L'espace au service de l'Arctique et du Grand Nord canadien

La ville de Pond Inlet, au Nunavut, est située entre les fjords et l'Océan arctique. (Source : Wikimedia.)

Le Nord canadien et l'Arctique sont une vaste région de glaces et de neiges où vivent des peuples de cultures riches et diversifiées. On y trouve une faune emblématique, comme l'ours polaire, le morse et le caribou. Ses eaux foisonnent de mammifères marins, de poissons, de mollusques et de crustacés. Son ciel nocturne s'éclaire d'aurores multicolores qui peuvent avoir un impact sur les communications et les infrastructures. Son sous-sol regorge de minéraux comme le diamant, l'or, le platine, le fer et l'uranium. Selon plusieurs scientifiques, près du tiers des ressources pétrolières et gazières mondiales s'y cacherait.

Les scientifiques, les gouvernements et les nations autochtones se basent entre autres sur les données satellite pour prendre les meilleures décisions possible afin de répondre aux besoins des communautés du Nord et de diversifier l'économie locale, tout en préservant la biodiversité.

Quels satellites observent l'Arctique?

Pourquoi observer l'Arctique à l'aide de satellites

Veiller sur l'environnement

Ours polaires

L'Arctique abrite une biodiversité unique, une faune variée, des réserves nationales et des refuges d'oiseaux migrateurs. Ses sommets enneigés et ses banquises glacées agissent à titre de climatiseur de l'air de notre planète. L'exploitation de ses nombreuses ressources naturelles, dont plusieurs grands gisements minéraux, ne peut se faire qu'en préservant cet écosystème, déjà durement affecté par les changements climatiques.

Les gouvernements utilisent les données des satellites pour comprendre l'évolution de l'environnement et prendre les meilleures décisions possible pour le protéger.

Satellites RADARSAT

À quoi servent-ils?

Le radar de RADARSAT-2 est très utile pour surveiller les océans, dont l'océan Arctique. En observant de près les navires, les autorités arrivent à mieux détecter les activités qui se pratiquent sur l'eau, à garder à l'œil la pêche et à repérer rapidement les déversements de pétrole.

Les données des satellites de la mission de la Constellation RADARSAT sur les paysages et le couvert végétal des parcs nationaux guideront les décisions des gouvernements pour favoriser la conservation des écosystèmes.

SWOT

Que fera-t-il?

Le radar de la mission SWOT sondera 90 % des eaux de surface de la Terre, notamment dans le Nord canadien où très peu de données sont colligées à l'heure actuelle.

À quoi servira-t-il?

Ses données offriront un point de vue privilégié sur les changements s'opérant dans les lacs, rivières, fleuves, réservoirs et océans. Mieux renseignés sur la qualité et la quantité des ressources hydriques disponibles, les gouvernements seront en mesure de mieux évaluer la biodiversité et les habitats de leur territoire, et de mieux en prévoir l'évolution.

Suivre le mouvement des glaces

Un iceberg au large des côtes canadiennes. (Source : Shane McKay/Conseil national de recherches du Canada.)

Les glaces de l'Arctique sont un des écosystèmes les plus touchés par la hausse des températures causée par les changements climatiques. Ce phénomène libère des zones entières à la navigation sur l'océan Arctique. Le dégel du passage du Nord-Ouest offre une alternative de navigation en réduisant de 8 000 km le trajet entre l'Europe et l'Asie.

Les autorités locales se tournent vers l'espace, d'où les informent les satellites pour :

SWOT

Que fera-t-il?

Le radar du satellite SWOT scrutera l'eau de surface sous toutes ses formes, dont les glaces.

À quoi servira-t-il?

En nous fournissant des données précises sur l'épaisseur des glaces, ce satellite : approfondira notre connaissance des glaces, guidera la circulation maritime, aidera les décideurs dans leur planification de nouvelles infrastructures dans le Nord.

Satellites RADARSAT

Que font-ils?

Quelles que soient les conditions météo, les radars des satellites RADARSAT détectent aisément les fronts de glaces, leur type, leur topographie et leur structure.

À quoi servent-ils?

Les données de RADARSAT-2 permettent aux communautés nordiques de : prévoir avec précision leur route, sur l'eau ou sur la glace, lors d'expéditions de chasse ou de pêche, suivre l'évolution de l'impact des changements climatiques.

Les satellites de la Constellation RADARSAT seront particulièrement utiles pour : quantifier la densité et la résistance des glaces et icebergs, mieux connaître le cycle de formation des glaces et des crêtes, assurer une navigation sécuritaire.

Préserver notre territoire

Des Inuits à la pêche.

L'archipel arctique et le Nord canadien représentent plus de 40 % du territoire terrestre du Canada. Sous l'effet des changements climatiques, ce territoire évolue rapidement. Les glaces se fendent, ce qui modifie le paysage, amène les communautés à changer leurs habitudes et ouvre la voie à la navigation.

Il est indispensable de :

Parce qu'ils offrent un portrait global du territoire et des eaux, les satellites offrent des solutions uniques à cet égard. Ils nous permettent de :

Constellation RADARSAT

Que fera-t-elle?

Les données recueillies par les satellites de la Constellation RADARSAT dresseront un portrait fidèle et en continu des écosystèmes, mais aussi des glaces, des vents, de la pollution et des navires.

À quoi servira-t-elle?

Ainsi, nous pourrons mieux surveiller notre territoire et en assurer la sécurité, en particulier dans l'Arctique.

M3MSat

Que fait-il?

Les navires sont dotés d'un système d'identification automatique qui transmet des renseignements importants sur leur identité, leur direction et leur vitesse de croisière. Le satellite M3MSat est équipé de cette même technologie.

À quoi sert-il?

Grâce à ce satellite, nous disposons d'une vue d'ensemble du trafic maritime. Utilisées seules ou avec celles de RADARSAT-2, ses données permettent d'identifier les navires et d'observer leurs activités dans nos eaux.

Offrir des soins de santé en région isolée

Source : Programme de télémédecine par robotique de l'Université de la Saskatchewan.

Dans les communautés du Nord, il n'est pas toujours facile d'avoir accès à des soins médicaux. Les avancées technologiques réalisées sur les satellites ont mené à la création de systèmes et d'applications qui révolutionnent les services de santé publics, notamment pour les personnes vivant dans des zones éloignées ou isolées. On nomme « télémédecine » l'utilisation de ces technologies dans le domaine de la santé.

Satellite de télécommunications canadien

Que fait-il?

Anik F2 fournit des services d'accès à Internet sans fil à large bande dans les régions les plus reculées du Canada.

À quoi sert-il?

Les services Internet à large bande offrent de nombreux avantages au personnel médical en région éloignée ou isolée, qui peut ainsi : suivre des patients à distance, accéder à des conseils de spécialistes par vidéoconférence, poursuivre son perfectionnement professionnel.

Observer et étudier les aurores boréales

Fruit d'une collaboration entre l'Université de Calgary, la Ville de Yellowknife, Astronomy North et l'Agence spatiale canadienne, AuroraMAX est une initiative de participation publique vouée à la promotion de la science et de la splendeur des aurores boréales. Elle vise aussi à informer la population sur l'incidence des interactions Soleil-Terre sur notre vie de tous les jours. (Sources : Agence spatiale canadienne, Université de Calgary, Astronomy North.)

Les aurores boréales sont causées par les vents, les explosions, les rayonnements et les tempêtes qui balaient le Soleil. D'une beauté sans pareil, ces phénomènes de météo spatiale peuvent tout de même avoir un impact direct sur notre vie quotidienne, comme : brouiller les communications par radio, téléphone cellulaire et GPS, perturber le réseau électrique.

En étudiant l'activité solaire, les scientifiques arrivent à mieux prévoir les aurores boréales. Nous pouvons ainsi mieux nous y préparer. Les chercheurs commencent aussi à comprendre les phénomènes liés au champ magnétique terrestre et à la magnétosphère, qui nous protègent des rayons mortels du Soleil.

Qu'est-ce qui cause les aurores? Les éruptions solaires ont des interactions complexes avec la haute atmosphère et le champ magnétique de la Terre, un phénomène à l'origine d'un éventail d'effets, dont les aurores. (Sources : Agence spatiale canadienne, NASA.)

AuroraMAX

À quoi sert-il?

Scrutant le ciel nordique depuis Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, l'observatoire AuroraMAX vous permet d'admirer les aurores en direct de chez vous.

Mission THEMIS

Que fait-elle?

Les satellites de la mission THEMIS récoltent des données sur les particules, l'électricité et le magnétisme causant les aurores boréales. Ces données sont ensuite bonifiées avec des clichés captés toutes les trois secondes par les caméras de 20 observatoires en Amérique du Nord.

À quoi sert-elle?

En analysant ces renseignements, nous arrivons à comprendre de mieux en mieux les phénomènes de la couronne solaire et ceux liés à d'autres objets distants et exotiques du cosmos pour mieux comprendre l'Univers.

Nos satellites à votre service

Qu'est-ce que le Nord et l'Arctique?

Poursuivez l'exploration

Date de modification :