Chris Hadfield : L'expérience à bord du Soyouz

Description

Publié le 17 décembre 2012

434 vues

Chris Hadfield : L'expérience à bord du Soyouz

2012-12-17 - L'astronaute de l'ASC Chris Hadfield décrit avec force détails ce que l'on ressent à bord d'une fusée Soyouz au moment du décollage. Son rendez-vous avec le Soyouz TMA-07M a eu lieu le 19 décembre à 7 h 12 HNE.

(Source : Agence spatiale canadienne.)

Transcription

Chris Hadfield : Au cours de sa carrière, un astronaute passe son temps à se préparer, faire des simulations, s'entraîner, assurer un appui au sol, anticiper et visualiser. Mais ce n'est que très, très rarement qu'il ira dans l'espace.

Mentalement il faut donc se convaincre que tout ça est bien réel. Vous voilà assis sur le dos, dans un engin qui ressemble à s'y méprendre à votre simulateur. Sauf que aujourd'hui, vous vous en allez vraiment dans l'espace. Les moteurs du Soyouz sont progressivement allumés. Mais ce n'est que trente secondes plus tard que la poussée est suffisante pour quitter la rampe de lancement. C'est intéressant de se retrouver dans une fusée dont les moteurs tournent, mais de ne pas partir immédiatement. Ces moteurs sont très puissants. Le véhicule tremble. On voit sortir les flammes mais la fusée reste sur place. Elle attend là, patiemment. Et une fois que tous les techniciens auront déterminé que tout est beau, alors les moteurs sont mis à pleine puissance, et l'engin commencera à quitter la Terre.

[Voix du centre de lancement : “Lift off. Lift off of the Soyuz TMA-05M”]

Physiquement, vous ressentez les vibrations. Votre siège vibre, le véhicule vibre. Mais à mesure que vous prenez de la vitesse, que le véhicule devient de plus en plus léger, l'accélération est de plus en plus grande. Et vous vous retrouvez donc de plus en plus écrasé, à tel point qu'il devient un peu difficile de respirer. Imaginez que vous avez quatre personnes assises sur votre poitrine chaque fois que vous inspirez. Et lorsque la fusée perd ses moteurs du premier étage, il se produit un grand changement. Et il y a un déplacement de force lorsqu'on passe du deuxième au troisième étage. C'est comme si quelqu'un vous donnait une formidable poussée dans le dos, puis vous agrippait, vous repoussait, et vous lançait de nouveau en avant, PAF PAF. Et cela continue tout au long de la séparation des étages et de l'accélération. Vous regardez l'horloge et après 8 minutes et 45 secondes...BANG! Les moteurs s'arrêtent...et vous vous trouvez en apesanteur. C'est une séquence assez incroyable. Vous êtes d'abord assis là, on ne peut plus conscient de ce que vous allez vivre, et moins de 9 minutes plus tard, vous voilà en apesanteur, dans l'espace. C'est tout un voyage!

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.