Le Canada et la France collaborent au lancement de ballons

La ville de Timmins retenue comme base de lancement

Longueuil (Québec), le 15 juin 2012 — L'Agence spatiale canadienne (ASC) a annoncé aujourd'hui son partenariat avec l'Agence spatiale française (Centre national d'études spatiales, ou CNES) relativement au lancer de ballons de sciences spatiales depuis le Canada. L'initiative donnera aux chercheurs et aux ingénieurs canadiens une nouvelle plateforme pour tester des technologies et faire progresser les sciences spatiales. L'ASC et le CNES ont retenu la ville de Timmins, en Ontario, pour accueillir la nouvelle base de moyenne latitude d'où les ballons seront lancés. Le montant investi par l'ASC dans la base de lancement et les campagnes de vol est estimé à 10 millions de dollars au cours des dix prochaines années.

« Cette initiative de lancement de ballons représente une excellente affaire pour la communauté spatiale du Canada », fait remarquer Steve MacLean, le président de l'Agence spatiale canadienne. « Les missions en ballons sont rentables et peuvent être préparées plus rapidement et plus fréquemment, ce qui les rend idéales pour la formation des étudiants universitaires. Fournir des possibilités d'apprentissage pratique aide le Canada à retenir la prochaine génération de spatiologues et d'ingénieurs ainsi qu'à préserver la compétitivité et les capacités d'innovation de notre pays. »
La sélection d'un site de lancement de ballons au Canada marque le premier projet dans le cadre d'un accord nouvellement signé entre l'ASC et le CNES et stimulera les partenariats scientifiques entre les deux pays. « Pour l'Agence spatiale française, cette collaboration est une vraie chance », se réjouit Yannick d'Escatha, le président du CNES. « Le CNES était à la recherche d'un site de lancement de moyenne latitude pour des missions scientifiques utilisant de gros ballons stratosphériques, et particulièrement dans l'optique de la mission PILOT. Le choix de la ville de Timmins en Ontario est donc une excellente nouvelle. De plus, nos différentes collaborations avec nos amis de l'Agence spatiale canadienne ont toujours été très fructueuses. »

Le Canada accueille le nouveau site de lancement et, en échange, son milieu universitaire et son industrie auront accès au réseau mondial du CNES qui offre des occasions régulières et fréquentes de vol en ballon. Le Canada profitera aussi de la vaste expérience que la France a développée dans ce domaine depuis une quarantaine d'années avec plus de 3500 lancements de ballons.

Timmins a été sélectionnée comme le meilleur endroit au Canada en fonction de critères rigoureux. La latitude, les vents et les conditions météorologiques, la faible densité de population de certaines zones clés autour de la ville et une infrastructure optimale sur place font que les dispositions strictes des règlements de sécurité nationaux et internationaux qui régissent les systèmes de lancement et de récupération de ballons sont respectées. Timmins a aussi l'avantage d'offrir des conditions de lancement idéales pendant tout l'année. « Je suis ravi de cette nouvelle. Le fait que l'Agence spatiale canadienne et le Centre national d'études spatiales exercent leurs activités à partir de Timmins contribuera à diversifier notre économie locale, à créer des emplois et à offrir aux jeunes de nouvelles possibilités de carrière », a déclaré Tom Laughren, le maire de Timmins. Le CNES procédera au premier lancement d'essai à Timmins en 2013. Au cours des prochains mois, l'ASC invitera la communauté spatiale canadienne à embarquer des expériences dans le cadre des campagnes de vol annuelles de l'ASC et du CNES à partir de 2014.

Les ballons de haute altitude peuvent être aussi grands que la tour Eiffel (324 mètres) et sont capables d'emporter jusqu'à 1,5 tonne de matériel dans la stratosphère (environ 42 km d'altitude — bien au-dessus des trajectoires d'avions, mais beaucoup plus bas que les satellites). Ils peuvent servir à recueillir toute une variété de données essentielles sur l'environnement de la Terre et son atmosphère, ou à observer l'Univers à des fins de recherche en astronomie. Les ballons sont tributaires du vent et de la poussée hydrostatique pour prendre leur envol, n'ont pas besoin de moteur ou de carburant et sont entièrement récupérés après chaque vol, ce qui en fait un outil respectueux de l'environnement pour la recherche scientifique et le développement de technologies.

Étant donné que le Canada est le pays d'accueil, c'est l'ASC qui exploitera la base à Timmins et qui coordonnera les campagnes de lancement au pays avec le CNES. La ville de Timmins construira, exploitera et entretiendra l'infrastructure de cette base où l'on procédera à au moins un lancement tous les deux ans. L'initiative de ballons suppose aussi l'implication de NAV CANADA, une société privée qui exploite le système de navigation aérienne civile du Canada ainsi qu'une collaboration horizontale entre divers ministères du gouvernement du Canada. Transports Canada est responsable des autorisations de vol et Industrie Canada gèrera les fréquences de télécommunications requises pour chaque vol de ballon. Environnement Canada a réalisé les études climatologiques en vue de la sélection du site de lancement. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a négocié le bail entre l'ASC et Timmins et a procédé à la vérification environnementale requise. NAV CANADA supervisera les activités opérationnelles quotidiennes au cours des missions.

- 30 -

Pour plus de Renseignements : Communiquez avec nous.

Agence spatiale canadienne
Bureau des relations avec les médias
Téléphone : 450-926-4370
Courriel :
Site Web : www.asc-csa.gc.ca