Télémanipulateur de la Station spatiale (SSRMS)

Lancement : avril 2001

Le Télémanipulateur de la Station spatiale (SSRMS), connu sous le nom de Canadarm2, est la première composante du Système d'entretien mobile. Bien que semblable au Canadarm de la navette, ce manipulateur de 17 mètres de long est un peu plus imposant et comporte de nombreuses caractéristiques de pointe, dont sa capacité de se relocaliser de lui-même.

Le bras est capable de manipuler de gros modules et des éléments structuraux de l'ISS. Il sera initialement utilisé pour assembler les éléments de la Station. Plus tard, il saisira et amarrera des engins spatiaux non habités d'approvisionnement de l'ISS et accomplira des travaux d'entretien courants.

Le Canadarm2 se déplacera normalement le long de la Station spatiale sur sa base mobile, mais il sera également capable de « marcher » d'un endroit à un autre, un peu à la façon d'une chenille arpenteuse, en saisissant l'une après l'autre des bornes électromécaniques installées sur la structure extérieure de la Station.

Le Canadarm2 comporte des unités remplaçables en orbite (ORU), des composantes pouvant être enlevées et remplacées par un astronaute ou par le Manipulateur agile spécialisé. Le bras robotique est équipé de quatre caméras de télévision, deux montées sur les segments et une autre à chacune des extrémités. Ces caméras captent des images à l'intention des astronautes qui commandent le bras depuis le poste de travail robotique à l'intérieur de la Station. Une version récente du Système canadien de vision spatiale améliore la capacité des opérateurs du Canadarm2 de suivre la position, l'orientation et les mouvements des charges utiles qu'ils auront saisies.