer.

Quand vous avez les pieds dans un étrier portatif et que vous voulez tourner, vous devez sortir un pied, le déposer sur la plaquette externe, et l'ensemble de l'étrier articulé tournera. Et si vous voulez changer d'axe, vous pouvez rouler vers la gauche et vers la droite.

Les outils que nous utilisons dans l'espace sont parfois d'une très grande simplicité. Comme ce lien métallique que nous enroulons autour des objets. Ce sont les Russes qui ont eu cette idée. Nous outils sont aussi des instruments ordinaires comme une clé à rochet munie d'une poignée et de douilles. Puis nous utilisons parfois des outils très complexes, comme ceux qui servent à verrouiller les écoutilles de la navette spatiale.

Plusieurs de nos outils sont en métal. Le problème, c'est que dans l'eau le métal demeure plus dense que l'eau. Vous êtes donc attiré vers le fond de la piscine. Certains de nos outils les plus lourds sont en plastique, comme notre grosse perceuse manuelle ici. Comme ça, quand vous êtes dans la piscine, l'outil a la même densité que l'eau. Il ne flotte pas, il ne coule pas non plus. Et puis, quand il faut utiliser l'outil en question, les plongeurs vous en donnent un très semblable à celui que vous allez utiliser dans l'espace. Vous lâchez celui qui est en plastique. C'est un compromis, mais cela fonctionne très bien en simulation.

Les tuyaux, les brides et les raccordements. La station spatiale est refroidie à l'ammoniac. Il y a aussi des raccordements pour les fluides, comme l'eau et les gaz, comme l'azote et l'hélium. Il faut donc s'entraîner à les ouvrir, les fermer et les raccorder en orbite. Et voici le simulateur que nous utilisons pour apprendre les techniques pour libérer, lever et ajuster les nombreuses pièces de la station spatiale. Comme ces gros étriers qui permettent de les ouvrir, de les fermer, ou de retirer un raccord. Tous ces éléments sont de différents types et c'est ici que nous apprenons à les utiliser.

Nos gants de travail. Ce sont les gants que nous portons quand nous sortons dans l'espace. On y insère la main...il y a plusieurs couches à l'intérieur. Ils sont faits sur mesure. Parfois, nous portons un gant interne pour absorber la sueur. Mais comme ils sont pressurisés, on utilise une barre qui nous permet de les resserrer très fermement pour éviter qu'ils se gonflent quand on travaille dans l'espace.

Le sachet d'eau. Ce sachet va à l'intérieur de la combinaison. Ceci est l'embout par lequel nous buvons. Le sachet s'insère dans une pochette de Kevlar. Nous avons donc de l'eau à boire pendant nos sorties qui peuvent durer sept ou huit heures.

Le casque est aussi très important dans l'espace. C'est celui que nous portons pendant nos sorties extravéhiculaires. Il est équipé de visières...il couvre toute la tête. Il y a même ce petit bloc ici de ce côté pour vous essuyer les yeux, vous gratter le nez...et le dispositif pour la salive. C'est notre casque de sortie extravéhiculaire.