L'Observatoire spatial Herschel - photos

Faits saillants sur Herschel

Fomalhaut

Fomalhaut, l'une des étoiles les plus brillantes et visibles à l'œil dans l'hémisphère Sud) et une étoile analogue de notre propre Système solaire, se trouve au centre de cet anneau lumineux de poussières « vaporeuses ». Captée par la caméra Récepteur d'imagerie spectrale et photométrique (SPIRE) qui équipe l'observatoire spatial Herschel, cette image montre que de petites particules de poussière s'agglutinent, laissant entre elles beaucoup d'espace vide, pour former un disque de débris autour de l'étoile. Ces halos fournissent aux astronomes de précieux indices sur la formation des systèmes exoplanétaires. (Source : ESA/Herschel/PACS/Bram Acke, UC, Louvain, Belgique)

Naissance stellaire : une pouponnière d'étoiles dans la Voie lactée

Les caméras PACS et SPIRE de l'observatoire spatial Herschel ont saisi cette image d'étoiles en formation dans la Voie lactée, dans une région de la constellation de l'Aigle. On assiste à la naissance d'étoiles de masses différentes, mais dont certaines peuvent atteindre plus de dix fois la masse de notre Soleil. On voit au centre et dans le coin gauche de l'image, des jets de particules à haute énergie dans deux pouponnières d'étoiles massives créant des centaines et des centaines d'étoiles de toutes les tailles. Les grosses étoiles nouvellement nées perturbent les embryons gazeux prénatals et creusent, au cours du processus, des cavités géantes dans la galaxie. (Source : ESA / Consortium PACS et SPIRE, Sergio Molinari, Hi-GAL Project)

La guerre des étoiles : galaxies en collision

Les caméras PACS et SPIRE de l'observatoire Herschel montrent que Centaurus A – l'une des galaxies les plus proches de la Terre, est en réalité une collision galactique entre une grande galaxie elliptique et une galaxie spiralée, entourées d'un mélange complexe de poussières, de gaz et de régions propices à la formation d'étoiles. SPIRE nous a donné des images saisissantes des jets qu'on estime alimentés par un trou noir supermassif, soit l'une des forces les plus destructrices de l'Univers, émanant de la région centrale de la galaxie. (Source : ESA/Herschel/PACS/SPIRE/C.D. Wilson, Université McMaster)

Spectrographes de SPIRE : comment les astronomes déchiffrent la signature des étoiles

Bien que les images produites par SPIRE soient spectaculaires, seuls la spectroscopie et des graphiques comme celui-ci permettent aux astronomes d'étudier la composition et les conditions physiques des objets célestes.

L'instrument SPIRE de Herschel comprend un spectromètre à transformée de Fourier (FTS), un modèle d'expertise canadienne reconnue mondialement. Grâce à sa large couverture spectrale, le FTS de SPIRE a été capable de mesurer les signatures spectrales d'une grande variété de molécules, d'atomes et d'ions et, de ce fait, il a pu déterminer les conditions environnementales de nombreuses sources, allant d'atmosphères planétaires et de régions de formation d'étoiles jusqu'aux galaxies actives. Par exemple, grâce à la mesure de nombreuses lignes spectrales de monoxyde de carbone dans la vaste gamme des fréquences couvertes par SPIRE, on peut supposer qu'il existe des trous noirs supermassifs dans le cœur de galaxies actives. Tandis que les lignes des fréquences plus faibles seraient attribuables à l'activité de formation des étoiles, les lignes des plus hautes fréquences produites par SPIRE émanent de violents processus d'accrétions que l'on pense se produire à proximité d'un trou noir supermassif. Il est tout aussi intéressant de constater qu'on a détecté de l'eau dans ces galaxies (lignes bleues).