Astronautes recherchés – Épisode 4, 1re partie : Mon rêve

Description

Publié le 2 juin 2017

249 vues

Astronautes recherchés – Épisode 4, 1re partie : Mon rêve

2017-06-02 - Pour la quatrième fois de son histoire, le Canada recherche des personnes d’exception pour repousser les frontières de la science, de l’innovation et de l’exploration spatiale.

3772 Canadiens ont répondu à l’appel. À la suite des tests et évaluations préliminaires, 17 candidats sont passés à l’étape suivante du processus de sélection.

Dans cette première partie de trois, six des dix-sept candidats nous font part de ce qui les a amenés à poursuivre leur rêve, celui de devenir l’un des prochains astronautes canadiens. Les deuxième et troisième parties mettront en vedette les onze autres candidats.

Visitez notre site Web pour découvrir qui est toujours dans la course!

(Sources : Agence spatiale canadienne, NASA.)

Lien(s) utile(s)

Transcription

Neil Armstrong : C'est un petit pas pour l'homme, mais un pas de géant pour l'humanité.

Chris Hadfield : L'été de mes dix ans, j'ai vu Neil et Buzz marcher sur la Lune.

Homme non identifié : Neil, on peut vous voir descendre l'échelle.

Chris Hadfield : C'était incroyable. C'était inspirant. Cela avait toujours été impossible, mais tout à coup, je me rendais compte que c'était quelque chose que je pourrais peut-être faire. Ç'a changé le cours de ma vie.

Bonjour, je m'appelle Chris Hadfield. La campagne de recrutement d'astronautes de l'Agence spatiale canadienne arrive à son terme. Il ne reste que les meilleurs candidats. Ils ont consacré la dernière année de leur vie à la poursuite d'un rêve presque impossible, celui de devenir astronaute. Chacun d'entre eux a ses propres motivations pour poursuivre un tel rêve et ils ont fait des choix tout au long de leur vie pour le réaliser.

Homme non identifié : Vous êtes prêts?

Francis Frenzel : Sous-lieutenant Francis Frenzel, pilote, Aviation royale canadienne.

Andréane Vidal : Capitaine Andréane Vidal, officier, Forces d'opérations spéciales du Canada.

Erik Kroeker : Erik Kroeker, chargé de cours, Université de l'Illinois.

Jesse Zroback : Jesse Zroback, médecin de famille et professeur adjoint.

Jennifer Sidey : Jenni Sidey, chargée de cours, Université de Cambridge.

Adam Sirek : Capitaine Adam Sirek, médecin de famille et réserviste des forces aériennes.

Jesse Zroback : Lorsque l'Agence spatiale canadienne a annoncé qu'elle cherchait deux nouveaux astronautes, je me suis dit : « Wow! C'est le rêve de toute une vie! » À l'école secondaire, je m'intéressais beaucoup aux mathématiques, aux sciences et à la santé. J'ai d'abord choisi d'étudier l'ingénierie. J'ai ensuite décidé de faire des études de Cmédecine. C'est ce bagage universitaire diversifié dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques qui m'a vraiment bien et qui m'a incité à poser ma candidature.

Andréane Vidal : Du plus long que je me rappelle, j'ai toujours voulu repousser mes limites personnelles. J'ai toujours eu envie de découvrir encore plus loin. J'ai joint les Forces armées canadiennes à l'âge de 16 ans. J'avais envie de découvrir le monde et puis ça me permettait de pouvoir combiner des études avec une expérience de travail opérationnel toujours changeante. Pour moi, devenir astronaute, ça me permettrait de combiner toutes sortes de passions et puis non seulement de repousser mes limites, mais repousser la connaissance générale de notre Univers.C

Francis Frenzel : Le moment précis où j'ai voulu devenir astronaute, c'est lorsque j'ai vu les premières images produites par le rover martien Sojourner. J'avais 11 ans et j'étais fasciné par le fait que des humains avaient pu construire un robot, le lancer depuis la Terre jusqu'à la planète Mars, le faire atterrir en toute sécurité, puis recevoir des photos et des données transmises par le robot. Depuis ce moment, j'ai toujours été très inspiré par notre programme spatial. Je m'estime chanceux d'être candidat pour faire partie de ce programme extraordinaire.

Chris Hadfield : J'ai toujours su que les chances que je devienne astronaute étaient très faibles. J'ai décidé de voir cela comme un objectif à long terme. Alors j'ai d'abord et avant tout fait des choix de vie en fonction de mes intérêts, des choix qui me donneraient des options, des choix qui me donneraient une vie enrichissante et intéressante, et qui me permettraient peut-être, un jour, de devenir astronaute.

Adam Sirek : J'ai toujours rêvé d'être astronaute. C'est ce rêve qui a guidé l'ensemble des activités et des choix que j'ai faits dans ma vie. Comme de devenir cadet de l'air, d'obtenir mon brevet de pilote à l'âge de 16 ans et de pouvoir piloter un avion avant de pouvoir conduire une voiture! Mais aussi de poursuivre une carrière de médecine et d'approfondir mes connaissances en médecine aérospatiale. Ces décisions m'ont permis de voir comment l'espace et tous les domaines connexes pouvaient former un tout. Devenir astronaute serait la réalisation ultime de ce parcours.

Jennifer Sidey : En tant qu'ingénieure, je cherche à améliorer la vie des gens au moyen des sciences appliquées. J'ai fait mes études en génie à l'Université McGill, à Montréal, où je me suis intéressée à la thermodynamique, et c'est là où j'ai eu un professeur vraiment cool qui étudiait le feu. J'ai été fascinée par le sujet et j'ai fait des expériences de combustion en microgravité, ce qui a suscité mon intérêt pour l'espace. J'aime vraiment ce genre de recherche; j'ai donc poursuivi des études de doctorat dans ce domaine, et je m'intéresse depuis au feu et à l'espace.

Erik Kroeker : Toute ma carrière s'est déroulée dans le domaine de l'éducation. J'ai d'abord obtenu un baccalauréat en génie aérospatial avant de poursuivre à la maîtrise, où je me suis intéressé aux satellites. Puis, j'ai entrepris des études de doctorat, où j'ai commencé à enseigner aux étudiants comment concevoir, construire et lancer de vrais satellites. Toutes ces activités ont orienté mon cheminement professionnel.

Chris Hadfield : C'est un rêve qui nécessite un niveau d'engagement très important. Essentiellement, vous vous engagez à servir pendant toute votre vie. Mais chacun des candidats encore en lice nous a montré qu'il a ce qu'il faut.

Jesse Zroback : Si je pouvais envoyer un message à l'un de nos astronautes, je l'enverrais à David Saint-Jacques. C'est notre astronaute qui ira dans l'espace l'an prochain et j'aimerais lui souhaiter bonne chance pour son entraînement.

Adam Sirek : J'aimerais le remercier d'avoir été une source d'inspiration pour de nombreux jeunes professionnels en aérospatiale et en médecine.

Jennifer Sidey : Je choisirais Roberta Bondar parce qu'elle a été vraiment importante pour moi quand j'étais jeune. En tant que première femme astronaute canadienne, elle est un modèle incroyable.

Erik Kroeker : Elle a été un véritable modèle pour moi. J'aimerais lui dire à quel point elle a été une source d'inspiration toute ma vie.

Andréane Vidal : J'aimerais beaucoup envoyer un message à Julie Payette. Elle a donné à ma génération entière le rêve qu'une femme pouvait réussir dans n'importe quel domaine et, pour cela, je la remercie.C

Francis Frenzel : J'aimerais envoyer mon message à tous les astronautes canadiens. Merci de m'avoir inspiré et merci d'être des modèles exceptionnels dont tout le monde peut s'inspirer. Merci d'incarner les réalisations du Canada dans l'espace.

Télécharger

Pour connaître les propriétés et l'utilisation des vidéos veuillez vous référer à la section des avis.