Chris Hadfield et William Shatner se parlent après avoir gazouillé

Description

Publié le 7 février 2013

18 vues

Chris Hadfield et William Shatner se parlent après avoir gazouillé

(vidéo seulement en anglais)

2013-02-07 - Les deux canadiens Chris Hadfield et l'acteur de Star Trek William Shatner discutent ensemble, du premier gazouilli jusqu'au dernier au revoir amical, lors d'un échange mémorable illustré dans cette vidéo produite par l'ASC.

La convertation a été diffusée en temps réel à partir de l'Agence spatiale canadienne à St-Hubert au Québec, durant un gazouilli incluant des questions provenant des gazouilleurs, et des présentations de scientifiques et chercheurs canadiens ayant des expériences à bord de la station.

(Sources : Agence spatiale canadienne, NASA.)

Transcription

Centre de contrôle de mission : M. Shatner, ici le centre de contrôle de mission de Houston. Appelez la station pour vérifier la communication.

William Shatner : Bonjour, ici M. Shatner. M’entendez-vous?

Chris Hadfield : M. Shatner, ici le vaisseau spatial de recherche ISS en orbite terrestre. Et oui, je vous entends très bien. Et vous, m’entendez-vous bien? Ici Chris Hadfield.

William Shatner : Chris, je vous entends très bien. Ça me fait tellement plaisir de vous parler. Dans la station spatiale, vous trouvez-vous, comme scientifique, à observer une partie de l’univers, en retrait, ou en voyez-vous tous les éléments interreliés de sorte que vous ne faites qu’un avec l’univers?

Chris Hadfield : Vous ne l’avez jamais vu sur le plateau de tournage, mais le panorama qui était habituellement montré aux spectateurs de Star Trek, cette image de l’univers qu’on voyait par les hublots de Sulu et de Chekov – c’est bien cet univers qu’on voit. La Terre qui tourne sous nos pieds est énorme et magnifique, mais si on se met à l’envers, c’est tout le reste de l’univers qui se trouve là, sous nos pieds. Et c’est à ce moment que l’ingénieur que je suis, bien sûr, pense tout d’abord au vaisseau et aux obstacles que nous avons dû surmonter pour en arriver là, mais en tant qu’être humain, je reconnais que nous sommes à mi chemin. Nous avons tout d’abord grimpé au sommet d’une colline, puis nous avons fait voler un avion et maintenant, nous sommes à la veille de quitter notre planète indéfiniment.

William Shatner : C’est inspirant de vous entendre. Permettez-moi de revenir un peu à un certain moment... vous avez été pilote d’essai de nombreux avions, ce qui est une démonstration de courage exceptionnelle en ce sens qu’il s’agit de piloter quelque chose de tout à fait nouveau sans en connaitre les caractéristiques. Comment composez-vous avec la peur à ce moment-là, ou encore au moment d’aller dans l’espace et d’en revenir, ce qui est probablement beaucoup plus effrayant encore?

Chris Hadfield : J’ai lu quelque part que vous connaissiez toujours votre texte lorsqu’on vous confiait un rôle. J’essaie toujours de connaitre mon texte, que ce soit comme pilote de chasse, comme un astronaute ou comme un pilote d’essai. Et la façon dont je compose avec la peur, c’est de déterminer ce qui me fait peur... et ce qui m’effraie le plus, c’est de ne pas savoir quoi faire ensuite. Vous savez, comme d’oublier son texte au théâtre ou d’être responsable d’un engin et ne pas savoir exactement quoi faire avec mes mains ou avec le vaisseau spatial. Alors donc, j’ai passé presque toute ma vie adulte à m’assurer que je connaissais mon texte.

William Shatner : Je trouve votre comparaison excellente, en tant qu’acteur qui craint le public… mais du moment qu’on répète suffisamment, on sait à quoi s’attendre. La peur est engendrée lorsque survient un imprévu, comme un trou de mémoire ou une réaction inattendue du public. Dans mon cas, je rougis et j’ai des sueurs froides. Dans votre cas, vous vous désintégrez. Ce n’est pas tout à fait la même chose.

Chris Hadfield : Oui… on vous descend en flammes et je suis la proie des flammes. [Rires.] Une situation est au figuré, mais pas l’autre.

William Shatner : Cela m’a fait plaisir, Chris. J’ai hâte de vous rencontrer en personne.

Chris Hadfield : D’accord. Très content de vous avoir parlé. Merci beaucoup. Portez-vous bien!

William Shatner : Merci. Portez-vous bien aussi! Au revoir!

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.