Un modèle de coopération internationale

Les programmes spatiaux du Canada et de l'Europe constituent un extraordinaire modèle de coopération internationale pour la mise au point de nouvelles technologies adaptées aux conditions rigoureuses de l'espace. Depuis 1978, un accord de coopération d'une grande portée a procuré des avantages considérables de chaque coté de l'Atlantique en favorisant la création d'alliances entre les entreprises oeuvrant dans le domaine spatial.

La participation active du Canada aux programmes de l'Agence spatiale européenne (ESA) offre une plateforme idéale pour le partage des connaissances et des compétences ainsi que pour la promotion des entreprises canadiennes spécialisées dans des créneaux comme les télécommunications par satellite, l'observation de la Terre et les technologies spatiales. Le statut de membre coopérant du Canada lui permet de participer directement aux programmes, activités et prises de décisions de l'ESA. Aucun autre pays non européen ne bénéficie du même type de relation avec l'ESA.

Télécommunication par satellite

Les agences spatiales continuent de jouer un rôle majeur dans la conception et la mise à l'essai de nouvelles capacités et applications. Le Canada et l'Europe travaillent à l'élaboration de plusieurs technologies clés de télécommunication par satellite. Des systèmes d'antennes embarqués plus performants rendront les satellites plus économes en énergie. Les techniques de transmissions numériques évoluées (bandes V, Ka et Ku) augmenteront la capacité à répondre à l'énorme demande de données générée par les communications numériques à haute vitesse, les applications multimédias, Internet et la diffusion directe.

Observation de la Terre

Le Canada a amélioré la technologie du satellite à radar à synthèse d'ouverture (SAR), ce qui a permis de capter la première image numérique depuis l'espace en 1978 et de faire profiter le programme du satellite de télédétection européen (ERS) de l'expertise canadienne dans ce domaine. La mission ERS, qui consiste à utiliser les outils de télédétection pour surveiller et protéger l'environnement mondial, correspond bien à la vision du Canada. La technologie SAR élaborée et acquise avec ERS-1 et ERS-2 a facilité la création de RADARSAT-1, le premier satellite canadien d'observation de la Terre et le premier système SAR commercial opérationnel au monde. Des projets de collaboration avec l'ESA en ce qui concerne RADARSAT-2 font actuellement l'objet de discussions. Le Canada partage plusieurs des objectifs de l'ESA en ce qui a trait au programme Planète vivante qui vise à promouvoir le recours aux données-satellite pour accroître nos connaissances sur la Terre, assurer sa préservation et gérer plus efficacement la planète et son environnement.

Leadership

L'Agence spatiale canadienne (ASC) et l'ESA ont pour mission de favoriser le développement des sciences et des technologies spatiales à des fins exclusivement pacifiques. Les deux agences encouragent la compétitivité et la réussite de leurs industries par le biais de programmes de développement technologique et des mécanismes de financement souples et innovateurs.

Les investissements du Canada dans les programmes de l'ESA ont contribué à la création d'emplois ainsi qu'à l'acquisition de connaissances et de compétences. Ils se sont traduits par d'importantes ventes, par le développement d'alliances commerciales avec des entrepreneurs principaux européens et par l'obtention d'avantages indirects pour l'économie canadienne. Au cours des vingt dernières années, 500 contrats d'une valeur dépassant les 300 millions de dollars ont été attribués par l'ESA à des entreprises spatiales de toutes les régions du Canada dans le cadre de l'accord de coopération.

Ce partenariat a produit d'importantes retombées socio-économiques de part et d'autre de l'Atlantique et a renforcé les liens entre le Canada et l'Europe dans des secteurs critiques des sciences et des technologies.