Chris Hadfield : D'origine modeste jusqu'à de nobles sommets

Inspiré par la course à la Lune

Jeune garçon, Chris Hadfield rêvait déjà de devenir astronaute, tout comme Aldrin et Armstrong qui ont marché sur la Lune. (Source : Chris Hadfield)

Chris Hadfield, pilote de planeur avec les Cadets de l'air (vers 1975). (Source : Chris Hadfield)

Chris Hadfield durant sa première sortie dans l'espace en 2001. (Source : NASA)

Hadfield fait résonner un accord sur une guitare Larrivée Parlor semblable à celle qu'il utilisera à bord de l'ISS. (Source : Larrivée Guitars)

Élevé sur une ferme dans le Sud de l'Ontario, Chris Hadfield s'est taillé une carrière enviable d'aviateur militaire, de pilote d'essai très respecté et de pionnier exemplaire de l'Agence spatiale canadienne (ASC).

Alors qu'il grandissait à Milton, non loin de Sarnia, sa ville natale, Chris Hadfield savait déjà qu'il voulait exceller en tant qu'astronaute.

« Le feu qui m'anime, qui m'a poussé à poursuivre ce but toute ma vie durant s'est allumé en moi alors que je m'intéressais à la course à la Lune. Puis, Neil Armstrong et Buzz Aldrin y ont posé le pied », de dire Chris Hadfield en se rappelant les exploits des premiers explorateurs soviétiques et américains de l'espace.

Fils d'un pilote de ligne canadien, Chris Hadfield devient cadet de l'Aviation royale du Canada à 13 ans et décroche diverses bourses d'instruction au pilotage.

Lauréat du Mérite scolaire de l'Ontario à la fin de son secondaire, Chris Hadfield a voulu voler de ses propres ailes et mettre son sens de l'initiative à l'épreuve. Adulte en devenir, il décide de partir à l'aventure pendant six mois en Europe où il vit simplement en donnant des leçons de ski.

De retour au pays, il entre dans les Forces armées canadiennes en 1978. Il termine son cours avec distinction au Collège militaire royal avec en main un baccalauréat en génie mécanique. En cours de route, il on lui décerne le titre de meilleur élève du cours d'entraînement de base au vol. En 1983, il finit premier de sa promotion à la fin de son entraînement de pilote d'avion à réaction.

Chris Hadfield suit un entraînement dans l'Aviation royale canadienne et y devient pilote de chasse. Pilote accompli du CF-18 Hornet, il se mérite une place à la U.S. Air Force Test Pilot School, où il est nommé meilleur diplômé en 1988.

Par la suite, il devient pilote d'essai pour les forces navales américaines à titre d'officier d'échange, ce qui donne des ailes à son rêve de s'envoler un jour pour l'espace. Il se classe meilleur pilote d'essai en 1991.

L'étoffe des héros

Le 8 juin 1992, l'ASC confirme que Hadfield possède l'étoffe des grands. À 32 ans, le capitaine de la force aérienne et trois autres aspirants astronautes sont choisis parmi 5300 candidats pour faire partie de la deuxième classe d'astronautes canadiens.

En 1995, il effectue le premier de ses deux vols de navette à destination de la station spatiale russe Mir. Hadfield se distingue alors comme étant le premier Canadien à manœuvrer le Canadarm dans l'espace et le seul de nos astronautes à monter à bord de la station orbitale russe.

Lors de son deuxième vol spatial en avril 2001, Hadfield réalise la première sortie extravéhiculaire canadienne. C'est en survolant la Colombie-Britannique qu'il installe le Canadarm2 à la Station spatiale internationale (ISS). Plus tard au cours de cette mission, il est aux commandes du Canadarm qui saisit la palette de transbordement du Canadarm2, réalisant ainsi la première « poignée de main robotique canadienne dans l'espace ».

En 2009, Chris Hadfield s'entraîne pour devenir la relève de Bob Thirsk affecté à la mission Expedition 20/21. La mission de 188 jours effectuée par l'astronaute Thirsk a jeté les bases pour le premier commandement canadien de la station.

Un an plus tard, Hadfield dirige une mission sous-marine de 13 jours, NEEMO 14, parrainée par la National Aeronautics and Space Administration (NASA) dans les Keys de la Floride. Pendant l'exercice, ses compétences de leader sont mises en évidence alors qu'avec ses trois co-équipiers il utilise les propriétés de l'eau pour démontrer comment on peut assembler un habitat à la surface de la Lune ou d'un astéroïde.

Un commandant canadien

En septembre 2010, on annonce le troisième vol spatial de Chris Hadfield : la mission Expedition 34/35. Cette fois-ci, il sera aux commandes de l'ISS, une autre grande première pour le Canada. Le 13 mars 2013, il prendra la barre de la station pendant la deuxième moitié de son séjour de cinq mois à bord du vaste laboratoire scientifique orbital. Il sera à la tête d'un équipage composé de deux Américains et de trois Russes.

Pendant sa mission, Hadfield sera chargé de manœuvrer le Canadarm2. En plus de ses tâches d'entretien de l'ISS, il sera responsable de diverses expériences canadiennes et internationales qui tireront pleinement profit de conditions de microgravité très propices à la réalisation de travaux scientifiques de pointe.

Pendant son séjour à bord de la station, Chris Hadfield laissera libre cours à sa passion pour la musique. Habile à la guitare, Chris s'exécute en solo et avec des groupes rock de musiciens astronautes, Max Q et Bandella. Une guitare fabriquée à Vancouver l'attend à bord. S'il en a le temps, il espère pouvoir enregistrer le tout premier album produit dans l'espace.

Chris Hadfield continue de nourrir son ambition professionnelle de faire en sorte que le Canada soit reconnu pour ses contributions stratégiques à l'exploration spatiale. Parlant de sa nomination au poste de commandant, Chris Hadfield déclare : « C'est comme gagner la médaille d'or aux Olympiques. Les Canadiens ont toutes les raisons du monde d'être fiers. C'est l'occasion de se dire entre nous On fait de bonnes choses. Nous sommes capables et nous sommes respectés ».