Agence spatiale canadienne
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Contenu de la page

Saviez-vous que?

Contribution d'Andrew Gibson de la Direction des technologies spatiales de l'ASC

Le Canada a mis au point le premier instrument spatial voué à la surveillance de la répartition globale du monoxyde de carbone (CO), lequel est un polluant ayant un impact important dans la composition chimique de l’atmosphère. Cet instrument appelé MOPITT mesure la pollution dans la troposphère, qui constitue la couche inférieure de notre atmosphère à environ 12 km d'altitude, et parvient à démontrer clairement comment la pollution peut voyager d'un continent à l'autre. Le monoxyde de carbone provient de sources artificielles créées par l'homme (anthropiques) et de sources naturelles (incendies de forêt, par exemple) généralement associées à la combustion. L'instrument MOPITT mesure également les concentrations de méthane dans la troposphère. Toutes les données ainsi recueillies nous aideront à prendre des décisions plus responsables, qu'elles soient de nature technologique ou politique. Pour en savoir plus...

Haut de page

Les étoiles ne scintillent pas?

La lumière scintillante que nous observons dans le ciel nocturne est attribuable à des variations de densité de l'atmosphère terrestre. Ces variations sont causées par des changements naturels de composition et de température atmosphérique à différentes altitudes ainsi que par des vents.

Haut de page

Le Canada est le pays idéal pour observer les aurores boréales!

Les aurores ou lueurs boréales sont la manifestation de l'interaction entre des particules émises par le Soleil et le champ magnétique terrestre. Lorsqu'elles entrent en réaction, ces particules libèrent leur nouvelle énergie sous forme de lumière rouge, verte et bleue. Même si les aurores boréales peuvent parfois être observées aussi loin qu'aux États-Unis, elles sont à leur meilleur à proximité du pôle nord magnétique de la Terre. En raison de sa proximité du pôle Nord et de ses niveaux très faibles de pollution lumineuse, le nord du Canada est l'endroit idéal pour observer ce phénomène naturel dont la beauté est à couper le souffle! Cliquez ici pour en apprendre davantage sur les aurores boréales : www.asc-csa.gc.ca/fra/missions/sts-097/jeune_aurore.asp.

Haut de page

Des satellites scientifiques ont l'atmosphère à l'oeil

SCISAT fournit des données uniques sur les changements atmosphériques causés autant par la nature que par l'activité humaine.

OSIRIS, qui fait des scanographies de l'horizon, est plus rapide que les autres instruments de mesure de gaz atmosphériques. Il est entrain de révolutionner notre compréhension des polluants qui détruisent l'ozone.

Haut de page

MOPITT : Instrument de mesure de la pollution

C'est un instrument spatial canadien qui sert à cartographier en 3D les concentrations de monoxyde de carbone dans la basse atmosphère et à localiser les sources de pollution. Les décideurs exploitent ces informations détaillées pour effectuer l'évaluation et l'analyse coûts-avantages des mesures antipollution.

Haut de page

RADARSAT puise aux sources de l'information hydrologique

Les satellites aident les hydrologues à localiser et à gérer nos précieuses ressources en eau : Les images captées par le satellite canadien RADARSAT permet de cartographier nos acquifères, et donc de préserver ces inestimables réserves d'eau souterraine.

Les images satellite couvrent des zones bien plus vastes que les photos aériennes et sont bien moins coûteuses que les levés au sol.

Haut de page

RADARSAT : Une moisson d'informations

Grâce aux satellites, les agriculteurs peuvent réaliser des économies et protéger l'environnement en déterminant le meilleur moment pour fertiliser leurs champs.

Les images captées par le satellite canadien RADARSAT contribuent à réduire les primes d'assurance : agriculteurs et assureurs peuvent évaluer avec précision les pertes de récoltes dues au mauvais temps.

Haut de page

RADARSAT : Détecteur de marées noires

La surveillance spatiale en continu facilite la protection du milieu marin au Canada: De jour, de nuit, par tous les temps, le satellite canadien RADARSAT repère les navires qui déversent illégalement leurs huiles de cale dans les eaux canadiennes.

Chaque année, plus de 300 000 oiseaux de mer, enduits de pétrole, perdent la vie au large de la côte Est du Canada.

Haut de page

RADARSAT au service de la gestion des écosystèmes

Des images spatiales permettent d'augmenter l'intérêt des Canadiens pour les sites de leur patrimoine nature en leur faisant voir sous un jour nouveau les parcs nationaux et la diversité faunique.

De plus, les satellites fournissent des données claires et fiables pour la gestion à long terme et à coût raisonable de nos parcs nationaux. En effet, Parcs Canada utilise des images satellitaires pour dresser le portrait de l'état de santé et de la diversité de nos parcs nationaux.

Haut de page

Le Canada dans l'espace : Une aide humanitaire partout dans le monde

Partenaire engagé, le Canada coopère avec d'autres nations spatiales en offrant des images satellitaires et un savoir-faire pour sauver des vies, dépêcher des secours et rebâtir des collectivités.

Le satellite canadien RADARSAT a produit des images permettant d'évaluer les dommages en Asie suite au tsunami de décembre 2004.

Haut de page

Les piles de l'ère du sans fil

Le Canada met au point des piles de prochaine génération destinées à la Station spatiale internationale.

Lorsque l'astronaute de l'Agence spatiale canadienne Steeve MacLean et ses collègues internationaux sortiront dans l'espace, leur système de survie sera alimenté par des piles ion-lithium de fabrication canadienne.

La pile ion-lithium à superpolymère d'Electrovaya est de loin plus durable qu'une pile rechargeable ordinaire.

Haut de page

OSTEO : Recherche spatiale sur la perte osseuse

En vieillisant, les tissus osseux se détériorent plus vite qu'ils ne se régénèrent. De nouvelles recherches spatiales contribuent à remédier au problème.

La perte osseuse chez les astronautes dans l'espace est dix fois plus rapide que chez les personnes atteintes d'ostéoporose avancée sur terre.

Haut de page

La robotique canadienne mondialement reconnue

Suite au succès du Canadarm installé sur la navette depuis 1981, des ingénieurs canadiens ont créé de nouveaux robots pour la Station spatiale internationale.

Sur Terre, le Canadarm2 ne pourrait même pas supporter son propre poids de 1,8 tonne : mais dans l'espace, il peut manipuler aisément une charge de 116 tonnes, soit le poids de la navette spatiale.

Le Canadarm2 de la Station spatiale internationale peut être manoeuvré des centres de contrôle de mission de Houston, de Moscou et du siège social de l'Agence spatiale canadienne à Longueuil, au Québec.

Haut de page

EVARM : Mesure de l'exposition aux rayonnements

Un dispositif canadien mesure les rayonnements auxquels sont soumis les astronautes en sortie dans l'espace.

Une technologie qui rend l'exploration spatiale plus sûre pour les humains permet aux médecins de surveiller la quantité de rayonnements absorbés par leur patients en radiothérapie.

Haut de page

Un coin de verdure sur la planète rouge

Des expériences en biologie, en télérobotique et autres sont menées dans le milieu hostile de l'Arctique canadien à des fins d'exploration interplanétaire.

Une serre installée dans l'Arctique canadien sert à expérimenter des techniques de production d'aliments de consommation humaine pour Mars.

Le maintien de la vie humaine sur la Lune ou sur Mars pourrait dépendre de technologies testées dans l'Extrême Arctique canadien.

Haut de page

Des retombées terre à terre pour la robotique spatiale

Les tissus et les robots de l'ère spatiale révolutionnent le travail des Canadiens.

Les technologies spatiales canadiennes, reconnues mondialement, améliorent notre qualité de vie lorsqu'elles sont appliquées à la sécurité, à la fabrication automatisée et aux soins de santé.

Haut de page

MOST : Une contribution canadienne astronomique

Les astronomes canadiens observent les étoiles d'un nouvel oeil à l'aide de MOST, un télescope spatial canadien de la taille d'une valise.

Le télescope spatiale canadien MOST fait une percée décisive en sciences, remettant en cause des hypothèses établies sur la nature et l'âge des étoiles.

Haut de page

Regard perçant sur la sécurité en orbite

La NASA se fie à une caméra laser canadienne pour la reprise des vols de la navette en 2005 et pour les missions futures.

Des capteurs 3D intelligents guident avec précision le système canadien de vision spatiale dans son inspection d'objets dans l'espace et aussi sur Terre.

Un système canadien de vision spatiale a inspecté la navette et jouera un rôle crucial dans le retour de Hubble sur Terre.

Haut de page

L'innovation canadienne mise sur les multiples possibilités du GPS

Le système mondial de localisation aide les pilotes d'avion à se rendre plus directement à destination et donc à reduire la consommation de carburant et à accroître la sécurité.

Certains émetteurs GPS contribuent à sécuriser l'espace aérien et d'autres aident à s'orienter ou même à repérer des cargaisons dans l'industrie des transports.

Haut de page

Les satellites au coeur des soins de santé

Les collectivités rurales et éloignées bénéficient de services de santé économiques grâce à l'innovation canadienne en télécommunications.

La première démonstration internationale d'un système canadien de diagnostic et de suivi à distance de patients a eu lieu lors d'une liaison satellite entre l'Italie et les Pays-Bas.

Haut de page

Les satellites de télécommunications veillent sur nous

Une motoneigiste en détresse, un bateau de pêche à la dérive en haute mer, un avion en panne au fond de la brousse - les signaux de détresse reçus dans l'espace sauvent des milliers de vies.

Au cours des 25 dernières années, des satellites de pointe ont sauvé plus de 18 000 vies lors d'opérations de sauvetage partout dans le monde.

Le rôle du Canada dabs les opérations internationales de recherche et de sauvetage est immortalisé sur une série de timbres émise le 13 juin 2005 par Postes Canada.

Haut de page

Des antennes de télécommunications en vol

Les communications en vols permettront sous peu aux voyageurs aériens de se brancher sur le Web et de participer à des vidéoconférences.

L'antenne CMA-2102 offre aux voyageurs aériens des services complets de télécommunications sans fil par satellite, peu importe leur destination.

Haut de page

Gestion des catastrophes en temps réel

En guidant les pompiers forestiers, les satellites aident à sauver des vies, à protéger la propriété foncièere et à préserver les ressources naturelles.

En combinant diverses données satellitaires, les répartiteurs dépêchent rapidement les équipes de sauvetage, les pompiers et le matériel d'intervention là où ils sont le plus indispensables.

La Colombie-Britannique a adopté REMSAT pour lutter contre les incendies de forêts et envisage généraliser son déploiment d'ici quelques années.

Haut de page

Le Canada répond à l'appel

La transmission d'un message entre la Terre et une sonde à 900 millions de km peut prendre 50 minutes.

L'industrie spatiale canadienne en 2004 : plus de 200 entreprises, quelque 7 500 travailleurs spécialisés et environ 2,4 milliards de dollars générés annuellement, dont près de la moitié en exportation.

Haut de page

ANIK F2 : Pour des communautés branchées

Le Canada a élargi son leadership mondial en télécommunications avec le lancement de son plus gros et plus puissant satellite commercial

De son orbite, ANIK F2, dernier kilomètre de l'autoroute de la connectivité, permet à tous les Canadiens où qu'ils soient, de participer activement à l'économie du savoir.

Le Satellite ANIK F2 de Télésat, offre des services interactifs haute vitesse - de télémédecine et de télé-enseignement notamment - qui relient les communautés éloignées au reste du monde.

Haut de page

Le Canada dans l'espace : Optimiser les partenariats internationaux

Les partenariats exceptionnels du Canada dans le domaine spatial renforcent nos compétences techniques et scientifiques, ouvrent les marchés à notre industrie et créent des débouchés pour les Canadiens.

Le Canada collabore activement avec l'Agence spatiale européenne depuis plus de 25 ans à titre d'État membre.

L'adhésion du Canada à l'Agence spatiale européenne a valu à des entreprises canadiennes de décrocher des marchés étrangers de quelque 420 millions de dollars.

Haut de page

Des scientifiques en classe virtuelle

L'espace a le pouvoir d'attiser la soif de connaisances scientifiques des jeunes canadiens.

Les satellites mettent des scientifiques de renom en communication avec des élèves et des enseignants de partout au pays.

Le programme d'éducation de l'Agence spatiale canadienne relie scientifiques et élèves, incitant ceux-ci à se joindre à la nouvelle génération spatiale du Canada.

Haut de page

La vision spatiale du Canada : 20/20

Voilà plus de 40 ans, des pionniers ont façonné l'avenir du Canada dans l'espace.

Le prix d'excellence John H. Chapman récompense des leaders de l'industrie et des sciences spatiales dont les réalisations ont fait avancer le Programme spatial canadien.

L'industrie spatiale canadienne exploite les percées scientifiques et technologiques et se distingue comme leader mondial dans certains créneaux spatiaux.