La technologie spatiale canadienne utilisée pour aider les patientes atteintes de cancer du sein

Description

Publié le 29 septembre 2014

1 066 vues

La technologie spatiale canadienne utilisée pour aider les patientes atteintes de cancer du sein

2014-10-01 - Pour construire le premier Canadarm, il a fallu développer notre technologie et acquérir de l'expertise, ce qui a préparé le terrain pour les technologies plus récentes, comme le Canadarm 2 et Dextre, à qui on doit en grande partie l'assemblage et le bon fonctionnement de la Station spatiale internationale. Mais ce n'est pas tout, car notre savoir-faire s'est aussi traduit par l'arrivée d'un nouvel outil technologique dans la salle d'opération des hôpitaux.

En effet, des chercheurs du Centre pour l'invention et l'innovation en chirurgie se sont tournés vers la technologie du Canadarm pour mettre au point IGAR (Image Guided Autonomous Robot). Il s'agit d'une plateforme prometteuse qui offre, en une seule manipulation, un service de diagnostic et de traitement des patientes qui sont à risque élevé de développer le cancer du sein. Grâce à sa minutie, le robot pourra effectuer des biopsies avec une extrême précision, les analyser et ensuite traiter sans chirurgie ouverte les tumeurs détectées de façon précoce.

IGAR est actuellement à l'étape des essais cliniques. Il est l'un des premiers robots du genre conçu pour travailler à l'intérieur d'un appareil d'imagerie à résonance magnétique (IRM) qui permet de révéler la taille et l'emplacement des tumeurs avec une plus grande exactitude que la mammographie ou l'échographie. La plateforme aidera aussi à déceler et à traiter les cas de cancer du poumon, du foie, des reins et de la prostate. Elle pourrait également servir aux interventions chirurgicales délicates à la colonne vertébrale.

(Source : Agence spatiale canadienne.)

Transcription

1981 a marqué son entrée dans l’espace d’un des plus grands symboles emblématiques du Canada : le Canadarm. Créés pour le Canada par MacDonald, Dettwiler and Associates, anciennement Spar Aerospace, Canadarm et ses successeurs, le Canadarm2 et Dextre, sont en grande partie responsables de l’assemblage et de l’exploitation de la Station spatiale internationale. Aujourd’hui, la technologie à la base de ces robots revient sur terre. On estime que 24 400 femmes canadiennes auront reçu un diagnostic de cancer du sein d’ici la fin de l’année 2014. Dépister le cancer tôt et le traiter rapidement peut sauver des vies. Des chercheurs du Centre pour l’invention et l’innovation en chirurgie se sont donc tournés vers la technologie du Canadarm pour mettre au point IGAR (Robot chirurgical autonome guidé par imagerie).

Il s’agit d’une plateforme prometteuse qui offre, en une seule manipulation, un service de diagnostic et de traitement des patientes qui sont à risque élevé de développer le cancer du sein. IGAR est actuellement à l’étape des essais cliniques. Il est l’un des premiers robots du genre conçu pour travailler à l’intérieur d’un appareil d’imagerie à résonance magnétique qui permet de révéler la taille et l’emplacement des tumeurs avec une plus grande exactitude que la mammographie ou l’échographie. Grâce à sa minutie, le robot pourra effectuer des biopsies avec une extrême précision, les analyser et ensuite traiter sans chirurgie ouverte les tumeurs détectées de façon précoce.

La plateforme aidera aussi à déceler et à traiter les cas de cancer du poumon, du foie, des reins et de la prostate. Elle pourrait également servir aux interventions chirurgicales délicates à la colonne vertébrale. Grâce à la robotique spatiale canadienne, cette technologie nous projette vers un futur où les chirurgiens peuvent se fier à des robots pour pratiquer des interventions médicales complexes, moins invasives, moins douloureuses et qui permettent aux patients de récupérer plus rapidement.

L’Agence spatiale canadienne, à la découverte de nouvelles sphères.

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.