XRISM : Des scientifiques canadiens pourront observer l'Univers chaud

Lancement : 2021
Durée de la mission : 5 ans
État de la mission : En développement

On entend souvent dire que l'espace est froid et vide, et pourtant certaines structures de l'Univers sont très chaudes. En fait, au centre de la plupart des galaxies se trouvent des trous noirs supermassifs dont les régions avoisinantes atteignent une température de plusieurs millions de degrés.

Les rayons X sont une forme de lumière chaude à haute énergie invisible à l'œil nu. De nombreux corps célestes émettent des rayons X, comme les étoiles massives, les trous noirs et les amas de galaxies. Puisque l'atmosphère terrestre nous protège de ce rayonnement, les astronomes doivent envoyer des télescopes dans l'espace pour étudier ces objets exotiques.

Le nouvel observatoire spatial X-Ray Imaging and Spectroscopy Mission (XRISM) de l'Agence japonaise d'exploration spatiale (JAXA) permettra d'étudier la formation des galaxies et la mort des étoiles, les deux phénomènes étant souvent violents et produisant une chaleur intense.

Le rôle du Canada dans la mission

L'observatoire XRISM sera doté de deux instruments scientifiques, Xtend et Resolve, qui doivent être testés et étalonnés avant leur installation et le lancement de XRISM. La NASA a décidé d'effectuer les tests au Centre canadien de rayonnement synchrotron (en anglais seulement), à Saskatoon, en Saskatchewan, où l'accélérateur peut générer des rayons X.

L'Agence spatiale canadienne soutient aussi la participation de deux scientifiques canadiens :

Pr Luigi Gallo, membre de l'équipe scientifique de XRISM, professeur d'astronomie et de physique à l'Université Saint Mary's. (Source : Ryan Taplin.)

Pr Brian McNamara, scientifique participant et membre de l'équipe chargée de l'instrument Resolve, responsable de l'étalonnage de l'instrument canadien, directeur du département de physique et d'astronomie et directeur de la chaire de recherche en astrophysique de l'Université de Waterloo. (Source : Université de Waterloo.)

Les membres de la communauté astronomique canadienne pourront présenter des demandes de temps d'observation pour effectuer de la recherche de pointe sur les sources cosmiques de rayons X et pour faire la lumière sur la structure de l'Univers.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :