Célébration des 50 ans du Canada dans l'espace

Longueuil (Québec), le 25 septembre 2012 — Il y a 50 ans, John H. Chapman et son équipe du Centre de recherches sur les télécommunications de la défense (CRTD) à Ottawa en étaient aux étapes finales de la préparation d'un petit satellite scientifique, baptisé Alouette, en vue de son voyage historique dans l'espace. Le 29 septembre 1962, le satellite Alouette-1 du Canada a été lancé de la base aérienne de Vandenberg de la NASA, en Californie. Cet exploit technologique — à l'aube de l'ère spatiale — a fait du Canada une nation spatiale, la troisième après la Russie et les États-Unis à concevoir et à construire un satellite.

« La prodigieuse histoire du Canada dans l'espace a débuté avec Alouette-1. Cet héritage a pavé la voie à l'innovation spatiale canadienne, comme en témoigne le célèbre Canadarm, » a déclaré l'honorable Christian Paradis, ministre de l'Industrie. « Aujourd'hui, le secteur spatial canadien jouit d'une réputation d'envergure mondiale dans des domaines de pointe tels que l'observation de la Terre, la robotique spatiale, la science spatiale et l'exploration et les télécommunications par satellite. »

« Ce satellite a marqué le début d'un héritage spatial dont le Canada est très fier — il a ouvert la porte à des partenariats internationaux extraordinaires qui se poursuivent encore aujourd'hui », a déclaré Steve MacLean, le président de l'Agence spatiale canadienne (ASC).

Tout a commencé en 1958 lorsque les États-Unis ont invité les autres pays à soumettre des idées d'expérimentation dans l'espace. Le Canada a suggéré une nouvelle approche, visant à exploiter l'espace pour étudier la couche supérieure de l'ionosphère que l'on ne peut observer du sol. John H. Chapman, qui était responsable du programme Alouette et qui a donné son nom au siège social de l'Agence spatiale canadienne, a supervisé la production de deux satellites : Alouette-1 et un autre, de réserve, qui a été modifié plus tard pour intégrer des améliorations, notamment une expérience américaine, et qui a été lancé en 1965 sous le nom d'Alouette-2.

La conception d'Alouette-1 était complexe et exceptionnellement avancée pour l'époque. Vitrine de l'expertise et de la rigueur technologiques canadiennes, Alouette-1 a dépassé toutes les attentes. Le satellite a été un immense succès scientifique et technique et a fonctionné pendant 10 ans avant que l'on ne décide délibérément de le désactiver. Parmi les nombreuses reconnaissances manifestées à son égard, le programme du satellite Alouette-1 a été désigné « événement d'importance historique » par le gouvernement du Canada en 2007.

« Le succès d'Alouette-1 était d'autant plus remarquable qu'il fallait innover en électronique et en mécanique spatiales. Le programme a été entrepris à une époque où il y avait peu de lignes directrices en matière de conception de satellites. On en savait peu sur le milieu orbital, l'électronique des semi-conducteurs en était à ses tout débuts, et les satellites tombaient souvent en panne ou avaient une durée de vie limitée », a indiqué Colin Franklin, ancien ingénieur en chef en électricité pour Alouette au CRTD.

« Avec Alouette-1, le Canada a commencé à utiliser l'espace dans l'intérêt public. Depuis lors, le Programme spatial canadien a engagé des gens de presque tous les secteurs de l'industrie pour examiner comment l'espace peut servir à améliorer la qualité de vie de la population canadienne », a déclaré Steve MacLean. « L'industrie spatiale elle-même est un moteur d'innovation et de commercialisation important — il emploie actuellement 8 256 personnes et apporte 3,4 milliards de dollars à l'économie. »

En 2013, avec le lancement du satellite hybride CASSIOPE, le Canada élargira son leadership dans l'étude de l'ionosphère. CASSIOPE emportera à son bord un instrument scientifique, la sonde E-Pop, pour le compte de l'Université de Calgary et contribuera pour beaucoup à dévoiler les mystères de la météo spatiale dans l'ionosphère qui a une incidence sur les satellites en orbite mais aussi sur la technologie au sol.

Depuis 2006, le gouvernement du Canada a investi près de 8 milliards de dollars dans des initiatives destinées à appuyer les sciences, la technologie et la croissance des entreprises axées sur l'innovation au Canada. Ces fonds sont répartis comme suit : 5 milliards de dollars dans la recherche de pointe, l'éducation et la formation; 2 milliards de dollars dans l'infrastructure des établissements d'enseignement postsecondaire; et 1 milliard de dollars dans la recherche appliquée et le financement. Cet investissement a contribué à faire du Canada un chef de file mondial au titre de la recherche dans les établissements postsecondaires. Il a également permis de doter notre pays du savoir et de la main-d'œuvre hautement qualifiée nécessaires pour assurer la prospérité de notre économie.

Pour en savoir plus sur les satellites Alouette, consulter le site :
http://www.asc-csa.gc.ca/fra/satellites/alouette.asp

Pour en savoir plus sur le 50e anniversaire du Canada dans l'espace, consulter le site :
http://www.asc-csa.gc.ca/fra/50canadaespace.asp

 

- 30 -

Pour plus de Renseignements : Communiquez avec nous.

Agence spatiale canadienne
Bureau des relations avec les médias
Téléphone : 450-926-4370
Courriel :
Site Web : www.asc-csa.gc.ca