La feuille d'érable retourne sur Mars

Un instrument scientifique canadien à bord de la mission Mars Science Laboratory de la NASA

Longueuil (Québec), le 6 août 2012 — Aujourd'hui, à 1 h 32 HAE, la sonde Mars Science Laboratory (MSL) de la NASA s'est posée sur la planète rouge, marquant du même coup l'arrivée d'un deuxième instrument scientifique canadien sur Mars. Le rover de la mission, baptisé Curiosity, comprend un instrument fourni par l'Agence spatiale canadienne (ASC), dont la taille et la forme s'apparentent à celles d'un cube de Rubik. L'instrument, appelé spectromètre d'analyse à particules alpha et à rayons X (APXS), étudiera la composition chimique des roches et du sol de Mars afin d'établir si celle-ci a déjà été, ou constitue toujours, un environnement capable de soutenir une vie microbienne.

« En 2008, lors de la mission de l'atterrisseur martien Phoenix de la NASA, les Canadiens se réjouissaient de voir la technologie canadienne se poser pour la première fois à la surface d'une autre planète », a déclaré Steve MacLean, président de l'ASC. « La mission Mars Science Lab marque un autre événement sans précédent pour le Canada : ce sera la première fois que nous "toucherons" Mars, puisque l'APXS sondera la surface de la planète. »

De la taille d'une petite voiture, Curiosity est un laboratoire scientifique mobile doté de la gamme d'instruments la plus étendue et la plus perfectionnée à s'être jamais posée sur Mars. Curiosity analysera des échantillons sur place afin de déterminer si Mars a déjà été habitable, de caractériser le climat et la géologie de la planète, et de paver la voie en vue de l'exploration humaine. L'APXS est l'un des dix instruments scientifiques installés sur Curiosity. Il permettra de déterminer la composition chimique des roches et du sol de Mars en vue d'établir l'histoire géologique de la planète, d'identifier les changements qui auraient pu être causés par l'eau, et de faire le tri des échantillons pour les instruments de laboratoire embarqués. Il sera utilisé régulièrement tout au long de la mission, qui doit durer au moins une année martienne complète (687 jours terrestres).

L'APXS, une version améliorée des instruments installés sur les sondes Pathfinder, Spirit et Opportunity, a été créé spécialement pour la sonde MSL sous la direction scientifique de Ralf Gellert, Ph. D. de l'Université de Guelph, chercheur principal pour l'APXS. M. Gellert dirige également l'équipe scientifique de l'APXS, dont les membres sont issus de l'Université de Guelph, de l'Université du Nouveau-Brunswick, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA (une division de Caltech), de l'Université de la Californie à San Diego, de l'Université Cornell, du Rensselaer Polytechnic Institute et de l'Université nationale de l'Australie. Grâce au financement de l'ASC, des scientifiques de l'Université Brock, de l'Université Western Ontario et de l'ASC collaborent également à la mission, à titre de scientifiques participants sélectionnés par la NASA.

L'Agence spatiale canadienne investit 17,8 millions de dollars dans la conception, la construction, l'exploitation principale et le soutien scientifique de l'APXS. L'ASC a géré le développement et la construction de l'instrument avec MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA), l'entrepreneur principal de l'APXS. L'Université de Guelph a assuré l'orientation scientifique pour la conception et le soutien technique pendant le développement de l'APXS, a fait l'étalonnage de l'instrument et en dirigera les opérations scientifiques. Les composants de l'APXS ont été testés à Brampton, à Montréal, à Vancouver, à Ottawa, à Toronto et à Guelph.

- 30 -

Pour plus de Renseignements : Communiquez avec nous.

Agence spatiale canadienne
Bureau des relations avec les médias
Téléphone : 450-926-4370
Courriel :
Site Web : www.asc-csa.gc.ca