Description

Les éléments ci-dessous indiquent en quoi la Constellation RADARSAT sera différente de la mission RADARSAT-2 :

  • La Constellation RADARSAT appartiendra au gouvernement. Elle fournira une grande quantité de données aux ministères à des fins de surveillance opérationnelle de vastes superficies.

  • Le segment au sol doit satisfaire à des exigences visant la livraison rapide des données d'images recueillies au-dessus du Canada et l'affectation sans délai des tâches au dessus des zones internationales.

  • La majorité des acquisitions au Canada visent de grandes étendues nécessitant une couverture saisonnière, ce qui signifie que la plupart des activités d'acquisition peuvent être planifiées d'avance.

  • Les conflits entre les demandes des utilisateurs principaux peuvent être résolus d'avance.

Les exigences relatives à l'acquisition d'images ont été établies afin de couvrir les zones désignées par les utilisateurs gouvernementaux, qu'il s'agisse d'images captées au dessus du Canada ou d'images captées ailleurs dans le monde à l'intention des utilisateurs canadiens. Des capacités additionnelles d'imagerie ont été prévues afin de respecter les engagements internationaux, le cas échéant.

Principaux modes opérationnels

Le système est conçu pour convenir à une mission de collecte de données de moyenne résolution principalement vouée au suivi régulier de vastes zones géographiques. Il donne une vue d'ensemble de la masse terrestre du Canada et des eaux à proximité. Jumelées à l'imagerie de résolution plus élevée fournie dans le cadre de missions étrangères concomitantes, les données de la Constellation RADARSAT sont censées rehausser de façon spectaculaire la capacité du Canada à gérer les ressources et l'environnement et améliorer la sécurité grâce à un système de surveillance opérationnelle. Le système fonctionne également en modes haute résolution de 3 m et de 5 m particulièrement adaptés à la gestion des catastrophes.

Modes opérationnels
Modes d'acquisition Angle
d'incidence
approximatif
Largeur
de fauchée
nominale distance
au sol x azimut
Résolution
approxi-mative
Nombre de visées
distance x azimute
Basse résolution 19º - 54º 500 km 100 x 100 m 8 x 1
Résolution moyenne (Maritime) 19º - 58º 350 km 50 x 50 m 4 x 1
Résolution moyenne (Terre) 20º - 47º 30 km 16 x 16 m 1 x 4
Résolution moyenne (Terre) 21º - 47º 125 km 30 x 30 m 2 x 2
Haute résolution 19º - 54º 30 km 5 x 5 m 1 x 1
Très haute résolution 18º - 54º 20 km 3 x 3 m 1 x 1
Glace/Hydrocarbures bas niveau
de bruit
19º - 58º 350 km 100 x 100 m 4 x 2
Mode de détection de navires
de 25 m
19º - 58º 350 km variable variable x 1

On développe présentement la charge utile de la Constellation RADARSAT pour qu'elle offre un mode faisceau similaire au mode ScanSAR étroit de RADARSAT-1, ci-après désigné « mode à résolution moyenne ». Ce mode, qui peut être utilisé pour observer de grandes étendues, a été utilisé pour établir la dimension et la puissance de l'antenne. Les autres modes faisceaux (modes Stripmap, haute résolution et faible résolution) ont été conçus pour être compatibles avec les capacités du système dictées par le mode à résolution moyenne. À partir du mode à résolution moyenne, le système propose les modes suivants :

  • Haute résolution – il s'agit du mode Stripmap original produit par le SAR. La résolution de ce mode faisceau pour une image radar simple est d'environ la moitié de la longueur de l'antenne.

  • Très haute résolution en mode Stripmap ou en mode saisie hyperfin.

  • Faible résolution – ce mode est une simple variante du mode à résolution moyenne qui mise sur une réduction de la résolution afin d'accroître la largeur de la fauchée.

Modes faisceaux

Modes faisceaux de la Constellation RADARSAT
Modes faisceaux
de la Constellation RADARSAT

La configuration à trois satellites assurera une couverture complète des terres et des eaux territoriales du Canada par le biais d'une réobservation qui aura lieu en moyenne tous les jours à une résolution de 50 mètres ainsi qu'une importante couverture de zones internationales au profit d'utilisateurs canadiens et internationaux. En moyenne, elle offrira également un accès quotidien à 95 pour cent de la surface du globe. Évoluant en orbite basse, à 600 km d'altitude et situés à égale distance les uns des autres, les satellites seront interexploitables, ce qui signifie que l'allocation des tâches pourra se faire à partir d'un satellite vers son voisin. La conception de la constellation est souple de manière à permettre à six satellites de graviter dans le même plan orbital.

Disponibilité des données

L'un des objectifs les plus importants de la mission consiste à accroître la disponibilité des données pour les principaux utilisateurs opérationnels de données SAR au Canada. Le système sera mis à disposition lorsque le premier satellite sera en orbite. Puis, après le lancement des autres satellites, les données SAR seront de plus en plus disponibles. Les exigences liées au système ont été établies de manière à assurer la pérennité des données RADARSAT-2 (il y aura continuité pour les utilisateurs de données RADARSAT-1 et RADARSAT-2), mais le système ne sera pas identique à RADARSAT-2. La mission vise principalement la mise en œuvre d'applications et de produits de base au meilleur rapport qualité-prix pour le gouvernement canadien. La Constellation RADARSAT n'offrira pas certaines des caractéristiques de pointe de RADARSAT-2, comme le mode EEFS (éliminateur d'échos fixes au sol). Les exigences liées au rendement (NESZ, essentiellement) et à la qualité des données (précision radiométrique) des satellites RADARSAT-1 et RADARSAT-2 seront toutefois maintenues. À la lumière de l'expérience acquise grâce à la mission RADARSAT, certains aspects de la qualité des données qui n'avaient pas été abordés dans les spécifications de cette mission (les discontinuités du faisceau ScanSAR, par exemple) le sont maintenant.

Pour ce qui concerne les principaux utilisateurs, l'exploitation du système devrait être simplifiée. La plupart des acquisitions au Canada devraient être planifiées à l'avance et les données devraient être fournies aux utilisateurs en temps quasi réel. Dans certains cas, les utilisateurs devront traiter les données, alors que dans d'autres, des produits spécifiques seront mis à la disposition des organismes utilisateurs. Pour ce qui concerne les utilisateurs non opérationnels, l'interaction avec le système pour la commande et la distribution des données devrait être semblable à celle mise en œuvre pour RADARSAT-2. Les utilisateurs pourront commander des données à partir d'une archive, mais l'archivage à long terme des données relèvera spécifiquement de la Politique cadre sur les données de l'ASC, des pratiques des organismes utilisateurs et du CCT.

Couverture, accès et durée des observations

Le système doit être conçu de manière à pouvoir recueillir suffisamment de données pour autoriser la mise en œuvre d'applications canadiennes et internationales. Les exigences fondamentales les plus élevées se résument ainsi :

  • couverture quotidienne des terres intérieures et des eaux territoriales et côtières du Canada en vue d'appuyer la surveillance maritime, y compris la surveillance des glaces, des vents marins et de la pollution par les hydrocarbures, de même que la détection des navires;

  • capacité de capter des images de tout site touché par une catastrophe dans les 24 heures suivant sa survenue afin de déterminer l'état des infrastructures essentielles;

  • capacité d'observer, à des fins d'atténuation des catastrophes, l'ensemble du territoire canadien sur une base régulière (mensuellement ou bihebdomadaire) afin d'évaluer les risques et de repérer les zones susceptibles de subir des dommages;

  • couverture régulière de la masse terrestre et des eaux intérieures du Canada, jusqu'à plusieurs fois par semaine en périodes critiques, afin d'assurer la surveillance des ressources et des écosystèmes.

La Constellation RADARSAT pourra assurer une durée d'enregistrement des données de 12 minutes en moyenne, par orbite et par satellite, et atteindre une crête de 20 minutes, par orbite et par satellite. Si un plus grand nombre de satellites est lancé, il sera possible d'augmenter considérablement le temps d'enregistrement. On procède actuellement à des analyses en vue de déterminer quels sont les besoins en matière d'enregistrement des données à l'échelle internationale et leur incidence sur les besoins généraux.

Constellation RADARSAT

Intervalles de survol et de réobservation

Ayant un intervalle précis de survol de quatre jours, la Constellation RADARSAT pourra détecter les changements de façon cohérente en mode INSAR. La constellation offrira également une capacité moyenne de réobservation quotidienne tant en mode de résolution moyenne que de résolution élevée. La plupart des applications envisagées devaient pouvoir compter au moins sur un intervalle de réobservation quotidien et un intervalle de survol précis hebdomadaire ou bihebdomadaire (applications de détection des changements par interférométrie). Un intervalle très court de réobservation est essentiel au succès de certaines applications de gestion des catastrophes.

Actualité et temps de latence des données

Les exigences en matière d'actualité et de temps de latence des données varient énormément d'une application à l'autre. En ce qui concerne le suivi des écosystèmes, la livraison des données quelques jours ou, dans certains cas, plusieurs semaines après la saisie peut suffire bien souvent. Cependant, les exigences en matière d'actualité sont beaucoup plus serrées pour la surveillance maritime et le suivi des catastrophes. La Constellation RADARSAT assurera, aux fins des applications de surveillance maritime et des eaux côtières canadiennes, un temps de latence de 10 minutes entre l'acquisition des données et leur livraison. Pour ce qui est du suivi des glaces et des applications de gestion des catastrophes à l'échelle globale et nationale, la Constellation RADARSAT aura un temps de latence de deux heures. Par ailleurs, pour les applications de suivi des écosystèmes, le temps de latence sera de 24 heures.

Le tableau ci-dessous donne un aperçu de la couverture géographique, des périodes de réobservation, de la latence des données et des autres principaux paramètres techniques du système, par catégorie d'application.

Actualité et temps de latence des données

Cliquer sur l'image pour agrandir