Dextre teste un nouvel outil de détection des fuites

Dextre met à l'épreuve un nouvel outil de la NASA qui aidera à détecter avec précision des fuites d'ammoniac potentiellement dangereuses à l'extérieur de la Station spatiale internationale (SSI). Si les tests sont concluants, le détecteur robotisé de fuites externes de la SSI (IRELLISS Robotic External Leak Locator [anglais seulement]) permettra de repérer les fuites plus efficacement pour les colmater rapidement et de confirmer que les réparations sont réussies. Le niveau de sensibilité de cet instrument est tel qu'il pourrait déceler des traces d'ammoniac à une distance équivalente à la longueur d'un terrain de football.

Dextre teste le détecteur robotisé de fuites externes de la Station spatiale internationale (IRELL) de la NASA

Fixé au bout du Canadarm2, Dextre sera déplacé d'un endroit à l'autre autour de la SSI et fera passer le détecteur IRELL près des tuyaux du système de refroidissement pour déceler toute trace d'ammoniac. (Source : Agence spatiale canadienne.)

Pourquoi utiliser de l'ammoniac dans la SSI si c'est dangereux?

On voit l'espace comme un grand vide glacial, alors il peut être un peu surprenant d'apprendre que la SSI dispose d'un système spécialement conçu pour gérer le surcroît de chaleur produit par ses panneaux solaires.

Le système de refroidissement de la SSI fait circuler de l'ammoniac dans une série de tuyaux le long des panneaux solaires, ce qui les empêche de surchauffer. L'ammoniac est efficace pour dissiper la chaleur, mais il peut être dangereux pour la SSI s'il fuit, surtout s'il touche les systèmes de conditionnement d'air et de survie. Les fuites d'ammoniac peuvent même compromettre la stabilité de la station spatiale.

Si une fuite est assez importante, l'ammoniac ressemble à des flocons de neige sur la coque de la station spatiale. Les petites fuites ne sont toutefois pas aussi évidentes à déceler. Il peut être long et difficile de détecter précisément leur origine pour ensuite les colmater, tâches habituellement effectuées pendant une sortie dans l'espace. C'est ici que Dextre entre en jeu. En utilisant le détecteur IRELL, Dextre peut faire gagner du temps à l'équipage et ménager ses ressources précieuses – lui évitant ainsi d'encourir les risques inhérents aux sorties spatiales. Dextre est entièrement commandé par des contrôleurs de missions du Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston (Texas), ou de l'Agence spatiale canadienne, au siège social de Saint-Hubert (Québec). Les astronautes à bord de la SSI peuvent ainsi se consacrer plutôt à leurs travaux scientifiques et à d'autres tâches importantes. En fait, la majeure partie du travail de Dextre se fait quand les astronautes dorment. Si les essais effectués avec le détecteur IRELL sont fructueux, l'instrument pourrait être utilisé non seulement pour détecter les fuites, mais aussi pour vérifier si elles ont été bien réparées.

Le détecteur robotisé de fuites externes de la Station spatiale internationale (IRELL)

Dextre met à l'épreuve le détecteur IRELL pour vérifier son efficacité à déceler des fuites d'ammoniac potentiellement dangereuses à l'extérieur de la SSI. (Source : NASA/Chris Gunn.)

Une sortie imprévue dans l'espace

Pendant la mission de Chris Hadfield dans la SSI, deux des membres d'équipage ont dû effectuer une sortie imprévue dans l'espace pour faire des réparations urgentes au système de refroidissement. Les ingénieurs de vol de la mission Expedition 35, Tom Marshburn (à gauche) et Chris Cassidy (à droite) ont pris cinq heures et demie pour remplacer un boitier de commande de pompe qui laissait fuir du gaz réfrigérant (ammoniac). (Source : NASA.)