Vection : la réalité virtuelle pour évaluer la perception chez les astronautes

Sciences de la santé

Vection est le nom donné à une nouvelle étude scientifique canadienne qui utilisera un système de réalité virtuelle pour examiner comment la microgravité influe sur la manière dont les astronautes perçoivent leurs mouvements.

Contexte

La vection est la sensation erronée de bouger provoquée par le fait de voir autre chose en mouvement alors qu'on est immobile. Elle peut être dangereuse pour les astronautes si elle les mène à mal estimer la direction et la vitesse des objets. Par exemple, elle pourrait compliquer l'exécution de tâches de robotique comme la saisie de vaisseaux sans pilote avec le Canadarm2.

L'étude Vection vise à déterminer comment les membres d'équipage évaluent les distances et leurs propres mouvements lorsqu'ils sont plongés dans une réalité virtuelle. Les connaissances tirées de l'étude seront utiles dans la mise au point de méthodes de déplacement plus sécuritaires à bord de la Station spatiale internationale. Elles pourraient aussi aider les futurs astronautes à faire atterrir de petits vaisseaux spatiaux sur la Lune ou sur d'autres planètes.

L'écran à grand angle de vue Edgeless Graphics Geometry de l'étude Vection

Cette image montre l'écran à grand angle de vue Edgeless Graphics Geometry (EGG) (rendue possible grâce au financement de la Fondation canadienne pour l'innovation et développée par Christie®) de l'étude Vection. L'équipe de recherche de l'étude Vection l'utilisera pour évaluer le rôle que joue le champ de vision global dans la perception du mouvement et sur le sens de l'orientation à l'aide d'images stéréoscopiques à haute résolution. (Source : Université York.)

Objectifs

L'étude Vection vise à :

 Retombées sur Terre

L'étude Vection permettra aux chercheurs de mieux comprendre comment les signaux visuels influencent nos perceptions lorsqu'on est en mouvement. Les résultats de l'étude pourraient aussi s'avérer utile dans de nombreux autres secteurs, notamment :

  • la compréhension des troubles affectant le mouvement et la posture, comme la maladie de Parkinson;
  • l'utilisation de la réalité virtuelle pour faciliter le rétablissement des victimes d'AVC et d'atteintes des organes de l'équilibre;
  • la compréhension des effets du vieillissement sur la perception;
  • l'utilisation facilitée de certaines technologies, comme les robots de téléchirurgie.

Déroulement

Les sept participants à l'étude Vection porteront des casques de réalité virtuelle pour vivre des expériences tridimensionnelles. Tout au long des séances, la tête des astronautes sera immobilisée par un collier cervical.

  1. Lors de la première séance, les astronautes devront estimer la taille d'un objet. Les erreurs d'estimation correspondront à des erreurs dans la perception de la distance des objets.
  2. La deuxième séance reproduira un déplacement dans un corridor. Les astronautes devront indiquer à quel moment ils arrivent à l'emplacement d'une cible qui leur a été montrée précédemment. Les sous-estimations et les surestimations indiqueront l'importance de l'illusion de mouvement relatif.
  3. Enfin, dans la troisième séance, une simulation de mouvement par visualisation sera utilisée pour déterminer si les astronautes confondent l'inclinaison et l'accélération en apesanteur.

Les astronautes participeront à ces séances avant, durant et après leur mission. Les scientifiques du groupe responsable de l'étude Vection compareront les résultats pour faire ressortir les effets de l'apesanteur sur leur rendement.

Il est possible que vous ayez déjà vécu une sensation de vection dans le métro en observant un train arriver ou partir. Malgré le fait que vous étiez immobile, vous pourriez avoir eu l'impression que votre train se déplaçait dans le sens inverse de l'autre. Cette illusion de mouvement relatif est appelée « vection ».

Dates

Les expériences de l'étude Vection devraient s'étaler de à .

Une photo étourdissante de la pièce basculante de l'étude Vection

Dans cette série d'images, le chercheur principal de l'étude Vection, le Dr Laurence Harris, « fait un tour » dans la nouvelle pièce basculante (rendue possible grâce au financement de la Fondation canadienne pour l'innovation et développée par Dymec Engineering Inc.). Cet équipement aidera l'équipe de recherche à examiner le rôle de la gravité et du mouvement sur le plan de la perception. (Source : Université York.)

Équipe de recherche

Chercheur principal

Cochercheurs

Poursuivez l'exploration

Date de modification :