Communiqué

Le Canada investit dans les technologies de la santé pour les astronautes

De nouvelles études portent sur l'évaluation de la santé des astronautes à bord de la Station spatiale internationale (ISS)

Le 27 mars 2014 - Longueuil (Québec) - Agence spatiale canadienne

L'honorable James Moore, ministre de l'Industrie et ministre responsable de l'Agence spatiale canadienne (ASC), a annoncé aujourd'hui un investissement dans cinq nouvelles études qui contribueront à l'évaluation de technologies canadiennes innovatrices pour la santé qui pourraient un jour être lancées à destination de l'ISS. Cet investissement témoigne des objectifs du Cadre de la politique spatiale du Canada, c'est-à-dire de maintenir une industrie spatiale robuste et compétitive sur le plan commercial qui demeure une source d'inspiration pour les Canadiens.

Les cinq technologies à l'étude visent toutes à rendre les vols spatiaux plus sécuritaires pour les astronautes en repérant, en surveillant et en diagnostiquant les risques pour la santé associés aux séjours dans l'espace. Comme plusieurs des effets de la microgravité sur le corps humain ressemblent à ceux du vieillissement ici sur Terre, on s'attend à ce que ces technologies trouvent des applications dans la recherche médicale et en sciences de la vie.

Les faits en bref

  • En raison des effets de l'apesanteur, les astronautes séjournant dans l'espace font face à divers problèmes médicaux, y compris la perte osseuse, l'atrophie musculaire, une réduction de la force et un déconditionnement cardiovasculaire. Ils subissent également des problèmes découlant d'une exposition accrue aux rayonnements.
  • Astroskin est un « maillot intelligent » de biosurveillance qui enregistre, gère et analyse en continu les données physiologiques des membres d'équipage de l'ISS (état de santé générale, signes vitaux, qualité du sommeil et niveaux d'activité) sans nuire à leurs activités quotidiennes.
  • Le système canadien de spectrométrie de neutrons à haute énergie II (CHENSS II) devrait prendre des relevés plus précis de la répartition énergétique des neutrons à bord de l'ISS.
  • La compagnie MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA) de Brampton, en Ontario, a conclu un partenariat avec l'Institut national d'optique à Québec et le Dr Richard Hughson de l'Université de Waterloo afin de concevoir un laboratoire Microflow pour l'ISS, soit une nouvelle version de cytomètre de flux miniaturisé.
  • La compagnie COM DEV Ltd, le Dr Gordon E. Sarty de l'Université de la Saskatchewan et des scientifiques de MRI-TECH Canada établiront les exigences liées à un imageur par résonance magnétique (IRM) du poignet permettant de prendre des mesures de manière non invasive à bord de l'ISS.
  • CALM Technologies, l'entreprise qui a mis au point la série de systèmes de culture cellulaire pour l'espace, définira les ressources nécessaires et les coûts d'utilisation d'un système de culture cellulaire à bord de l'ISS pour mesurer la perte osseuse chez les astronautes.
  • L'ASC investira 1,12 million de dollars dans ces cinq études qui devraient se terminer en 2014.

Citations

« Les technologies canadiennes développées pour l'espace favorisent l'innovation et stimulent notre économie grâce à la création d'emplois hautement spécialisés. Notre gouvernement comprend que de tels investissements permettront au Canada de maintenir sa réputation mondialement reconnue en tant que partenaire de choix dans l'exploration spatiale tout en faisant avancer la recherche médicale au profit de la santé des Canadiens. »

- James Moore, ministre de l'Industrie et ministre responsable de l'ASC

Produits connexes

Contacts

Relations avec les médias
Agence spatiale canadienne
Téléphone : 450-926-4370
Courriel :
Site Web : www.asc-csa.gc.ca