Pollution

Description texte de l'image : Pollution - La population canadienne a rejeté dans l'atmosphère des émissions équivalentes à celles produites par 747 millions de voitures moyennes conduites sur environ 5 000 km.

(Source : L'activité humaine et l'environnement, Statistiques Canada. Statistiques de 2005)

  • Lancé en décembre 1999, MOPITT est un instrument spatial canadien de mesure de la pollution dans la troposphère, la couche de l'atmosphère où se forment les conditions météorologiques. Il fut l'un des premiers instruments à démontrer clairement le transport à grande échelle des polluants d'un continent à l'autre.

    C'est en mesurant la répartition du monoxyde de carbone et du méthane dans la troposphère à l'échelle de la planète que MOPITT est devenu le premier instrument canadien d'importance à mesurer la pollution dans l'atmosphère terrestre depuis l'espace. L'instrument MOPITT constitue ainsi la plus grande contribution canadienne au Système d'observation de la Terre EOS de la NASA.

    Les données obtenues par MOPITT, combinées à celles d'autres instruments, ont permis de surveiller la répartition du monoxyde de carbone à l'échelle de la planète sur une longue période. Grâce à la simulation temporelle, il a été possible de dresser un portrait des concentrations autour de la planète sur une période de 18 mois.

    Les cartes 3D haute résolution des concentrations mondiales de monoxyde de carbone fournies par MOPITT nous permettent de distinguer les sources de pollution naturelles de celles liées aux activités humaines. À long terme, nous pourrons évaluer s'il est nécessaire de resserrer les mesures antipollution. Ces cartes 3D ont également aidé à suivre le déplacement autour du monde de la pollution émanant de la destruction des terres cultivables par le feu au Brésil et en Afrique ou des centres industriels de l'Amérique du Nord, de l'Europe et, de plus en plus, de la Chine.

    Le Canada a aussi contribué à mettre au point un instrument spatial de télédétection appelé ORACLE. Cet instrument fournit des informations essentielles à la compréhension des gaz à effet de serre, du réchauffement planétaire, de l'appauvrissement de la couche d'ozone et des polluants atmosphériques. ORACLE mesure et surveille les composantes de la troposphère et de la stratosphère, la zone stable de l'atmosphère terrestre où il ne règne pratiquement aucune turbulence ni conditions météorologiques.

www.asc-csa.gc.ca/fra/satellites/mopitt.asp
www.asc-csa.gc.ca/fra/publications/histoires02.asp

La couche d'ozone globale s'amenuise d'environ 4 % par décennie.

Source : NASA

  • Lancé en 2003, le satellite SCISAT de conception entièrement canadienne permet de mieux comprendre la chimie et la dynamique de l'atmosphère qui influent sur la couche d'ozone. Les données de SCISAT aident les scientifiques à étudier l'appauvrissement de la couche d'ozone, un phénomène particulièrement important pour les Canadiens qui vivent dans l'Arctique. Grâce à ces nouveaux travaux de recherche, le Canada peut mieux évaluer les politiques environnementales internationales et prendre des décisions plus éclairées.

www.asc-csa.gc.ca/fra/satellites/scisat/scisat_061213.asp

Des itinéraires aériens plus efficaces pour une économie de carburant!

Source : Agence spatiale canadienne

  • C'est en partie grâce à la contribution du Canada au système européen de navigation par satellite Galileo que les transporteurs aériens peuvent mieux planifier leurs itinéraires aériens et que les contrôleurs parviennent à mieux diriger le trafic aérien. Il en résulte donc d'importantes économies de carburant. En plus de limiter la pollution, le Canada soutient les efforts visant à augmenter la capacité et l'efficacité du trafic aérien et rehausse la sécurité des passagers qui voyagent à bord des différentes lignes aériennes.

www.asc-csa.gc.ca/fra/publications/histoires16.asp