Cadre de la politique spatiale du Canada

Nouveau Cadre de la politique spatiale du Canada

CADRE DE LA POLITIQUE SPATIALE DU CANADA
Principes
  1. Les intérêts canadiens d'abord
  2. Le positionnement du secteur privé à l'avant-plan des activités spatiales
  3. Le progrès grâce aux partenariats
  4. L'excellence dans les capacités clés
  5. Une source d'inspiration pour les Canadiens
Champs d'action Commercialisation Recherche et développement Exploration spatiale
Administration, gestion et reddition de comptes

Les nouvelles réalités

L'espace est de plus en plus congestionné, contesté et compétitif. En octobre 1957, Spoutnik 1 était l'unique satellite artificiel en orbite terrestre. Aujourd'hui, on dénombre près de 1 100 satellites opérationnels et près de 22 000 débris orbitaux de plus de 10 cm ont été catalogués. Tous les pays du G20 ont désormais leurs propres systèmes satellitaires, et des économies émergentes comme la Chine, la Russie, l'Inde et le Brésil ont grandement investi dans leurs programmes spatiaux nationaux. Cela représente de nouveaux clients et marchés à conquérir, mais aussi une concurrence accrue pour l'industrie spatiale canadienne.

Entre temps, la quantité astronomique d'objets en orbite est une menace croissante pour l'infrastructure de communications mondiale en raison du risque grandissant de collisions entre satellites. De plus, la cybersécurité est menacée par des armes qui peuvent perturber les communications spatiales ou carrément détruire les biens spatiaux.

Cette animation illustre la vitesse à laquelle les débris spatiaux s'accumulent. Des collisions récentes entre satellites ont multiplié le nombre de débris orbitaux, ce qui augmente le risque de nouvelles collisions. De nos jours, on estime qu'il existe plus de 22 000 objets de plus de 10 cm de diamètre en orbite terrestre. Source : NASA / Agence spatiale canadienne

Version imprimable, sans vidéos