Sciences des fluides

Le Programme des sciences physiques dans l'espace a appuyé quelques expériences dans le domaine des sciences des fluides au cours des dernières années. Grâce à sa participation à l'élaboration du Laboratoire des sciences des fluides (FSL) mis au point par l'Agence spatiale européenne (ESA) le Canada aura accès à cette installation pour effectuer des expériences en physique des fluides. En effet, le FSL, une installation à la fine pointe de la technologie, sera envoyé à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en 2004 pour permettre la conduite d'expériences de toutes sortes dans le domaine des sciences des fluides. Le FSL devrait permettre des avancements importants pour la science.

L'Agence spatiale canadienne (ASC), par le biais des physiques dans l'espace, concevra une installation basée sur la technologie du MIM (Support d'isolation contre les vibrations en microgravité) qui devra s'insérer à l'intérieur du Laboratoire des sciences des fluides de l'ESA. Cette charge utile, nommée MVIS, aura pour mandat d'isoler les expériences et le matériel optique contre les vibrations retrouvées à bord de l'ISS. Bien que minimes, ces vibrations peuvent fausser les résultats des expériences. Les expériences en physique des fluides sont particulièrement sensibles aux perturbations en microgravité. Ces perturbations, aussi appelées gigues gravitationnelles, peuvent provenir de plusieurs sources telles que les déplacements des astronautes, la mise à feu des micropropulseurs ou tout simplement le fonctionnement des nombreux systèmes expérimentaux à bord de l'ISS.

En échange de sa contribution au projet, l'ASC pourra utiliser 5 % du FSL, et ce, pour toute la durée de vie du laboratoire. Afin de tirer profit de cette occasion unique, l'ASC mettra au point une charge utile multifonctionnelle pour la recherche en sciences des fluides. Cette charge utile sera basée sur celle utilisée lors des expériences FLuid physics EXperiment (FLEX) dans le cadre de la mission STS-85. Les expériences FLEX, au nombre de cinq, avaient donné la possibilité de tester la toute première génération de la technologie MIM. De plus, elles ont permis d'expliquer l'influence de différents paramètres chimiques et physiques sur certains procédés industriels.

Le laboratoire orbital en microgravité qu'est l'ISS offrira aux chercheurs l'occasion de faire de nombreuses découvertes scientifiques qui ne seraient pas à leur portée dans les conditions de pesanteur normale sur Terre, notamment en raison du comportement des fluides en micropesanteur puisque le mouvement des liquides et les interactions entre gaz et liquides sont considérablement modifiés en conditions de microgravité.