NEEMO 9

NEEMO 9

Du 3 au 20 avril 2006

Si vous rêvez d'aller sur la Lune ou sur Mars, gardez l'œil ouvert! Une nouvelle étape vers l'exploration de l'espace s'amorce avec la neuvième mission NEEMO (NASA Extreme Environment Mission Operations) de la National Aeronautics and Space Administration (NASA). Cette mission de recherche réalisée à bord du laboratoire sous-marin Aquarius servira à évaluer de nouvelles méthodes de prestation de soins médicaux à distance pouvant éventuellement être utilisées lors de vols spatiaux de longue durée.

Image du laboratoire et habitat sous-marin Aquarius

Laboratoire et habitat sous-marin Aquarius (Source : NOAA's Undersea Research Center de l'Université de la Caroline du Nord à Wilmington)

NEEMO 9 est un projet passionnant auquel le Canada participe. Vous êtes invités à lire le journal de bord du commandant, le Dr Dave Williams, astronaute de l'Agence spatiale canadienne (ASC), et à observer l'équipage faisant l'essai de technologies médicales de pointe mises au point par des chercheurs canadiens à des fins de diagnostic et de traitement de patients situés à des milliers de kilomètres.

L'équipe NEEMO 9 comprend des médecins et des astronautes devenus « océanautes » pour l'occasion. Le grand objectif de la mission sous-marine consiste à préparer la voie à l'exploration et à la navigation sur la Lune. Le milieu dans lequel se trouve l'habitat permet d'éprouver des techniques d'exploration, notamment à l'aide de véhicules télécommandés, ainsi que des techniques de collecte et de tri d'échantillons de roches.

La mission NEEMO 9 est un projet conjoint auquel participent le Centre for Minimal Access Surgery (CMAS) de l'Université McMaster, le Telemedicine and Advanced Technology Research Center (TATRC) de la marine américaine, le National Space Biomedical Research Institute, l'ASC et la NASA.

Soigner à distance dans l'espace comme sur Terre

La télémédecine, ou la prestation de soins médicaux à distance par liaison de télécommunication, a connu des bouleversements considérables en raison de la disponibilité généralisée des technologies de télécommunication haute vitesse qui permet d'augmenter à la fois la quantité d'informations transmises et la vitesse de transmission. Les médecins peuvent désormais, à distance, poser un diagnostic et traiter une multitude de problèmes de santé. 

Une des expériences de la mission NEEMO 9 servira à démontrer qu'il est possible d'envoyer des radiographies numériques d'un milieu extrêmement isolé à un hôpital d'enseignement à des fins d'interprétation. Dans de nombreuses régions rurales du Canada, les nouvelles technologies de télésanté permettraient de réduire les coûts élevés que suppose l'envoi de patients dans de plus grands hôpitaux pour qu'il y soient soignés. 

Ces technologies remettent en cause le concept traditionnel de l'hôpital qui ne dispense ses services que dans une certaine région géographique, et offrent la perspective d'une nouvelle vision où des hôpitaux virtuels ou sans murs fournissent des soins dans leur région mais sont aussi, grâce à la télémédecine, en mesure d'assurer un soutien médical en régions rurales.

L'avenir de la chirurgie et des soins de santé

La chirurgie télérobotique est une nouvelle approche qui fait appel à des technologies de pointe permettant à un chirurgien d'opérer un patient situé à un autre endroit. Trois éléments sont essentiels : une liaison de télécommunication haute vitesse, une technologie robotique de pointe et des chirurgiens capables de pratiquer des micromanipulations chirurgicales. Le Canada est un chef de file dans ces trois domaines. 

Partout au pays, les télécommunications terrestres et par satellite haute vitesse enrichissent notre quotidien. Les technologies robotiques canadiennes de pointe, symbolisées par le télémanipulateur de la navette et celui de la station spatiale, ont permis de développer un robot chirurgical de prochaine génération. Les chirurgiens du Canada comptent parmi les meilleurs au monde pour leurs recherches innovatrices en matière de microchirurgie. Grâce à son expérience unique dans ces trois technologies habilitantes, le Canada peut jouer un rôle de premier plan et contribuer à façonner l'avenir de la télésanté et de la téléchirurgie.

Ces nouvelles technologies de télésanté changeront l'avenir des soins médicaux en milieu rural. Elles ont également leur importance pour les nouvelles missions habitées à destination de la Lune et de Mars. Des missions comme NEEMO 9 sont des catalyseurs de la recherche et de la technologie qui feront avancer la mise au point de dispositifs portables, plus petits et plus performants, pour la prestation de soins de santé perfectionnés aux régions éloignées. L'exploration de l'espace est un moteur de développement de nouvelles technologies qui ont un double rôle, soit élargir les capacités d'envoi d'humains plus loin dans l'espace tout en profitant à la société ici sur Terre.

À propos du Centre for Minimal Access Surgery CMAS

Le CMAS, un centre de l'Université McMaster situé à l'hôpital St. Joseph de Hamilton, en Ontario, met au point des technologies de télémédecine afin de permettre aux médecins canadiens œuvrant dans des communautés isolées d'accéder aux nouvelles connaissances et techniques ainsi qu'aux meilleurs spécialistes.

Le CMAS vise trois grands objectifs scientifiques au cours de la mission NEEMO 9.

  • Télémentorat - Un chirurgien d'expérience, depuis un établissement de santé avancé à Hamilton, guidera à l'aide d'une liaison préétablie de télécommunication bidirectionnelle un médecin ou quelqu'un sans formation médicale pendant une intervention médicale complexe dans l'habitat sous-marin Aquarius. Le télémentorat portera aussi sur l'évaluation et le diagnostic de blessures d'extrémités de membres et la gestion chirurgicale de fractures.

  • Télérobotique - À l'aide d'un prototype de robot chirurgical de prochaine génération, des chirurgiens procéderont, depuis Hamilton, à une chirurgie abdominale en temps réel sur un mannequin se trouvant dans l'habitat Aquarius. En faisant varier le temps de transmission du signal de moins d'une seconde à trois secondes, il est possible d'évaluer la capacité de réaliser des chirurgies par télérobotique dans un vaste éventail d'endroits éloignés, tant sur Terre que lors de futures missions à destination de la Lune. On utilisera des caméras robotiques miniatures placées à l'intérieur de l'abdomen pour améliorer la vision du chirurgien.

  • Performance humaine - On évaluera les effets de la fatigue et d'un certain nombre de facteurs de stress sur les capacités d'un équipage à réaliser des expériences complexes à l'intérieur comme à l'extérieur du laboratoire sous-marin. On pourra ainsi recueillir des renseignements utiles pour les professionnels de la santé sur Terre, mais aussi pour la préparation de missions d'exploration vers la Lune.

Le Dr Mehran Anvari, qui participera aux expériences médicales de la mission NEEMO 9, a lancé le CMAS en 1999. Le 28 février 2003, cet expert internationalement reconnu dans son domaine a réalisé avec succès, depuis son laboratoire de l'hôpital St. Joseph à Hamilton, la première chirurgie d'hôpital à hôpital assistée par télérobotique sur un patient de North Bay, en Ontario, à près de 400 kilomètres de distance. Il s'agissait d'une première mondiale.