Astronautes recherchés – Épisode 4, 3e partie : Ma mission

Description

Publié le 16 juin 2017

51 vues

Astronautes recherchés – Épisode 4, 3e partie : Ma mission

2017-06-16 - Pour la quatrième fois de son histoire, le Canada recherche des personnes d’exception pour repousser les frontières de la science, de l’innovation et de l’exploration spatiale.

3772 Canadiens ont répondu à l’appel. À la suite des tests et évaluations préliminaires, 17 candidats sont passés à l’étape suivante du processus de sélection.

Dans cette troisième partie de trois, cinq des dix-sept candidats nous font part de la mission qu’il aimerait effectuer s’ils deviennent astronaute. Les douze autres candidats figurent dans les première et deuxième parties.

Visitez notre site Web pour découvrir qui est toujours dans la course!

(Source : Agence spatiale canadienne.)

Lien(s) utile(s)

Transcription

Un, deux, trois, quatre.

(Chant)

Chris Hadfield : Même dans mes rêves les plus fous, je n’ai jamais pensé avoir la chance que j’ai eue : aller trois fois dans l’espace; faire des sorties dans l’espace; et assumer le commandement de la Station spatiale internationale.

Merci monsieur.

Encore aujourd’hui, ça me paraît incroyable. Et pourtant, c’est le genre de choses que font les astronautes canadiens.

Bonjour, je m’appelle Chris Hadfield. L’Agence spatiale canadienne est sur le point de choisir deux nouveaux astronautes qui vont se joindre à David Saint-Jacques et Jeremy Hansen pour former le cœur du contingent d’astronautes canadiens. Ces deux astronautes seront choisis parmi les meilleurs candidats au terme d’un processus de sélection très rigoureux échelonné sur un an. Mais peu importe qui sera retenu, ces finalistes sont tous à la hauteur de la tâche. Et chacun d’eux a ses propres ambitions.

Homme non identifié : Vous êtes prêt?

Vanessa Fulford : Oui. Capitaine Vanessa Fulford, ingénieure d’essai en vol dans l’Aviation royale du Canada.

Matthew Bamsey : Matt Bamsey, chercheur au Centre allemand de l’aérospatiale.

Nathalie Sleno : Capitaine Nathalie Sleno, docteure en médecine dans les Forces armées canadiennes.

Michael Jordan : Major Michael Jordan, pilote d’essai qualifié, Aviation.

Robert Riddell : Major Rob Riddell, docteur en médecine, Forces d’opérations spéciales du Canada.

Homme non identifié : Je ne pourrais pas être mieux placé.

Robert Riddell : Quand j’étais petit, on en était à la fin des – des sorties sur la lune. Et pour moi, c’est encore ce à quoi j’associe le voyage dans l’espace. La capacité de mettre le pied sur la lune, ou sur tout autre corps planétaire en fait, serait l’émotion forte absolue.

Homme non identifié : Quelle aventure! Quelle aventure!

Matthew Bamsey : Si j’avais à choisir juste une, une première mission, ce serait d’aller sur la lune. La lune est l’endroit où l’on peut tester les technologies pour les vols de longue durée et aussi raviver le programme spatial avec des vols habités pour nous amener aux prochaines destinations.

Nathalie Sleno : J’aime imaginer ce que ce serait que d’être sur la lune et de regarder la Terre de là-haut. Mais il y a aussi la réalité de ce qu’une mission sur la lune peut nous apporter en termes de recherche et développement pour soutenir la vie et étendre la présence humaine au-delà de la Terre.

Michael Jordan : Je crois que ce qui me stimule le plus c’est la possibilité d’aller sur Mars, c’est – c’est un rêve que j’ai toujours caressé. Ma mère a ressorti un de mes dessins faits en deuxième ou en troisième année avec un petit sous-texte disant que si j’allais sur Mars, j’allais rapporter une voiture.

Vanessa Fulford : Évidemment, toute mission dans l’espace serait extraordinaire et j’aimerais beaucoup y prendre part. Mais aller vers une autre planète pour, vous savez, être la première personne à fouler le sol d’un endroit où personne, aucun homme, aucune femme n’est encore allé, ce serait vraiment fantastique.

Chris Hadfield : C’est sur le chemin de – de notre destinée en tant qu’humains d’éventuellement quitter la planète, et c’est vraiment une chance exceptionnelle de participer à la prochaine étape de cette évolution.

Homme non identifié : Allez-y!

Chris Hadfield : Quand j’ai été sélectionné comme astronaute, je ne savais même pas quoi espérer. Tout ce que je voulais vraiment, c’était d’avoir un jour la chance d’aller dans l’espace.

Homme non identifié : La voie est libre.

Chris Hadfield : On ne sait jamais où l’aventure va nous mener. Mais à la fin, les deux qui seront choisis verront leur rêve se réaliser.

Matthew Bamsey : Si je pouvais envoyer un message à un astronaute canadien, ce serait un message à notre premier astronaute canadien, Marc Garneau. Je le remercierais pour son engagement à informer nos jeunes sur les bienfaits de l’exploration spatiale.

Michael Jordan : Je crois qu’il faudrait que je dise un immense merci à Chris Hadfield. Vous savez, sa présence et sa prestance dans toutes les choses extraordinaires qu’il a faites ont été une réelle source d’inspiration.

Robert Riddell : Jeremy et David, s’ils pouvaient commencer à travailler sur ma première mission sur la lune, ce serait fantastique.

Nathalie Sleno : Je voudrais l’envoyer à Julie Payette. Quand j’ai appris que Julie Payette devenait astronaute, j’ai vu que le plafond de verre était franchi. Et je voudrais qu’elle sache à quel point elle m’a influencée.

Vanessa Fulford : Je choisirais en fait tous les astronautes canadiens. Et je les remercierais tous pour ce qu’ils ont fait pour représenter le Canada.

Chris Hadfield : Si je pouvais envoyer un petit mot à Neil Armstrong et à Buzz Aldrin, qui m’ont inspiré, ce serait un simple mot de remerciement. Vous nous avez inspirés à devenir plus grands et meilleurs que ce que nous sommes, à faire des choses qu’on disait impossibles, à remettre en question nos idées préconçues et à atteindre des buts jamais atteints auparavant par d’autres humains.

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.